Drakkar

Réveil offensif pour le Drakkar face au Titan, 11 à 4

BAIE-COMEAU – Face à la modeste opposition offerte par le Titan d’Acadie-Bathurst, le Drakkar de Baie-Comeau en a profité pour faire revivre son offensive, marquant cinq fois au premier vingt en route dans un gain de 11-4, mettant ainsi fin à sa courte séquence de deux revers.

«Offensivement, ça a bien été. On peut difficilement dire quelque chose quand on a 11 buts, mais défensivement, il va y avoir des choses à adresser aux gars demain matin», a souligné l’entraîneur-chef du Drakkar après la rencontre. « On ne peut pas être trop large dans notre zone, il faut prioriser la protection de l’enclave et il faut aussi faire attention à notre couverture. On devra être meilleurs là-dessus demain. »

Pas vraiment satisfait de la performance de ses gros canons ces derniers temps, Martin Bernard a réduit le temps de glace de Nathan Légaré et Ivan Chekhovich, ces derniers démarrant le match sur le quatrième trio. Les deux ont marqué dans une cause déjà entendue. Pour Chekhovich, qui a aussi amassé deux passes, il s’agissait d’un premier but en 11 matchs.

«Il faut essayer des choses différentes pour repartir les gars. Ils jouent stressés », a souligné Bernard. « Je pense que maintenant, la pression va s’enlever un peu de leurs épaules. »

Plusieurs joueurs ont profité de cette rencontre à sens unique pour engraisser leur fiche personnelle, notamment l’ex-Titan Samuel L’Italien, avec un but et deux mentions d’aides, tout comme Jordan Martel. Shawn Element, Yaroslav Alexeyev et Christopher Benoît ont touché la cible à deux reprises chacun. Pascal Corbeil a aussi marqué. Keenan MacIsaac a récolté trois passes.

Evan MacKinnon, Anderson MacDonald et William Champagne, deux fois, ont inscrit les buts des visiteurs. Sur les trois premiers filets, Xavier Bouchard était sur la glace. Il est d’ailleurs directement responsable des deux premiers. Sur le premier, il a fait une passe directement sur la palette de MacKinnon, en désavantage numérique, en plein milieu de sa zone. « Sur le premier but, c’était assez évident. On était en désavantage numérique et l’idée, c’est de dégager notre zone en premier », a indiqué le pilote, qui fera sûrement valoir son point de vue à son défenseur.

Drakkar

Rien ne va plus pour le Drakkar

BAIE-COMEAU — Avec un mois à faire au calendrier, le Drakkar connaît un sérieux passage à vide. Il a subi un troisième revers à ses quatre dernières sorties, un deuxième échec d’affilée devant les Tigres de Victoriaville, qui l’ont emporté 4-2 mercredi au Centre Henry-Leonard.

Le Drakkar n’est plus le même depuis sa défaite contre Drummondville il y a deux semaines. Son attaque a de la difficulté à trouver le fond du filet, l’intensité est loin d’être au rendez-vous, tout comme l’exécution, et Alex D’Orio n’est plus aussi solide qu’à son arrivée avec l’équipe.

Drakkar

Drakkar 0/Tigres 4: recette gagnante pour Victoriaville

BAIE-COMEAU — Le Drakkar de Baie-Comeau s’est buté à un gardien au sommet de sa forme, dimanche à Victoriaville. Tristan Côté-Cazenave a stoppé les 43 rondelles qu’il a affrontées, Egor Serdyuk a inscrit un tour du chapeau et les Tigres ont signé une victoire de 4-0.

Avec un total de tirs de 43-23 en faveur des visiteurs, on aurait pu croire que les Félins se seraient retrouvés dans le pétrin au terme du duel. Mais de l’opportunisme, un gardien qui ne veut rien savoir et des joueurs qui se replient et qui se sacrifient pour bloquer des rondelles ont créé une recette gagnante, recette qui a permis de blanchir la puissante offensive du Drakkar pour la première fois de la saison.

