Drakkar

Le Drakkar à l’école des Tigres

BAIE-COMEAU — Le Drakkar n’est jamais parvenu à s’imposer vendredi devant une équipe aguerrie comme les Tigres de Victoriaville, qui ont signé un gain de 4-0 devant 1607 partisans plutôt tranquilles au Centre Henry-Leonard.

Le nombre de lancers dans cette rencontre a été pratiquement le même de chaque côté (31-27 Victo), mais les visiteurs ont eu nettement le meilleur en ce qui concerne les chances de marquer, avec 16 contre 9.

Le gardien numéro deux des Tigres, Anthony Morrone, a réalisé le premier blanchissage de sa jeune carrière junior majeur. À l’autre bout, Antoine Samuel a déjà mieux paru, échappant deux lancers pour autant de buts en troisième période, ceux de Vincent Lanoue et le second du match de Chase Harwell, d’un tir de routine de la ligne rouge.

«C’est l’équipe que la Ligue attendait, l’équipe favorite du début de saison et leur classement ne représente pas ce qu’ils sont», n’a pas manqué de faire valoir l’entraîneur-chef du Drakkar, Martin Bernard. «Ils ont fermé la zone neutre et ça nous a causé des problèmes. On a eu de la misère à placer la rondelle derrière leurs défenseurs pour se créer du momentum en échec avant. Pour nous, c’est de l’apprentissage quand on joue contre des équipes comme ça.»

Beaucoup de profondeur

Ce blocus en territoire neutre a aussi nui au travail de la jeune défensive du Drakkar, qui a peiné à relancer l’attaque. «Ce n’est pas évident pour les jeunes avec des [Maxime] Comtois, [Pascal] Laberge, [James] Phelan et compagnie. Ils ont beaucoup de profondeur», a noté Bernard.

Harwell a ouvert le pointage au premier vingt, faisant dévier le long tir de Félix Paré. Les Tigres ont ensuite eu les meilleures occasions et Samuel a dû se distinguer à quelques reprises pour garder l’écart à un but, frustrant entre autres Laberge et Lanoue.

Victoriaville a doublé la mise à l’engagement médian par l’entremise de son fer de lance, Comtois, qui a pris un puissant tir frappé que Samuel n’a pu complètement stopper. Les hommes de Louis Robitaille avaient alors l’avantage d’un homme. De retour du Défi mondial des moins de 17 ans, Nathan Légaré et Christopher Merisier-Ortiz étaient en uniforme pour le Drakkar, contrairement à Xavier Bouchard, blessé au bas du corps, et Antoine Girard, blessé à un doigt.

Drakkar

Le Drakkar sans complexe à Halifax

Le Drakkar a disputé un match quasi impeccable, infligeant aux Mooseheads un premier revers en temps régulier à domicile cette saison par la marque de 3-2, jeudi à Halifax.

Les visiteurs n’ont démontré aucun complexe face aux Têtes d’orignaux. Ils ont d’ailleurs répliqué avec deux buts en moins de deux minutes après que les Mooseheads ont pris les devants en première. Baie-Comeau a aussi été solide pour protéger sa mince avance sans jouer défensif à outrance.

«On a été bons et particulièrement sur deux points. Premièrement, on a livré un bon match en défensive, on ne les a pas laissés entrer à l’intérieur», a souligné l’entraîneur-chef Martin Bernard. «Ensuite, on n’a pas paniqué en deuxième quand ils ont eu trois jeux de puissance en ligne et que le momentum a changé. Ce sont des choses avec lesquelles on a eu de la difficulté dans les derniers matchs.»

Bien placé devant Antoine Samuel (31 arrêts), Otto Somppi a habilement fait dévier le tir de Maxime Fortier pour ouvrir le pointage, en avantage numérique. Mais Ivan Chekhovich (7e), sur un revirement causé par l’échec-avant du Drakkar, a créé l’égalité, suivi d’Isaiah Gallo-Demetris (3e), qui a récupéré le retour de Yan Aucoin. En début de deuxième, Jean-Simon Bélanger (3e) a provoqué un revirement avant de battre lui-même Alexis Gravel (26 arrêts) d’un tir vif pour le but de la victoire. Benoît-Olivier Groulx a inscrit l’autre but de Halifax, à 15:25 de la deuxième.

