D’Artagnan Joly est passé de Baie-Comeau à Victoriaville, mais il pourrait se retrouver ailleurs avant le 6 janvier.

D’Artagnan Joly, un Tigre que de passage?

Passé du Drakkar de Baie-Comeau aux Tigres de Victoriaville à l’ouverture de la période des transactions de la LHJMQ dimanche, D’Artagnan Joly pourrait ne jamais mettre les pieds dans son nouveau vestiaire des Bois-Francs.

Le mot circulait mardi à travers les joueurs de la LHJMQ que l’attaquant gatinois de 19 ans ne se rapporterait pas à une équipe en reconstruction, mais son agent Jim Bursey a rapidement corrigé le tir lorsque joint par Le Droit.

«Je ne sais pas d’où vient cette information. Ce que nous savons, c’est que D’Artagnan a été échangé à Victoriaville. Il a vécu une semaine éprouvante depuis son départ précipité de Baie-Comeau et il essaie de faire le ménage dans ses idées. Il ne faut pas voir plus loin que ça.»

Chez les Tigres, le directeur général Kevin Cloutier ne veut pas commenter ses transactions avant la date limite, mais il dit avoir parlé avec l’espoir des Flames de Calgary et que celui-ci semblait bien content de se retrouver avec les Tigres lors de cette conversation.

En 2015, Cloutier était directeur général adjoint de Michaël Joly lorsque celui-ci a inscrit le but vainqueur en prolongation du septième match de la coupe du Président avec l’Océanic de Rimouski.

Il était donc satisfait de son coup en mettant la main sur son jeune frère en échange de deux défenseurs de 19 ans et des choix au repêchage. Or, selon certaines sources du Droit à travers le circuit Courteau, la demande pour Joly serait en forte hausse depuis son transfert de Baie-Comeau à Victoriaville puisque les équipes aspirantes de la ligue ne s’attendaient pas à ce qu’il se retrouve sur le marché.

Joly avait inscrit 68 points en 55 matches à 18 ans et il avait quand même 26 points en 31 matches avec un temps de glace limité cette année. Tout le monde croyait qu’il serait un morceau important du casse-tête du Drakkar dans une année où il vise le championnat.

Bref, s’il est la propriété de Tigres pour l’instant, Joly pourrait bien se retrouver dans un club aspirant d’ici le 6 janvier. Surtout si les prix continuent d’être à la hausse pour celui qui tentera de prouver aux Flames de Calgary qu’il mérite un premier contrat professionnel.