L'entraîneur-chef du Drakkar, Éric Veilleux (photo), trouve que l'Armada - et surtout son président, directeur général et entraîneur adjoint, Joël Bouchard - utilise un peu trop certains médias pour jouer à la victime.

Éric Veilleux quitte le Drakkar pour un poste d'adjoint dans la Ligue américaine

Le Drakkar de Baie-Comeau doit se trouver un nouvel entraîneur-chef. En toute logique, Éric Veilleux passe à l'échelon supérieur en devenant entraîneur adjoint chez les Admirals de Norfolk de la Ligue américaine de hockey, club-école des Ducks d'Anaheim de la Ligue nationale de hockey.
L'entente de Veilleux avec Norfolk est d'une durée de deux ans. Il devient l'adjoint de Jarrod Skalde, nommé entraîneur-chef des Admirals le 11 juillet. Les deux hommes se connaissent bien pour avoir évolué ensemble avec les Thoroughblades du Kentucky en 1998-1999.
«Mon chum [Skalde] m'avait demandé ce printemps si ça pouvait m'intéresser d'être son adjoint, si jamais il devenait entraîneur-chef. Je lui avais dit peut-être», a lancé Veilleux, qui n'a jamais caché son intérêt de passer au niveau professionnel. «Ça a continué de jaser durant le repêchage [de la LNH] et lors de mon passage au camp de perfectionnement des Canadiens [de Montréal]. J'ai eu de bonnes discussions avec la direction des Ducks et j'ai vu qu'on allait dans le même sens. Les pièces sont tombées au bon endroit au bon moment.»
Le pilote a assuré avoir adoré son passage à Baie-Comeau, tout comme sa famille. «Je suis content du travail accompli chez le Drakkar. Il y a juste une petite minute de jeu qui aurait pu faire toute une différence», a-t-il ajouté en faisant allusion au but chanceux d'Anthony Mantha à la toute fin du septième match de la dernière finale. «C'est dommage pour les partisans de Baie-Comeau, qui sont incroyables, de ne pas avoir goûté au championnat.»
Le directeur général du Drakkar, Steve Ahern, n'est pas tombé en bas de sa chaise lorsque Veilleux lui a appris son départ. «Quand on l'a embauché, on savait qu'il voulait monter chez les pros. L'opportunité est venue et on lui souhaite la meilleure des chances», a souligné le dg, qui doit maintenant trouver un successeur à l'entraîneur-chef de l'année dans la Ligue canadienne de hockey en 2013-2014.
«C'est sûr que ce n'est pas la meilleure période de l'année pour ça, on ne choisit pas le temps où ça arrive, mais il y a d'excellents candidats disponibles. La LHJMQ est une bonne pépinière de coachs», a affirmé Ahern, qui regardera notamment dans sa cour avec la présence de Claude Bouchard, qui était l'adjoint de Veilleux la saison dernière.
En 134 matchs de saison régulière à la barre du Drakkar, Éric Veilleux a compilé une excellente fiche de 90 victoires et 44 défaites, décrochant le titre de champion de la saison l'an dernier. En séries, il a conduit l'équipe à deux participations consécutives à la finale pour l'obtention de la Coupe du président. On se souviendra notamment du séjour de Veilleux dans la LHJMQ pour son titre de champion de la Coupe Memorial avec les Cataractes de Shawinigan en 2012.