NOTES: Les frères Fortier, Maxime pour les Mooseheads et Gabriel pour le Drakkar, se sont affrontés pour la mise en jeu initiale du match. C’est le plus jeune des deux frangins qui l’a emporté… Le Drakkar complète ce périple de trois rencontres en trois soirs dans l’Atlantique en s’arrêtant à St.-Jean vendredi pour y affronter les Sea Dogs, qui se sont inclinés 5-4 à Baie-Comeau la semaine dernière. C’est Justin Blanchette qui sera devant le filet du Drakkar.

Drakkar

La séquence du Drakkar s’arrête à trois

Même s’il a été plus menaçant que l’adversaire en zone offensive, le Drakkar n’a pu prolonger à quatre sa séquence de victoires consécutives, s’inclinant 3-2 devant les Wildcats lors du premier de ses trois matchs en trois soirs dans les Maritimes, mercredi à Moncton.

Tirant de l’arrière 3-0 après 40 minutes, les hommes de Martin Bernard sont parvenus à prendre 35 tirs, mais Mark Grametbauer a été brillant pour les Wildcats, qui ont mis fin à une série de trois revers d’affilée.

«Ça s’est joué sur une question de détails», a souligné Bernard. «Les revirements nous ont coûté deux buts. On a essayé d’ouvrir le jeu, on a eu de belles chances, surtout en avantage numérique [0 en 7], mais Grametbauer a fait les gros arrêts.

Le crédit à Grametbauer

«Avec 20 lancers dangereux [contre 12 pour Moncton], on peut dire que les gars ont été menaçants. Si on avait été le moindrement opportunistes, ça aurait pu être différent comme résultat, mais il faut donner le crédit à Grametbauer.»

En l’absence du capitaine Antoine Girard, Bernard avait donné un second départ à Édouard St-Laurent à la gauche de Gabriel Fortier et de Jordan Martel sur le premier trio. S’il avait bien fait contre Chicoutimi le week-end dernier, St-Laurent a connu une autre soirée laborieuse, étant notamment responsable du revirement qui a procuré le premier but des Wildcats.

Le quatrième des quatre choix de première ronde de l’équipe au repêchage l’an dernier n’a toujours pas de but cette saison. Il a cédé rapidement sa place à Isaiah Gallo-Demetris. Bernard refuse de lancer la serviette avec le patineur de 17 ans et estime que ce n’est «qu’une question de confiance»,

Fortier (9e) et Martel (12e) ont touché la cible pour le Drakkar au troisième vingt pour corser la fin du duel, mais Grametbauer a refusé de céder une troisième fois pour sauver cette victoire des siens. Anderson MacDonald et Jonathan Aspirot, au premier engagement, et Liam Dunda en deuxième ont marqué aux dépens d’Antoine Samuel, auteur de 29 arrêts.

Drakkar

La bonne recette du Drakkar

Martin Bernard a-t-il trouvé dimanche dernier la bonne recette avec ses deux premiers trios? Quoi qu’il en soit, il l’a répété jeudi dans un gain de 5-4 aux dépens des Sea Dogs de Saint-Jean.

Séparé la semaine dernière de D’Artagnan Joly et Ivan Chekhovich, qui se retrouvent avec Simon Chevrier, Gabriel Fortier semble fort à l’aise au centre d’Antoine Girard et Jordan Martel. Ce dernier a connu une soirée de deux buts (10e et 11e) et une passe, alors que Fortier a amassé un but (8e) et une mention d’aide.

La troisième période a toutefois été laborieuse pour les locaux, qui menaient 5-2 avant le début de celle-ci. Des buts de Cédric Paré et Joe Veleno ont réduit l’écart à un but et avec 80 secondes à faire, Daniel Hardie a bousillé une chance en or de créer l’égalité en ratant une cage abandonnée.