Bernard en furie

Après la rencontre, Martin Bernard n’avait visiblement pas le goût d’accorder une entrevue, en furie d’avoir échappé les deux points et vraisemblablement insatisfait de la prestation des siens, qui ont perdu deux matchs sur trois dans ce voyage.

«Le résultat de ce match est une défaite, on ne peut donc pas être satisfait», a été son commentaire le plus descriptif. Appelé à commenter les performances respectives de Côté-Cazeneve et de son gardien, Alex D’Orio, il a lâché simplement : «On a donné plus de buts que l’autre bord. On a perdu.»

Même laconisme lorsqu’interrogé à savoir ce que ses hommes auraient pu faire de différent pour espérer remporter ce match. «Marquer des buts.» Fin de l’entrevue.

Au terme d’un premier vingt relativement partagé, les Tigres ont pris les devants par l’entremise de Serdyuk, qui a bondi sur un retour accordé par D’Orio directement dans l’enclave.

En deuxième, même s’il a concédé trois supériorités numériques aux locaux, le Drakkar a dominé cet engagement, prenant 18 tirs sur un Côté-Cazenave impérial, ce dernier refusant de céder. C’est plutôt Serdyuk, sur l’un des cinq tirs des siens dans cette période, qui a doublé l’avance des Tigres, en attaque à cinq. Xavier Bouchard s’est fait prendre profondément en zone adverse sur la séquence.

Second blanchissage

Le Drakkar a continué de mettre la pression en troisième pendant que Victoriaville se retranchait dès que possible dans son territoire. Mais il n’est jamais parvenu à tromper la vigilance de Côté-Cazenave, qui enregistrait un second blanchissage consécutif.

Anthony Poulin a mis fin aux espoirs des visiteurs en marquant dans un filet désert à 17:15 et Serdyuk a ensuite complété son truc du chapeau une minute plus tard, durant une mauvaise pénalité écopée par l’ex-Tigre Mathieu Charlebois. Les deux mêmes formations se retrouveront mercredi, cette fois au Centre Henry-Leonard de Baie-Comeau.

Drakkar

Le Drakkar massacre l'Armada 8 à 2

BAIE-COMEAU – Après avoir trébuché jeudi à Sherbrooke, le Drakkar de Baie-Comeau avait sur sa route l’Armada de Blainville-Boisbriand samedi soir. L’Armada s’est vite retrouvé bombardé de toutes parts, s’inclinant au final 8-2.

Il n’y avait même pas une minute d’écoulée dans cette rencontre que le Drakkar avait déjà marqué. Après 20 minutes de jeu, les hommes de Martin Bernard menaient 4-0 et la cause était entendue. Le tableau des tirs (44-22 Drakkar) peut donner une idée du genre de match qui s’est déroulé au Centre d’excellence Sports Rousseau.

 «Indépendamment de l’adversaire, ce qui m’intéressait de voir ce soir (samedi), c’était de la façon dont on allait jouer après notre mauvaise performance de jeudi et je suis satisfait du résultat et de la manière», a souligné le pilote des Nord-Côtiers après la rencontre. »On a bien exécuté et les gars ont été sur la job durant 60 minutes, ce qui était important.»

Afin de secouer une certaine torpeur dans son offensive, l’entraîneur-chef du Drakkar avait remanié ses deux premiers trios. Au lieu d’Ivan Chekhovich, Gabriel Fortier et Nathan Légaré ont été réunis à Ethan Crossman, l’attaquant le plus constant de l’équipe dans les derniers matchs. Quant à Chekho, il s’est retrouvé avec son compatriote Yaroslav Alexeyev et Samuel L’Italien.

 «J’ai aimé ce que j’ai vu de leur part. Avec son patin, Crossman a formé une ligne explosive avec Fortier et Légaré. Ça allait vite. Pour ce qui est des deux Russes, ça clique quand ils jouent ensemble et ils ont été bien complétés par L’Italien», a ajouté Bernard.

