Dominik Paris était tout sourire à l’arrivée de la descente de Bormio qu’il a remportée par quatre centièmes sur le Norvégien Aksel Lund Svindal.

Dominik Paris met fin à la disette italienne

BORMIO, Italie — Après une absence de cinq ans, Dominik Paris a redécouvert le plaisir de gagner une course sur la piste Stelvio.

De retour sur le site de sa première victoire, Paris a mis fin à la disette italienne en Coupe du monde de ski alpin en dominant chez lui la descente de Bormio. «J’éprouve toujours les mêmes sensations ici, a déclaré Paris. J’étais extrêmement confiant, même après la descente d’entraînement.»

Paris a stoppé le chrono à une minute, 56,95 secondes (1:56,95) pour devancer par quatre maigres centièmes le Norvégien Aksel Lund Svindal sur la Stelvio, plus molle qu’à l’habitude en raison des précipitations de neige de la veille. Un autre Norvégien, Kjetil Jansrud, a complété le podium, à 17 centièmes du gagnant.

Le Canadien Manuel Osborne-Paradis a conclu l’épreuve en 10e place, en 1:58,07. Ses compatriotes Broderick Thompson et Benjamin Thomsen ont respectivement terminé en 42e et 51e places.

Il s’agit de la neuvième victoire en carrière de Paris, de sa deuxième à Bormio.

Après sa victoire en 2012, Paris a manqué l’épreuve de 2013 en raison d’une blessure. L’étape a ensuite été déplacée vers Santa Caterina Valfurva pour les trois dernières années. «Je suis heureux qu’elle soit de retour à Bormio», a ajouté Paris, qui donne toujours des réponses courtes, mais précises.

L’an dernier, l’équipe italienne avait établi une marque avec 43 podiums : 25 chez les dames et 18 pour les hommes. Cette saison, les femmes en ont récolté six jusqu’ici, mais aucun chez les hommes.

«J’espère pouvoir conserver la même forme pour les classiques à venir», a indiqué Paris au sujet des descentes du mois de janvier à Wengen, en Suisse, et Kitzbühel, en Autriche.

Svindal et Jansrud avaient déjà complété leurs descentes et se préparaient à célébrer quand Paris s’est élancé. La foule s’est mise de la partie après qu’il eut franchi le deuxième passage intermédiaire en tête. Il tirait légèrement de l’arrière au dernier passage intermédiaire, mais il a été en mesure de conserver sa vitesse dans le dernier zigzag.

En franchissant le fil d’arrivée, il a brandi le poing et salué la foule. «Les deux Norvégiens sont toujours très rapides, alors vous devez sortir un lapin de votre chapeau pour les battre», a imagé l’Italien.

40 centimètres de neige

Le départ de la course a été retardé de 45 minutes pour permettre aux préposés d’effectuer le travail rendu nécessaire à la suite de la chute de 40 centimètres de neige, mercredi. Cette neige a fait en sorte que la piste n’a pas été aussi demandante physiquement qu’elle peut l’être habituellement.

«“Plus facile” est la bonne façon de parler du parcours, mais ça ne veut pas dire que c’est plus facile de gagner, a lancé Svindal. Je veux dire que c’était plus facile d’atteindre le fil d’arrivée.» Svindal, qui a remporté les deux dernières descentes, mène toujours au classement de la discipline.

Le soleil, caché en alternance par de gros nuages, a joué des tours à bien des skieurs et plusieurs ont chuté de façon spectaculaire. L’Allemand Dominik Schwaiger a notamment dû être héliporté vers un hôpital local à la suite d’une chute à très haute vitesse. On ne connaît ni la nature ni la sévérité de ses blessures. Les Français Guillermo Fayed et Matthieu Bailet souffraient de multiples contusions après des chutes semblables, tandis que l’Américain Travis Ganong devait subir divers tests au genou. La même piste servira au combiné alpin de vendredi.

***

Nouvelle journée, même résultat : l'Américaine Mikaela Shiffrin l'a emporté en Autriche, sa sixième victoire de la saison.

SHIFFRIN L'EMPORTE ENCORE

LIENZ, Autriche — La championne olympique Mikaela Shiffrin a maîtrisé une piste de slalom difficile pour remporter sa 36e victoire sur le circuit de la Coupe du monde.

S’appuyant sur son avance de 1,14 seconde acquise à l’issue de la première manche, la détentrice du globe de cristal du classement général n’a pris aucun risque dans la seconde, ne réussissant que le 11e temps de cette deuxième portion de course, pour terminer l’épreuve de Lienz, en Autriche, en une minute, 43,87 secondes (1:43,87), devançant la Suissesse Wendy Holdener (1:44,76) de 89 centièmes. La Suédoise Frida Hansdotter a terminé troisième, en 1:45,09.

«Ça a été une descente difficile», a dit Shiffrin au sujet de la deuxième manche disputée sur la piste Schlossberg, où elle a remporté sa première course, il y a six ans. «Il y avait quelques passages lents, mais d’autres très rapides.»

Un slalom géant devait initialement être disputé jeudi, mais les organisateurs l’ont interverti avec le slalom prévu vendredi en raison des conditions : les préposés ont dû retirer la neige tombée pendant la nuit dans la dernière portion du parcours.

«Dans ces conditions, avec une neige mouillée, c’est très bien, mais ça peut être difficile de trouver son rythme. Je me suis sentie très confortable, par contre», a précisé Shiffrin.

L’Américaine a perdu un peu de son avance à chaque passage intermédiaire de la deuxième manche, mais elle n’a jamais vraiment été en danger de glisser de sa première place. «Il y a des endroits où vous pouvez tout donner, mais dans d’autres passages, vous devez vous rappeler de ne pas ouvrir complètement la machine.»

Holdener détenait la première place jusqu’à ce que Shiffrin ne s’élance la dernière. La Suissesse a terminé 12 fois sur le podium en slalom, mais n’a toujours pas savouré la victoire. «J’étais furieuse de ne pas avoir terminé le slalom de Killington, il y a un mois, alors je suis satisfaite aujourd’hui», a déclaré Holdener.

Sixième victoire

Il s’agit de la sixième victoire de Shiffrin cette saison. Elle lui a permis de creuser un écart de 391 points au classement général devant sa plus proche poursuivante, Viktoria Rebensburg. L’Allemande ne participait pas aux slaloms, mais elle sera du départ du slalom géant de vendredi.

Shiffrin, qui a gagné 18 des 23 derniers slaloms auxquels elle a pris part, a aussi accru son avance au classement de la discipline. Elle a maintenant 75 points d’avance sur la Slovaque Petra Vlhova.

Romi Remme a été la seule Canadienne à terminer l’épreuve. Elle a terminé en 26e place, à quatre secondes de la gagnante. Erin Mielzynski n’a pas été en mesure de compléter la manche finale, tandis que Laurence St-Germain et Amelia Smart ont été éliminées après la première descente.