«Il faut apprendre à faire face à l’adversité, apprendre à jouer avec l’avance. Ça fait partie du processus de développement d’un club», a rappelé l’entraîneur-chef du Drakkar, qui souligne que la confiance de ses jeunes troupiers reste fragile.

Quant aux changements de lignes, «ça donne beaucoup de variété, de profondeur à nos trios», a ajouté Bernard, qui s’est dit content de l’apport de Jean-Simon Bélanger avec le duo énergique formé par Christopher Benoît et Shawn Element. Un joueur comme Samuel Dickner a aussi eu à se signaler dans la sale besogne en l’absence de Girard, blessé à un doigt en troisième.

Joly (2e) a ouvert le pointage au premier vingt, bénéficiant d’une cage ouverte. Landon Quinney a ensuite provoqué un revirement pour prendre un bon tir qui a battu Antoine Samuel (31 arrêts). Avec une trentaine de secondes à l’engagement, Martel a toutefois pris un lancer voilé flottant qui a trompé la vigilance d’Alex D’Orio, bombardé de 41 rondelles. En deuxième, après le second de la soirée de Martel, enfilé à quatre contre trois, Quinney a causé un autre revirement qui a mené au but de William Poirier, en désavantage numérique. Bélanger (2e) et Fortier ont toutefois répliqué pour procurer un coussin confortable au Drakkar.

NOTE : Noah Corson n’est plus membre du Drakkar. D’un commun accord avec la direction, il a décidé de quitter l’équipe. Il évolue désormais avec les Inouk de Granby de la ligue junior AAA.

Drakkar

Drakkar: le travail du jardinier récompensé

BAIE-COMEAU — En y mettant les efforts nécessaires, le Drakkar de Baie-Comeau a réussi à mettre fin à sa séquence de cinq revers consécutifs en prenant la mesure des Cataractes de Shawinigan par le pointage de 4-3, dimanche.

Les locaux menaient 3-2 et avec 80 secondes à écouler au match, ils se sont retrouvés à six contre trois en raison de deux pénalités mineures et du retrait du gardien Mikhail Denisov au profit d’un sixième attaquant, mais Gabriel Fortier a tiré les marrons du feu avec un lancer d’un bout à l’autre de la patinoire pour inscrire son deuxième but du match.

Cameron Askew a rétréci l’écart, lui aussi avec son deuxième filet de la rencontre, avec 21 secondes à faire, mais ce fut trop peu trop tard pour les Cats.

Martin Bernard a repris son analogie de vendredi sur le jardinage pour démontrer l’importance de répéter les bons gestes et d’être patient. «J’avais de nouveau demandé aux gars d’apporter leur râteau, leur pelle et leur arrosoir parce qu’on continue à faire notre jardinage. Je suis content de notre match, de l’effort déployé», a déclaré l’entraîneur-chef du Drakkar.

Deux buts en deuxième

Pour une rare fois, le Drakkar ne s’est pas effondré en deuxième période. En fait, il a même marqué deux fois pour prendre les devants 2-1. D’Artagnan Joly a inscrit son premier but de la saison, faisant dévier en reculant le tir de Bradley Lalonde.

Séparé de Joly et d’Ivan Chekhovich pour se retrouver au centre d’Antoine Girard et de Jordan Martel, Gabriel Fortier a lancé le Drakkar en avant au terme d’un bel effort en zone ennemie. Denisov a été battu par son tir dans la partie supérieure.

«La deuxième période nous a causé beaucoup de problèmes depuis le début de l’année. On a joué une bonne deuxième, on ne s’est pas endormis et avec des bâtons tenus moins serrés, on aurait pu avoir quelques filets de plus», a indiqué Bernard en faisant valoir que dans ses changements de trio, Girard «a généré de l’énergie» sur la première ligne et que ses trios étaient «mieux balancé».