 Xavier Bouchard (5e), qui s’était bien avancé dans l’enclave, a lancé le bal dès la 57e seconde du match. L’Italien (11e), Jordan Martel (21e), qui a complètement sorti de ses patins le défenseur recrue Jasper Rannisto d’une superbe feinte, et Fortier, sur un autre revirement en zone de l’Armada, ont frappé en première aux dépens du gardien Samuel Boileau.

 À 16 :55 du second engagement, l’Armada est finalement parvenu à déjouer Lucas Fitzpatrick par l’entremise de Benjamin Corbeil, qui a converti la belle passe d’Antoine Rochon. Toutefois, à peine une minute plus tard, Keenan MacIsaac (3e) a enfilé son premier but sous les couleurs du Drakkar au terme d’une descente à trois contre un.

 Au troisième vingt, Fortier (27e), Pascal Corbeil (2e) et Légaré (38e) ont complété le pointage pour le Drakkar. Du côté de l’Armada, Benjamin Corbeil a inscrit son deuxième de la soirée. Autant Baie-Comeau (0 en 1) que Blainville-Boisbriand (0 en 4) ont été blanchis en avantage numérique.

 Un record pour Fitzpatrick

Mine de rien, Lucas Fitzpatrick continue à s’imposer devant le filet du Drakkar. Il n’affronte pas nécessairement les meilleurs clubs, mais en quatre départs dans l’uniforme du Drakkar, le gardien acquis en retour de Justin Blanchette n’a accordé que trois buts.

 Il a aussi connu une séquence de 208 minutes et 31 secondes sans allouer de buts, une performance qui se classe au troisième rang de l’histoire de la LHJMQ et qui représente évidemment un nouveau record d’équipe. Le précédent avait été établi en 2004-2005 par Michaêl Dupont, qui avait blanchi l’adversaire durant 154 minutes et 6 secondes.

 Pour ce qui est du record de la ligue, il appartient depuis février 2014 à Philippe Desrosiers de l’Océanic de Rimouski, qui a passé 243 minutes et 35 secondes devant le filet sans voir une rondelle passer derrière lui.

 NOTES : Avant la rencontre, l’organisation de l’Armada a rendu hommage à deux de ses anciens joueurs, Pascal Corbeil et Thomas Éthier, maintenant avec le Drakkar. Après une vidéo des meilleurs moments des deux hommes dans l’uniforme noir et blanc, Corbeil et Éthier ont reçu une photo grand format d’eux avec le chandail de l’Armada…Le Drakkar complètera ce périple de trois matchs en quatre jours dimanche après-midi en s’arrêtant à Victoriaville.

Hockey

Le Phœnix empoche une victoire fracassante

Au terme d’un match d’une durée de 3 h 26 causé par le bris d’une baie vitrée, le Phœnix a empoché une victoire pour le moins fracassante jeudi soir à domicile. Un gain de 6 à 2 signé Dakota Lund-Cornish, et ce, contre l’une des puissances de la LHJMQ : le Drakkar de Baie-Comeau.

Le fait saillant de la rencontre aura toutefois été le changement laborieux d’une baie vitrée au début de la deuxième période. N’ayant pas de baie vitrée de rechange, étant en attente d’une livraison, l’organisation a d’abord installé une baie vitrée peu sécuritaire pour ensuite la remplacer par une autre située derrière le banc de punition. L’ancien col bleu François St-Laurent, venu à la rescousse de ses anciens collègues, aurait d’ailleurs mérité une étoile.

Drakkar

La série victorieuse du Drakkar s'arrête à 13

BAIE-COMEAU – C’en est fait de la série de victoires consécutives du Drakkar de Baie-Comeau, qui s’est arrêtée à 13. Les troupiers de Martin Bernard se sont inclinés devant des Voltigeurs de Drummondville plus déterminés qu’eux, qui l’ont emporté par la marque de 6-3.

