Gabriel Fortier est un des espoirs qui sera sous l'œil des dépisteurs lors de la série entre Baie-Comeau et Halifax.

Drakkar-Mooseheads : un rendez-vous pour les dépisteurs

BAIE-COMEAU — L’affrontement entre le Drakkar de Baie-Comeau et les Mooseheads de Halifax n’est probablement pas celui où seront braqués les projecteurs en ce début des séries éliminatoires de la LHJMQ. Il risque toutefois d’être le rendez-vous des dépisteurs de nombreuses équipes professionnelles.

En effet, on retrouve dans ce duel cinq joueurs classés parmi les 50 premiers chez les patineurs évoluant en Amérique du Nord pour le prochain repêchage de la LNH. Les Mooseheads possèdent Filip Zadina (classé 2e), Jared McIsaac (12e) et Benoît-Olivier Groulx (18e). Du côté du Drakkar, on retrouve Gabriel Fortier (35e) et Xavier Bouchard (41e).

«Les spectateurs et les dépisteurs vont en avoir plein la vue dans cette série», prédit l’entraîneur-chef du Drakkar, Martin Bernard, qui souligne le fait que les deux formations en sont sensiblement à la même étape de leur développement en ce qui concerne les groupes d’âge. Les Têtes d’orignaux ont toutefois une cartouche que le Drakkar n’a pas.

«La différence, c’est Zadina. N’importe qui dans la ligue qui aurait ajouté Zadina dans son alignement cette année aurait fait un bond au classement», a lancé Bernard à propos du jeune Tchèque, septième meilleur marqueur du circuit Courteau (82 points) et troisième meilleur buteur (44, ex aequo).

En conséquence, les Mooseheads forment une équipe «qui regorge de talent offensif avec beaucoup d’habiletés, de la vitesse et qui mise aussi sur trois défenseurs capables de supporter l’attaque», a enchaîné le pilote, identifiant McIsaac, Jocktan Chainey et Jake Ryczek.

LIRE AUSSI : Bataille féroce à prévoir entre Québec et Charlottetown

Bernard souhaite voir sa formation «avoir une bonne conscience défensive», tout en faisant valoir que ce conseil est valide «peu importe l’équipe qu’on affronte. Celui qui fait le moins d’erreurs et qui reste concentré a plus de chances de l’emporter». Halifax a donné plus de buts par match ces derniers temps, mais pas question pour les Nord-Côtiers de se lancer dans un derby offensif.

LIRE AUSSI : Wildcats-Océanic : les chiffres ne veulent plus rien dire

«Je veux voir de l’implication, des gars qui vont vouloir faire les petits détails qui conduiront à un but ou qui vont en empêcher un. Il faut jouer avec hargne et détermination et je suis confiant car au cours des dernières années, on a toujours joué de bons matchs contre eux», a-t-il fait valoir.

Comme Halifax, ce n’est pas à la porte d’à côté, le Drakkar a quitté son port mercredi matin à bord du traversier vers Matane, pour débarquer la capitale néo-écossaise autour de minuit, question de pouvoir s’entraîner sur la glace du Scotiabank Centre jeudi matin.