Baie-Comeau a aussi disputé une solide première période, dominant même la colonne des tirs au but 10-1 après sept minutes de jeu. Ce sont toutefois les Cataractes qui ont pris les devants par l’entremise d’Askew, oublié dans l’enclave après que le Drakkar eut perdu la rondelle derrière son filet.

NOTES : Jérémy Manseau a inscrit l’autre but de Shawinigan, qui a dominé 36-34 au tableau des lancers…Antoine Samuel a de nouveau été solide devant sa cage, particulièrement en troisième, où il a affronté 19 tirs… Un total de 1674 spectateurs ont assisté au match.

Drakkar

La constance du Drakkar fait encore défaut

BAIE-COMEAU — La constance est une qualité difficile à acquérir pour le Drakkar de Baie-Comeau jusqu’ici cette saison. Les hommes de Martin Bernard ont laissé filer une avance de deux buts pour s’incliner 3-2, dimanche, à domicile devant les Voltigeurs de Drummondville.

Grâce au second but de la rencontre de Jordan Martel, le Drakkar menait 2-0 et il n’y avait pas encore une minute d’écoulée en deuxième. Tout s’est toutefois écroulé par la suite et les Voltigeurs ont frappé deux fois au dernier engagement pour rentrer à domicile avec le gain.

«Il faut être conscient qu’on a une défensive jeune, avec notamment deux 16 ans», a fait valoir Martin Bernard, qui a vu les siens accorder 40 tirs. «Quand le heat du match monte, on a de la misère à faire face à la musique. On va continuer à travailler avec nos éléments en place, à être plus efficace et à moins paniquer.»

Aucoin dans les gradins

Un joueur comme Yan Aucoin, laissé dans les gradins pour réfléchir, pourrait être celui qui aidera les jeunes défenseurs à moins paniquer, s’il joue à la hauteur des attentes. «On s’attend à ce qu’un gros bonhomme comme lui stabilise notre défensive […], joue bien à un contre un et soit solide devant le filet», a souligné l’entraîneur-chef. «On s’attend aussi à ce qu’il soit un modèle pour nos jeunes.»

Avec seulement 23 lancers, l’attaque du Drakkar n’a pas livré sa meilleure prestation, a analysé le pilote. «On essaie de faire trop de dentelle, a constaté Bernard. On a eu des opportunités de mettre la rondelle au filet, mais on faisait la passe de trop. Ce n’est pas nécessaire d’être beau et fancy

Le Drakkar a ouvert le pointage en première par l’entremise de son meilleur marqueur, avec un homme en plus sur la glace. Les locaux ont ensuite écoulé quatre désavantages numériques avec succès et raté une occasion en or à la dernière seconde de l’engagement, sur une descente à trois contre un.

Dès le début de la deuxième, Martel a doublé l’écart avec un tir à contre-courant qui a surpris Olivier Rodrigue. Le Drakkar a ensuite totalement perdu le momentum, accordant 18 tirs aux Voltigeurs dans cette période et soudainement, tout est devenu difficile. Les visiteurs n’ont réussi à marquer qu’une fois, Brandon Skubel faisant habilement dévier le disque.

Deux ex-porte-couleurs de l’Armada de Blainville-Boisbriand, Morgan Adams-Moison et Yvan Mongo, ont fait pencher la balance du côté de Drummondville en touchant la cible en troisième, aux dépens d’Antoine Samuel, encore solide.

Drakkar

Défaite et bonne note pour les matelots

BAIE-COMEAU — Cette fois, la fusillade n’a pas souri au Drakkar. Pour la première fois en quatre occasions en tirs de barrage cette saison, les hommes de Martin Bernard se sont inclinés, au profit des Tigres, qui l’ont emporté 3-2 vendredi, à Victoriaville.

