Samuel Carrier n'a pu empêcher Maxim Lamarche (44) de déjouer le gardien de l'Armada, Étienne Marcoux, en fin de deuxième période. C'est ce but qui a fait la différence dans le match. Avec cette victoire, le Drakkar mène maintenant la série 2-0.

Drakkar 2/Armada 1: deuxième victoire pour Baie-Comeau

Le Drakkar de Baie-Comeau continue son parcours parfait en séries éliminatoires. Les hommes d'Éric Veilleux ont signé samedi une victoire de 2-1 face à l'Armada de Blainville-Boisbriand, qui retourne à la maison avec un déficit de 0-2 dans cette série demi-finale.
À part au premier vingt, l'Armada a pas mal fait tout ce qu'il pouvait pour repartir de Baie-Comeau avec un gain en poche, mais il a été muselé par le jeu défensif du Drakkar, qui n'a accordé que 23 tirs, dont aucun en première période. Blainville-Boisbriand a inscrit son seul but de la rencontre alors qu'il avait un avantage numérique de deux hommes.
Le but gagnant a été enfilé à 18:46 de la deuxième période par le défenseur Maxim Lamarche, qui s'était aventuré à l'attaque. Sur la séquence, Lamarche a été brillamment servi par Valentin Zykov, qui lui a remis le disque.
«On a mieux joué défensivement et on a créé plus de chances en offensive. C'était l'objectif, jouer un meilleur match que la veille», a déclaré l'entraîneur-chef du Drakkar, dont les siens n'ont accordé que sept buts à forces égales depuis le début des séries. «Les gars sont demeurés calmes, même s'il y avait beaucoup d'émotion. Il faut dire que les gars sont dédiés et plusieurs font un travail effacé. Souvent, un lancer bloqué peut faire la différence.»
Son vis-à-vis Jean-François Houle aurait évidemment souhaité un meilleur départ des siens. «On n'a pas assez gagné de batailles dans les coins et on n'est pas bien sorti, mais on est revenus dans le match. Baie-Comeau a bien joué défensivement et n'a pas donné beaucoup de lancers dangereux», a lancé le pilote de l'Armada, qui ne compte pas encore les siens pour battus. «On gagne le prochain match et c'est 2-1. On ne joue pas notre survie mardi, car ça prend quatre matchs pour gagner une série», a-t-il ajouté.
L'Armada a sorti les épaules dans ce duel, mais le Drakkar a néanmoins ouvert le pointage à mi-chemin de l'engagement. Raphaël Bussières a récupéré une rondelle libre alors que la mêlée battait son plein devant le but d'Étienne Marcoux pour inscrire son quatrième des séries. Marcoux n'a rien à se reprocher devant la cage des siens hier, lui qui a fait face à 33 tirs et qui a frustré au moins trois joueurs du Drakkar, dont Jérémy Grégoire à deux occasions.
Difficile de lancer
Les visiteurs avaient les épaules solides en première, mais les bâtons beaucoup moins affûtés car ils n'ont pas réussi le moindre tir au but, même s'il a bénéficié de trois supériorités numériques. Le Drakkar a pour sa part pris 11 tirs, mais les chances de marquer étaient sensiblement les mêmes après 20 minutes.
Le portrait fut tout autre en deuxième, l'Armada prenant d'assaut le filet de Philippe Cadorette lors de la première moitié de la période. Bénéficiant d'une double supériorité numérique, les visiteurs ont finalement trouvé le fond du filet par l'entremise de Marc-Olivier Roy. Après 10 supériorités, il s'agissait d'un premier but pour Blainville-Boisbriand avec l'avantage d'un homme dans cette série.
NOTES: Charles Poulin était en uniforme pour son premier match des séries. C'est Bokondji Imama qui a écopé...Le Drakkar a distribué 15 mises en échec dans ce match, trois de moins que l'Armada. À lui seul, Christian Marti a donné six mises en échec, toutes solides...Stefan Matteau a passé la troisième sur le banc après avoir écopé d'une mauvaise pénalité en fin de deuxième. «On a des valeurs dans cette équipe et il faut les respecter. Le hockey est un jeu d'équipe, pas un sport individuel», a expliqué Houle...L'Armada a marqué une fois en six supériorités, le Drakkar étant blanchi à ses cinq tentatives...Le Centre Henry-Leonard était encore plein à craquer pour cette rencontre.