L'entraîneur Martin Bernard

À bout de souffle, le Drakkar s’incline 6-2

BAIE-COMEAU — Un peu à bout de souffle au terme de ce voyage de trois matchs en quatre soirs et en raison de la surutilisation de ses jeunes défenseurs, le Drakkar n’a pu servir une opposition valable aux Olympiques, qui l’ont emporté par la marque de 6-2, samedi à Gatineau.

Privé pour un deuxième soir des services de Bradley Lalonde, blessé à l’entraînement jeudi, le Drakkar se retrouvait de nouveau avec deux défenseurs de 16 ans, deux de 17 ans et autant de 18 ans pour évoluer devant Antoine Samuel. Les visiteurs étaient toujours dans le match après 40 minutes de jeu, tirant de l’arrière 3-1, mais ils n’ont pu renverser la vapeur en troisième, accordant plutôt trois buts en moins de trois minutes.

«On va continuer à travailler fort avec nos jeunes, on est là pour ça», a lancé un Martin Bernard moins volubile qu’à son habitude en fin de rencontre. Et était-il satisfait pour ce qui est de l’effort déployé? «On va réévaluer ça», a-t-il laissé tomber.

Les hommes de Bernard n’ont pas été invisibles en attaque comme en témoignent leurs 36 lancers, dont 18 dangereux. Mais le cerbère Tristan Bérubé s’est dressé quand la situation le commandait. «On a des lancers, mais les résultats ne sont pas là», a été le seul commentaire du pilote à ce chapitre.

Tour du chapeau

Il y avait à peine cinq minutes d’écoulées au premier vingt que Mitchell Balmas avait déjà frappé deux fois pour les Olympiques. Son premier a été inscrit sur l’un des cinq avantages numériques dont a bénéficié Gatineau en première période. Au total, les locaux en ont reçu sept.

En début de deuxième, Gabriel Fortier (11e) a réduit l’écart à un but, avec l’avantage d’un homme, mais Balmas est revenu à la charge en complétant son tour du chapeau durant une double supériorité numérique des siens.

Jeffrey Durocher, Pierre-Olivier Lacombe et Gabriel Bilodeau ont complété pour les Olympiques au dernier engagement. La réplique du Drakkar est venue du bâton de D’Artagnan Joly (8e).

NOTES: Il n’y avait pas seulement Lalonde qui manquait à l’appel pour le Drakkar. Justin Blanchette a lui aussi été blessé à l’entraînement jeudi matin, subissant une commotion. Francis Marois, le beau-fils du directeur général Steve Ahern, était pour un deuxième soir l’adjoint de Samuel, qui a affronté 38 tirs…Trois combats ont éclaté dans les trois dernières minutes du match.