Le Drakkar menait cette rencontre 2-1 à mi-chemin en deuxième, mais trois buts sans réplique des visiteurs, dont deux en l’espace de 50 secondes à la 19e minute de l’engagement, ont refroidi les ardeurs des 2500 partisans réunis au Centre Henry-Leonard et creusé un écart trop grand à combler pour les locaux.

En troisième, le Drakkar a eu une occasion en or de réduire la marge avec une double supériorité numérique de 1 :48 et un pointage de 5-3, mais il n’a pu déjouer Olivier Rodrigue, auteur de 17 arrêts.

«Le match s’est joué sur de petits détails : un revirement, un mauvais repli, des gars du mauvais côté de la rondelle», a souligné l’entraîneur-chef du Drakkar. «Quand tu joues contre une équipe de pointe comme Drummondville, ces breakdowns-là, tu ne peux pas les donner parce que la rondelle se retrouve dans ton but. On devra travailler pour s’assurer que ces détails-là, on soit en mesure de les faire de façon constante durant les séries éliminatoires.»

Joe Veleno a guidé l’attaque des Voltigeurs avec une paire de filets. Maxime Comtois, Dawson Mercer, Cédric Desruisseaux et Gregor MacLeod, dans un filet désert, ont aussi touché la cible aux dépens d’Alex D’Orio, qui subissait un premier revers dans l’uniforme du Drakkar après sept gains. Nathan Légaré, Jordan Martel et Gabriel Fortier ont inscrit les buts du Drakkar, qui reprend le collier samedi après-midi avec la visite des Saguenéens de Chicoutimi.

Malgré les buts de Légaré et Fortier, le premier trio du Drakkar, complété par Ivan Chekhovich, a connu une soirée difficile. Bernard ne pouvait que le reconnaître. «Ce serait malhonnête de leur lancer la pierre avec la saison qu’ils connaissent mais ce soir (vendredi), ils sont -3 et la ligne de Veleno est +3. Ça ne prend pas un génie en mathématique pour comprendre ça. Mais ce sont les petits détails qui font que notre premier trio est à -3», a-t-il conclu.

Drakkar

Et de 13 pour le Drakkar

BAIE-COMEAU – Et de 13. Le Drakkar a poursuivi sa série victorieuse alors qu’il a disposé des Wildcats 4-3, dimanche au Avenir Centre de Moncton. Les hommes de Martin Bernard avaient l’air d’un club qui disputait un troisième match en moins de 48 heures, mais ils ont su tenir le coup.

Baie-Comeau a pris l’ascendant sur les Chats sauvages à l’engagement initial, frappant trois fois et limitant les locaux à autant de tirs. Les Wildcats ont rugi par la suite, marquant deux buts en deuxième, mais le Drakkar a résisté aux fortes vagues pour naviguer vers sa 36e victoire de la saison, qui lui permet de prendre le deuxième rang au classement général, deux points devant Drummondville.

«Dans la situation qu’on était [3 en 3], on se devait de sortir forts et c’est ce qu’on a fait», a soutenu l’entraîneur-chef du Drakkar, qui a amassé 11 points sur une possibilité de 12 dans les Maritimes cette saison. «Après deux périodes, leurs seules chances de marquer sont survenues en avantage numérique ou à la fin de celles-ci. Ils ont été opportunistes.»

Le but de Gabriel Fortier (24e), en début de troisième en désavantage numérique, alors que ça chauffait pour le Drakkar, s’est avéré déterminant. Jeremy McKenna a ramené l’écart à un but avec 89 secondes à jouer, mais ce fut insuffisant. Alex D’Orio a eu son mot à dire dans ce gain, stoppant 24 rondelles.

Un gros but en troisième

«En troisième, le niveau d’énergie était bien sûr moins élevé, mais Gabriel a marqué un gros but, comme tous nos buts ce soir (dimanche)», a ajouté Bernard, qui ne pouvait que se réjouir de ce voyage parfait dans l’est du pays.

