Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Avec un but en désavantage numérique et deux mentions d’aide, Hendrix Lapierre a guidé l’attaque des Saguenéens de Chicoutimi, qui l’ont emporté 7-2 aux dépens du Drakkar de Baie-Comeau.
Avec un but en désavantage numérique et deux mentions d’aide, Hendrix Lapierre a guidé l’attaque des Saguenéens de Chicoutimi, qui l’ont emporté 7-2 aux dépens du Drakkar de Baie-Comeau.

Le Drakkar coulé par la mollesse et l'individualisme [VIDÉO]

Steeve Paradis
Steeve Paradis
Collaboration spéciale
Article réservé aux abonnés
Contre une équipe aguerrie comme les Saguenéens de Chicoutimi, il ne faut pas être trop permissif. Le Drakkar de Baie-Comeau l’a été un peu trop en désavantage numérique, cédant trois fois en cinq occasions, permettant à ses hôtes de remporter une victoire de 7-2. Les Nord-Côtiers n’ont toujours pas goûté aux joies de la victoire dans cette bulle du Centre Georges-Vézina.

Pour leur part, les troupiers de Jean-François Grégoire ont pu déployer leur attaque massive à sept reprises dans ce match, dont une fois durant une pénalité majeure de cinq minutes. Ils ont touché la cible à deux reprises, mais ce fut loin d’être suffisant. L’effort n’y était pas toujours.

Au-delà du résultat, le pilote du Drakkar en avait surtout contre la manière. «Au bout du compte, un match dure 60 minutes. Quand tu prends des décisions égoïstes, que tu ne joues pas pour le logo, c’est inadmissible», a fait valoir Grégoire. «Quand ça va mal, il faut contrer l’individualisme. Si t’en veux plus, donne-en plus. Quand t’enfiles le chandail, il y a des attentes. Pour le prochain match, il y aura des changements», a-t-il promis.

«Même si on n’avait pas beaucoup d’émotions en partant, après deux gros matchs en fin de semaine, on a été capable d’aller chercher de gros buts en avantage numérique. On a grandi là-dessus, on a avancé même si on n’a pas été parfait», a soutenu Yanick Jean, l’entraîneur-chef des Sags. «En deuxième, on s’est mis dans le pétrin un peu, mais on a vu des joueurs se sacrifier pour l’équipe en bloquant des lancers», a-t-il ajouté.

Comme c’est le cas depuis le début de cette bulle au Saguenay, le Drakkar a entrepris la rencontre du mauvais pied, cédant deux fois en autant de désavantages numériques au premier vingt. Pierrick Dubé (10e) a ouvert le pointage à 2:49, la remise de Dawson Mercer déviant sur son patin avant de tromper Lucas Fitzpatrick.


« Quand tu prends des décisions égoïstes, que tu ne joues pas pour le logo, c’est inadmissible »
Jean-François Grégoire, entraîneur-chef du Drakkar

Avec moins d’une minute à faire, Artemi Kniazev (1er) a doublé l’avance des Saguenéens d’un tir voilé. Sur la séquence, Mercer et Hendrix Lapierre ont amassé leur seconde mention d’aide de l’engagement. Le Drakkar a bien pris 14 tirs sur Sergei Litvinov, mais le gardien recrue russe n’a guère été inquiété.

«En première, on a pris de mauvaises pénalités, on ne peut pas en prendre en zone offensive. On s’est fait mal», a ajouté l’entraîneur-chef du Drakkar. «Le plus difficile, c’est de rester concentrés et de ne pas abandonner. C’est là notre défi.»

Après des buts de Nathaël Roy (9e) pour Baie-Comeau, avec l’avantage d’un homme, et Michael Pellerin (4e) pour Chicoutimi, le Drakkar a eu une occasion en or d’améliorer son sort lorsque Loris Rafanomezantsoa a écopé d’une pénalité de cinq minutes pour sa mise en échec à la tête de Julien Hébert.

Xavier Fortin (6e) a rapidement réduit l’écart à un but au début de cette pénalité, mais plutôt de s’écrouler, les Sags ont riposté avec quatre filets sans réplique, dont deux fois en deuxième. Lapierre (5e) a d’abord profité d’une bévue de Raivis Kristians Ansons dans son territoire pour marquer, en désavantage numérique, sur un tir que Fitz aurait dû stopper. Et les locaux ont creusé l’écart sur un autre jeu de puissance avec le 12e de Félix Lafrance.

«C’est un jeu de mollesse qui a conduit au quatrième but», a fait remarquer Grégoire, qui a convenu qu’il s’agit là d’un moment important dans la rencontre. «Après ça, il y en a qui ont laissé tomber.»

En troisième, Tristan Pelletier (2e) et Louis Crevier (4e) ont aussi participé au pique-nique pour compléter le pointage dans ce troisième revers consécutif du Drakkar.

NOTES: Hébert a pu revenir au jeu malgré le coup à la tête qu’il a reçu… Le Drakkar reprendra l’action dans la bulle saguenéenne jeudi en faisant face aux Remparts de Québec.