«C'est clair sur la reprise qu'un joueur de l'Armada est carrément dans le demi-cercle et empêche Antoine de faire son déplacement», a lancé l'entraîneur du Drakkar, Martin Bernard au sujet du but égalisateur. «Il n'y a malheureusement pas de «coachs challenge» dans notre ligue parce que c'est un appel qu'on aurait certainement fait.»

La victoire échappe au Drakkar à la toute fin

Avec quelques secondes à faire, le Drakkar croyait bien savourer une 20e victoire cette saison, mais l'Armada de Blainville-Boisbriand a créé l'égalité avec 16 secondes à jouer en troisième avant de marquer en prolongation pour se sauver avec un gain de 4-3.
Des buts de Jordan Martel et Antoine Girard en l'espace de 16 secondes avaient propulsé le Drakkar en avant 3-1 en tout début de troisième, mais des filets d'Alexandre Alain et de Connor Branwell en fin de duel ont tout fait basculer. Il semblait pourtant y avoir obstruction sur Antoine Samuel sur le but égalisateur. Anthony Poulin a tranché le débat en prolongation.
«C'est clair sur la reprise qu'un joueur de l'Armada est carrément dans le demi-cercle et empêche Antoine de faire son déplacement», a lancé Martin Bernard. «Il n'y a malheureusement pas de «coachs challenge» dans notre ligue parce que c'est un appel qu'on aurait certainement fait. C'est malheureux parce que ça nous coûte un point. C'est arrivé à 15 secondes de la fin.
«On a livré bataille du début à la fin contre une équipe prétendante à la Coupe du Président», a ajouté le pilote du Drakkar. «Mais ce sont les détails et l'expérience qui ont fait la différence et c'est ça qui nous a manqué un peu.»
Tirant de l'arrière 1-0 en début de deuxième, le Drakkar a passé quatre minutes consécutives en désavantage numérique, dont tout près de deux minutes à court de deux hommes. Les hommes de Joël Bouchard se sont butés à une équipe déterminée et un Samuel qui a fait honneur à sa deuxième étoile de la dernière semaine dans la LHJMQ. L'expérience des visiteurs a toutefois pris le dessus à la fin.
«Le Drakkar travaille très fort. Je suis impressionné par leur caractère, leur éthique de travail, leur façon de compétitionner», a souligné l'entraîneur-chef de l'Armada. «De notre côté, on a connu de très bons moments en deuxième, sans réussir à marquer, et en première, on était moyens. Je n'ai pas aimé non plus les buts marqués contre nous.»
Limité à quatre tirs au premier engagement, l'Armada a néanmoins pris les devants par l'entremise d'Alexander Katerinakis. Ce faible total de lancers semblait porter chance, car le Drakkar, avec quatre tirs à son tour en deuxième, a été seul à marquer dans cet engagement, le cinquième de Christopher Benoît, au terme d'une descente à deux contre un.
Ce duel a été ponctué de deux combats. Si Samuel Thibault a eu légèrement le dessus sur Joël Teasdale, Shawn Element a servi toute une correction à Charlie Roy qui, à 19 ans, est de trois ans l'aîné de la recrue du Drakkar.