Pour une rare fois, le Drakkar a eu le meilleur au chapitre des tirs (37-33, dont sept en fusillade) et distribué une vingtaine de mises en échec, mais il n’a pu repartir avec les deux points. Le timonier donne ainsi une bonne note à ses matelots, qui n’en ont pas accumulé des masses récemment. «Je suis content de l’effort déployé et de la façon dont on a travaillé», a fait valoir l’entraîneur-chef. «J’ai vu des gars être physiques, j’ai vu des gars backcheckés comme ils n’ont jamais backchecké. Ç’a été un de nos meilleurs matchs au niveau de l’intensité.»

Peu menaçant avec l’avantage d’un homme jusqu’ici cette saison (12 % d’efficacité), le Drakkar a réussi à marquer une fois dans ces circonstances vendredi, le quatrième d’Ivan Chekhovich, qui faisait 1-1 en milieu de deuxième. Avec un peu plus de finition autour du filet avec un homme en plus, les Nord-Côtiers auraient bien pu se sauver avec ce match, notamment avec un jeu de puissance en supplémentaire.

«On a bien exécuté en avantage numérique, on a pris plus de lancers au filet, on a essayé de créer des choses. C’est bien, mais il y a encore des choses à travailler au niveau de l’exécution», a ajouté Bernard.

Bradley Lalonde s’est rappelé au souvenir de ses ex-partisans en créant l’égalité 2-2 à 14:41 de la troisième période sur un tir de la ligne bleue pendant que Tristan Côté-Cazenave avait la vue obstruée. Félix Boivin avait redonné les devants aux locaux en début de troisième, une seconde après la fin d’une pénalité imposée à D’Artagnan Joly.

Les Tigres avaient ouvert le pointage dès la deuxième minute de jeu au premier vingt, en avantage numérique. Antoine Samuel ne pouvait rien sur le beau tir voilé d’Ivan Kozorenkov.

Drakkar

Les Sags prennent leur revanche

SAGUENAY — Les Saguenéens de Chicoutimi ont pris leur revanche sur le Drakkar en effaçant un déficit de deux buts pour l’emporter au compte de 5-2, samedi, sur la patinoire du centre Henry-Leonard de Baie-Comeau.

En première, le Drakkar avait pourtant poursuivi sur sa lancée de la veille en marquant deux fois. Le Chicoutimien Jordan Martel a continué de faire mal aux Sags en ouvrant le pointage, imité quelques minutes plus tard par Bradley Lalonde en avantage numérique.

Mais les gros canons des Sags ont rebondi : le défenseur Olivier Galipeau a marqué deux fois et ajouté une passe, Kevin Klima a fait bouger les cordages à une reprise et s’est fait complice sur deux autres, alors que German Rubtsov a préparé trois buts des siens.

«On a besoin de grosses performances de nos leaders. C’est ça le hockey junior», a noté l’entraîneur-chef des Sags Yanick Jean «Je n’ai pas l’impression que personne a joué un mauvais match, mais pour l’emporter, nos gros joueurs doivent être nos meilleurs. On doit également être l’équipe qui travaille plus fort.»

Liam Stevens et Félix-Antoine Marcotty ont aussi déjoué Antoine Samuel, auteur de 31 arrêts. D’Artagnan Joly, qui disputait son premier match de la saison pour le Drakkar, a été blanchi de la feuille de pointage.

Drakkar

Jordan Martel s'amuse face aux Sags

SAGUENAY — Le Chicoutimien Jordan Martel s’est fait plaisir en marquant le but gagnant devant plusieurs membres de sa famille assis dans les estrades du centre Georges-Vézina dans la victoire de 4-1 du Drakkar de Baie-Comeau contre les Saguenéens, vendredi.

«J’avais déjà scoré ici, mais c’est le fun encore. C’est tout le temps le fun de marquer ici», a témoigné l’attaquant de 19 ans qui a six buts et 13 points au compteur depuis le début de la saison. 

«Je suis surtout content de la victoire. C’est tout le temps agréable de gagner des matchs quand tout le monde participe», a-t-il repris humblement.

Martel a marqué le but qui a fait la différence en début de troisième période d’un tir vif. «Je n’ai pas l’occasion de venir si souvent même si on les affronte dix fois. Ça donne un petit boost d’énergie de jouer devant tes parents et amis. Ça donne un petit quelque chose de plus.»