Yaroslav Alexeyev (25e) a lancé le bal à 8:31 du premier vingt. Trente-huit secondes plus tard, le cerbère des Wildcats, l’ex-Drakkar Francis Leclerc, a laissé filer le tir de Fortier et Nathan Légaré (35e) n’a eu aucune difficulté à pousser le disque derrière la ligne rouge. Ethan Crossman a ensuite enchaîné avec son 11e. L’air des Maritimes a fait du bien à l’attaquant, car il a fait bouger les cordages pour un troisième match consécutif dans ce périple.

Moncton a réduit l’écart à un but dans une deuxième période où le Drakkar a reçu trois pénalités qui ont cassé son rythme. Adam Capannelli a d’abord brisé la glace et McKenna a enchaîné, en supériorité numérique, durant une mauvaise pénalité écopée par Ivan Chekhovich en zone offensive.

Maintenant que ce périple était terminé, Martin Bernard s’interrogeait après la rencontre à savoir quel itinéraire allait prendre l’autocar de l’équipe. En temps normal, le Drakkar irait jusqu’à Matane afin de prendre le traversier lundi, mais en raison des nombreux ratés qui frappent cette traverse dans les dernières semaines, l’équipe pensait peut-être prendre la route vers Québec, ce qui donne un bon huit heures de route de plus, «mais au moins, on est sûrs de ne pas poireauter à attendre le bateau pour rien», a-t-il conclu.

Drakkar

Victoire facile et record d'équipe pour le Drakkar

BAIE-COMEAU – Le Drakkar n’a laissé aucune équivoque sur son intention d’établir une nouvelle marque de concession, samedi à Bathurst. Il a marqué deux fois en début de première et deux autres fois au début du second tiers, en route vers un gain facile de 8-0 face au Titan. Il s’agissait d’une 12e victoire d’affilée pour Baie-Comeau, un nouveau record d’équipe.

Cette séquence victorieuse s’est amorcée le 29 décembre. C’est donc dire que le Drakkar n’a pas encore goûté à l’amertume de la défaite en 2019. Le précédent record de 11 gains d’affilée datait de la saison 2013-2014. Il avait été établi entre le 10 janvier et le 4 février 2014.

«Il faut lever notre chapeau aux 23 joueurs. Depuis le retour du congé de Noël, tout le monde travaille fort, s’implique et progresse soir après soir. C’est le fun de voir ça», a déclaré l’entraîneur-chef Martin Bernard à propos de cette nouvelle marque d’équipe. «Pour ce qui est du match, on a vraiment été en contrôle du début à la fin, on a été solide et on a respecté la structure de jeu.»

Marc-Antoine Brouillette a guidé l’attaque des vainqueurs avec rien de moins qu’un tour du chapeau, lui qui n’avait toujours pas de point depuis qu’il était grimpé à bord du Drakkar. Ethan Crossman a refusé d’être en reste, signant lui aussi le même exploit, de surcroît contre son ancienne équipe. Christopher Benoît a participé aux trois buts de Brouillette.

Le pilote se réjouissait évidemment de constater que son quatrième trio, composé de Brouillette, Benoît et Sacha Roy, récoltait des points pendant que la première ligne connaît un passage à vide. «Leurs buts sont venus parce qu’ils respectaient la structure», a-t-il ajouté.

Le gardien du Drakkar, Lucas Fitzpatrick, a pour sa part enregistré un deuxième jeu blanc d’affilée. En trois départs dans l’uniforme nord-côtier, Fitz a accordé un seul but. Quant au Titan, il subissait l’affront d’encaisser un second blanchissage consécutif à domicile. « Toutes les fois qu’on fait appel à Fitz, il répond à la commande», ne pouvait que constater Bernard, évidemment heureux d’avoir sous la main un gardien substitut «qui fait la job».

