Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Raivis Kristians Ansons sera à Baie-Comeau dans les prochaines heures. Il pourra s’entraîner avec ses coéquipiers à compter du 23 février et disputer des matchs dans la bulle prévue début mars.  
Raivis Kristians Ansons sera à Baie-Comeau dans les prochaines heures. Il pourra s’entraîner avec ses coéquipiers à compter du 23 février et disputer des matchs dans la bulle prévue début mars.  

Le Drakkar accueille enfin Raivis Kristians Ansons

Steeve Paradis
Steeve Paradis
Collaboration spéciale
Article réservé aux abonnés
BAIE-COMEAU – Après des mois d’efforts, le directeur général du Drakkar, Pierre Rioux, a vu son travail acharné récompensé. Raivis Kristians Ansons, l’un des attaquants d’impact de son club, a finalement eu l’autorisation de débarquer au Canada. Il arrivera à Baie-Comeau dans les prochaines heures.

Le Letton est depuis trois semaines de ce côté-ci de l’Atlantique, car il a pris part au camp d’entraînement des Penguins de Wilkes-Barre, dans la Ligue américaine de hockey. Ansons a été sélectionné en cinquième ronde par Pittsburgh au dernier repêchage de la LNH.

«C’est un peu pas mal pour cette raison que le dossier de Raivis a débloqué. Dès qu’on a su qu’il s’en venait en Amérique du Nord, on s’est renseigné pour savoir comment on pourrait l’amener à Baie-Comeau ensuite», a indiqué Rioux.

Ansons doit maintenant compléter sa période obligatoire d’isolement de 14 jours, lui qui est au Canada depuis mardi. Il pourra s’entraîner avec ses coéquipiers du Drakkar à partir du 23 février et ensuite jouer lors de la prochaine bulle de la LHJMQ, prévue début mars. «Il doit être à sa 5e quarantaine depuis le début de la saison. Par la suite, il pourra avoir trois à quatre bons entraînements avant d’enfin jouer avec nous», a ajouté le dg.

Valentin Demchenko

Les choses sont beaucoup plus compliquées dans le dossier de l’autre Européen du Drakkar, Valentin Demchenko, toujours au Belarus. Il lui manque toujours la lettre dite d’intérêt national, le fameux sésame qui lui ouvrira la porte du Canada. Tous ses autres papiers sont en ordre.

Le Drakkar a même tenté de le faire venir fin décembre, mais les agents d’immigration à l’aéroport Pierre-Trudeau l’ont renvoyé à bord de l’avion puisqu’il n’avait pas cette lettre.

«On croyait pourtant tous qu’il pourrait se rendre à Baie-Comeau, mais ça n’a pas marché. Depuis ce temps, Val ne fait que me demander quand il pourra venir. Il est même prêt à venir à la nage. On ne lui fera pas faire ce trajet pour rien une deuxième fois. Quand on va le faire revenir, on va être sûrs à 200 % qu’il va pouvoir entrer au Canada sans problème», a conclu Pierre Rioux.

Entretemps, le Drakkar reprendra l’action vendredi dans l’environnement protégé du Centre Vidéotron. Après avoir affronté les Remparts vendredi, les hommes de Jean-François Grégoire affronteront deux clubs qu’ils n’ont pas encore vus en 2020-2021, soit les Voltigeurs de Drummondville dimanche et les Olympiques de Gatineau mardi.