Le Drakkar s’est sauvé avec la victoire en marquant trois fois en troisième période. Shawn Element et Simon Chevrier (2) ont été les autres marqueurs du Drakkar.

Blanchette brillant

Samuel Houde a été le seul à battre Justin Blanchette, qui a profité de son passage au Saguenay pour connaître sa meilleure performance de la saison et savourer la victoire. Avant la rencontre, le gardien de 17 ans affichait une moyenne de 7,25. Il l’a abaissée de près de trois points vendredi, repoussant 30 tirs et se signalant à quelques occasions en troisième.

«Ce n’est pas évident sur leur attaque massive quand ils mettent le gros Russe [Vladislav Kotkov] en avant du gardien. Tu dois trouver la rondelle et il l’a bien fait», a noté l’entraîneur-chef du Drakkar, Martin Bernard.

«Je pense qu’en première, il y avait un petit jeu de chat et de la souris entre les deux équipes. On se regardait. J’ai aimé notre deuxième. On a réussi à créer beaucoup de temps forts en zone offensive. On a manqué le filet souvent. On doit avoir 85 tirs à côté. En troisième, notre désavantage numérique a fait la différence. Les gars ont fait un gros travail. Ça n’arrêtait pas les punitions», a encore analysé l’entraîneur-chef.

Drakkar

L’histoire se répète grâce à Antoine Samuel

BAIE-COMEAU — L’histoire se répète entre le Drakkar et le Phoenix de Sherbrooke. Pour une seconde fois en autant de rencontres, les Baie-Comois l’ont emporté en fusillade, cette fois par le pointage de 3-2. Et c’est de nouveau Antoine Samuel qui a été la vedette.

Le vétéran gardien a stoppé 31 tirs, dont 16 en troisième période, pour remettre les siens sur le sentier de la victoire. L’honneur de dénouer l’impasse est revenu à Isaiah Gallo-Demetris, seul tireur à toucher la cible en fusillade. La recrue de 18 ans, qui s’impose de plus en plus, avait aussi créé l’égalité en troisième avec son second de la campagne.

«On a quand même généré de belles choses dans ce match, on a travaillé sur les détails», a fait valoir l’entraîneur-chef Martin Bernard. «On a été plus flats en deuxième, mais en troisième, j’ai aimé comment les gars ont réagi. On est revenus forts, avec un meilleur niveau de concentration.»

Les jeunes troupiers de Bernard ne doivent pas partir en peur avec ce gain, «car on est un peu fragiles maintenant présentement», a souligné le pilote. «Ça paraît en particulier sur le jeu de puissance, où on exécute mal.» L’attaque à cinq du Drakkar a été blanchie en quatre occasions mercredi, ce qui lui donne jusqu’ici cette saison un famélique taux de réussite de 11,6%.

Julien satisfait

Dans l’autre vestiaire, Stéphane Julien ramassait avec joie ce point au classement. «On a joué un excellent match, à part la petite erreur en troisième qui nous a coûté le deuxième but. Mes joueurs ont été solides dans ce voyage, mais Samuel a visiblement notre numéro», a lancé le pilote du Phoenix.

«Trois points sur quatre dans ce voyage, c’est très appréciable, mais au-delà de ça, j’ai bien aimé la façon dont on a joué. On était beaucoup sur la rondelle et notre attaque à cinq [1 en 2] a fait le travail», a ajouté Julien.

Baie-Comeau a inscrit le seul but du premier vingt, le premier en carrière du défenseur Hugo Savinsky, qui a bien appuyé l’attaque sur la séquence. Le Phoenix avait pris les devants avec deux filets sans réplique en deuxième, ceux de Vincent Lampron et de Félix Robert, ce dernier en avantage numérique.

De nombreux dépisteurs assistaient à cette rencontre au Centre Henry-Leonard, dont le directeur du recrutement du Canadien de Montréal, Trevor Timmins.