Brendan St-Louis avait ouvert le pointage à la cinquième minute de la période initiale. Voyant une large ouverture à sa sortie du banc, le défenseur a foncé au filet adverse. Il n’a eu aucune difficulté à convertir la belle remise d’Ivan Chekhovich, qui mettait ainsi fin à une courte séquence de deux matchs sans point. Quarante-six secondes plus tard, Jordan Martel a battu le gardien Tyriq Outen du côté rapproché pour faire 2-0.

À partir du deuxième vingt, ce fut le festival Brouillette et Crossman. Le premier a marqué deux de ses trois buts durant cet engagement. Quant à Crossman, il a touché la cible deux fois en troisième période.

Outen a été chassé du match après le second du match de Crossman, le septième des siens. Son successeur Mark Grametbauer a été accueilli par ce même Crossman, qui a complété à ses dépens son truc du chapeau. Fait à souligner, le Drakkar a totalement survolé la troisième, dominant 21-1 au chapitre des tirs (45-20 au total du match).

Les troupiers de Bernard tenteront de prolonger cette heureuse séquence à Moncton dimanche après-midi alors qu’ils rendront visite aux Wildcats pour compléter ce voyage de trois rencontres en trois jours dans les Maritimes.

Drakkar

Le Drakkar égale son record de onze victoires consécutives

BAIE-COMEAU – Le Drakkar de Baie-Comeau a entrepris du bon pied son périple de trois matchs en autant de jours dans les Maritimes, disposant des Sea Dogs de Saint John par la marque de 5-3. Avec ce gain, le Drakkar égale son record d’équipe de 11 victoires consécutives.

Avec ce gain, le Drakkar égale son record d’équipe de 11 victoires consécutives.

Même si les Sea Dogs n’ont pas été déclassés, le Drakkar n’a jamais été en difficulté dans ce duel qui marquait le retour d’Alex D’Orio au Harbour Station. Le cerbère a d’ailleurs reçu un bel hommage de l’organisation avant la rencontre.

Les hommes de Martin Bernard ont largement dominé au tableau des tirs au but (45-20). Toutefois, quelques revirements en troisième période en sortie de zone ont permis aux locaux de pouvoir demeurer dans le coup.

«C’était un match typique de route», a souligné l’entraîneur-chef du Drakkar. «En première, on était vraiment trop loin des uns et des autres. On a totalement dominé la deuxième période et les choses ont un peu moins fonctionné en troisième», a-t-il analysé.

Le Drakkar a également été moins dangereux en avantage numérique, marquant une seule fois en cinq occasions. «Notre attaque à cinq a moins bien fonctionné. On sent la première unité trop anxieuse, vouloir trop en faire», a ajouté Bernard. Cette première unité était composée vendredi de Gabriel Fortier, Ivan Chekhovich, Nathan Légaré, Yaroslav Alexeyev et Pascal Corbeil.

Ethan Crossman (7e), Fortier (23e), Jordan Martel (18e), de retour au jeu après deux matchs d’absence en raison d’une commotion cérébrale, Sacha Roy (2e) et Xavier Bouchard (4e) sont parvenus à déjouer Mikhail Denisov. Bouchard touchait la cible pour un troisième match d’affilée. Jérémie Poirier, Maxim Cajkovic et Josh Lawrence ont marqué pour les Sea Dogs.

Le Drakkar aura l’occasion d’établir une nouvelle marque de concession samedi soir en rendant visite au Titan d’Acadie-Bathurst. Ce sera soir de retrouvailles pour trois anciens joueurs du Titan, soit Crossman, Samuel L’Italien et Keenan MacIsaac. Lucas Fitzpatrick défendra la cage du Drakkar.

Drakkar

Dixième victoire consécutive pour le Drakkar grâce à un gain contre Shawinigan

BAIE-COMEAU – Le Drakkar de Baie-Comeau a porté à 10 sa séquence de victoires consécutives en disposant des Cataractes de Shawinigan par la marque de 5-1 au Centre Henry-Leonard en ce samedi plus que frisquet

La rencontre a été à peine plus serrée que la veille, le Drakkar n’étant jamais en péril dans ce duel, où il affrontait notamment son ex-gardien Justin Blanchette, victime de 5 buts sur 39 tirs. Ethan Crossman et Nathan Légaré ont pris l’offensive des locaux en mains en inscrivant chacun un doublé. Xavier Bouchard a été l’autre marqueur.

