Le dg du Drakkar, Steve Ahern (à gauche)

Drakkar: Ahern veut avoir le premier choix

Steve Ahern dresse un bilan positif de la 20e saison du Drakkar, mais le directeur général de la formation nord-côtière est déjà rendu à la prochaine séance de repêchage. Il a clairement fait savoir, mardi, qu'il désirait le tout premier choix et qu'il était prêt à y mettre le prix.
«Pour 2017, on veut le premier choix et on est prêt à le payer», a déclaré Ahern à la fin de son intervention pour faire le bilan de la saison qui s'est achevé sur une note optimiste, malgré le balayage en quatre rencontres aux mains des Islanders de Charlottetown. «Si c'est possible, on va le faire et j'assure que ce ne sont pas des paroles en l'air», a-t-il ajouté.
Ahern a en effet des atouts intéressants dans son jeu. Il possède les choix numéro 6 (le sien) et 9 (Gatineau) et une douzaine de joueurs très prometteurs âgés de 18 ans et moins dans l'alignement la saison prochaine. Il y aura donc peu de place pour plusieurs recrues l'an prochain, mais si cette recrue se nomme Alexis Lafrenière, Xavier Poulin, Xavier Parent ou Jakob Pelletier, qu'on qualifie d'exceptionnels, ce n'est pas la même chose.
«Il y a trois exceptionnels au repêchage, suivis de joueurs qui peuvent avoir un impact immédiat dans une équipe», fait valoir le dg, qui n'est cependant pas prêt à laisser aller un ou l'autre des cinq joueurs de 16 ans qui faisait partie de l'équipage en 2016-2017. Tout dépendant qui gagnera le tirage pour le premier choix, qui aura lieu mercredi à Québec, le dg de Moncton, Sherbrooke, Rimouski, Halifax ou Val-d'Or, ou encore plusieurs d'entre eux, recevra un coup de fil de son homologue du Drakkar.
En guise de bilan, Ahern a fait savoir que son Drakkar a repris un peu de couleur la saison dernière, après une campagne particulièrement difficile en 2015-2016. Les quatre choix de première ronde de l'équipe au dernier repêchage sont déjà tous des joueurs importants dans l'alignement et l'identité du Drakkar, qui met l'accent sur l'intensité au jeu, est revenue.
«Il a fallu revenir à notre philosophie, et ç'a été très difficile. Des gars sont arrivés au camp d'entraînement dans une forme [qui n'était pas] dans les standards de l'équipe. Ce n'est pas quelque chose qui va se reproduire», a promis Ahern. Le sourire en coin de Martin Bernard, à sa droite, en témoignait.
L'entraîneur-chef, qui célébrait mardi son premier anniversaire d'association avec le Drakkar, s'est d'ailleurs dit satisfait de la progression de ses ouailles. En fait, ses jeunes l'ont même un peu surpris en fin de saison.
«Je ne m'attendais pas à ce qu'une gang de jeunes de 16 et 17 ans allait autant dominer physiquement contre une équipe mature comme Charlottetown, la deuxième meilleure équipe de notre ligue. J'aime beaucoup notre mix de talent et d'intensité», a-t-il lancé en assurant que «les jeunes sont déterminés à donner un championnat à Baie-Comeau dans les prochaines années».