«J’ai plus aimé notre performance aujourd’hui (samedi) que celle de la veille», a lancé le pilote des Cats, Daniel Renaud. «On a été moins fancy, on a réussi à amener plus de rondelles au filet, surtout en deuxième. On a d’ailleurs joué une bonne deuxième période, mais on a quand même raté des occasions d’amener des rondelles au but. On a aussi mieux joué défensivement que la veille. On a solidifié l’enclave pour garder Baie-Comeau à l’extérieur», a-t-il lancé.

Quant à la prestation de son cerbère Justin Blanchette pour son retour à Baie-Comeau, l’entraîneur-chef l’a plus ou moins qualifié. «Il s’est battu, il a compétitionné. À la fin de la journée, tout ce qu’on peut demander à un joueur de hockey, c’est de travailler fort et il l’a fait», a souligné Renaud.

«On a encore été en contrôle, autant de nos émotions que de notre manière de jouer», a fait valoir Martin Bernard, près de l’autre vestiaire. «En première, on a donné trois lancers et en troisième, seulement un. On a fait de bonnes choses», a-t-il poursuivi en signalant qu’un des objectifs était de remporter le duel des unités spéciales, ce qui fut fait avec un but en deux occasions pour le Drakkar tandis que les Cataractes étaient blanchis à ce chapitre à leurs quatre tentatives.

Comme la plupart des 2001 spectateurs présents au match, l’entraîneur-chef était d’avis que la cohésion commence à s’installer dans son club. «On a eu deux semaines à la maison et on en a une autre jusqu’à mercredi et ça, c’est du temps d’entraînement, du temps de rencontres avec les gars. On avait plusieurs choses à travailler et à parler.»

«Avec les acquisitions, il y en a qui sont dans des rôles différents. On avait beaucoup de choses à clarifier et on a pu avancer là-dedans. Maintenant, on a des balises, des repères pour continuer à faire progresser notre équipe vers les éliminatoires», a enchaîné Bernard.

Question de ne pas se faire blanchir un deuxième match consécutif, les Cats ont enfilé le premier but de la rencontre à leur premier tir, celui de Jérémy Manseau, au terme d’une descente à deux contre un après une rondelle perdue par le Drakkar à la ligne bleue adverse. Ce fut là l’un des trois seuls tirs des visiteurs en première, malgré deux jeux de puissance.

Baie-Comeau a répliqué avec deux buts en l’espace de 22 secondes, les premiers du jour pour Crossman et Légaré, ce dernier après une mêlée tout juste devant Blanchette. Marc-Antoine Brouillette croyait bien avoir porté le pointage 3-1 avant le son de la sirène annonçant la fin du premier tiers, mais le but a été refusé en raison d’un hors-jeu sur la séquence.

Avec 11 tirs au filet en deuxième, les Cataractes ont bien tenté de réduire l’écart, mais ils se sont butés à un Alex D’Orio encore en grande forme, lui qui se fait avare de buts depuis qu’il porte l’uniforme du Drakkar (sept en cinq rencontres, dont trois dans un même match).

C’est plutôt Légaré (34e) qui a procuré un coussin de deux buts aux siens, durant une pénalité à retardement, le Drakkar évoluant alors avec six jours sur la patinoire. Crossman (6e) et Bouchard (3e) ont complété dans un dernier engagement où les visiteurs n’ont pris qu’un seul lancer au but.

Après encore quelques jours à la maison, le Drakkar appareillera pour les Maritimes mercredi avec trois rencontres en autant de jours à St.John, Bathurst et Moncton. Il aura donc l’occasion de battre le record d’équipe pour le plus grand nombre de victoires consécutives, qui est de 11.