Appelé à commenter sa suspension, Max Domi a dit regretter son geste, ajoutant qu'il n'avait pas l'intention de blesser le défenseur des Panthers Aaron Ekblad. Ce dernier, qui aurait le nez cassé, a laissé sous-entendre qu'il n'oublierait pas l'événement de sitôt.

Domi regrette son geste à l'endroit d'Ekblad

BROSSARD — S’il pouvait revenir dans le temps, Max Domi remonterait jusqu’aux premiers instants de la troisième période du match de mercredi soir contre les Panthers de la Floride et il réagirait de façon différente à l’endroit d’Aaron Ekblad. Mais voilà, le mal est fait — à Domi et à Ekblad — et le nouveau venu du Canadien de Montréal ne pouvait rien faire d’autre, vendredi, que d’afficher ses regrets.

Au lendemain de la décision du département de la sécurité des joueurs de la LNH de lui imposer une suspension pour le reste du calendrier préparatoire, Domi s’est montré repentant.

«Je suis désolé. Je ne voulais pas le blesser. Parfois, les émotions prennent le dessus. Il y a de meilleures manières de gérer des situations comme celles-là. Je dois accepter les conséquences et je suis tout à fait prêt à le faire. Je respecte la décision de la ligue», a déclaré Domi en mêlée de presse dans le vestiaire du Canadien à Brossard.

Respect

Au passage, Domi s’est montré respectueux à l’endroit du défenseur des Panthers, un joueur qu’il a croisé en plusieurs occasions au fil de sa carrière de hockeyeur.

«Je connais Aaron depuis longtemps. Nous avons souvent joué l’un contre l’autre dans le passé, nous avons toujours joué avec ardeur que ce soit au hockey mineur, chez les juniors, au niveau national et maintenant dans la Ligue nationale. Je n’ai jamais cherché à le blesser et je me sens mal. J’espère qu’il se porte bien. Il est un élément important d’une excellente équipe de hockey.»

Invité à relater sa version de l’incident, Domi a déclaré qu’il croyait que lui et Ekblad allaient jeter les gants.

«Ça ne paraît pas bien au ralenti, mais le hockey ne se joue pas au ralenti. Certaines situations surviennent très rapidement. Parfois, on réagit trop vite. Ça n’a pas vraiment d’importance, mais je croyais que nous allions nous battre et j’ai réagi ainsi. C’est malheureux. Comme je l’ai dit, j’espère qu’il se porte bien. Ce sont des choses que vous ne voulez pas voir.»

Domi a admis qu’il ne savait pas trop à quoi s’attendre lorsqu’il a comparu en audience téléphonique avec le département de sécurité des joueurs, jeudi midi.

«C’est la première fois que je me retrouvais dans cette situation. J’ai déjà été suspendu, mais pas à la suite d’une audience. C’est une position étrange, mais George [Parros] et son équipe ont révisé la vidéo et ce sont eux qui prennent les décisions. C’est ce qu’ils ont fait et je dois vivre avec.»

L’incident est survenu après 56 secondes de jeu en troisième période de la victoire de 5-2 des Panthers, mercredi. Domi s’en est pris à Ekblad après une lutte dans le coin de la zone des Panthers et a tenté d’engager le combat avec son rival, qui l’a ignoré. Frustré, Domi a laissé tomber un gant et donné un coup de poing au visage d’Ekblad qui s’est retrouvé avec un visage ensanglanté.

À suivre le 28 décembre...

Selon diverses sources, Ekblad serait sorti de l’incident avec le nez cassé. Par ailleurs, selon le compte Twitter de Jameson Olive, qui rédige des articles sur le site Internet des Panthers, Ekblad a qualifié le geste de Domi de stupide et laissé sous-entendre qu’il y aura une suite. Le premier duel entre le Canadien et les Panthers n’aura lieu que le 28 décembre, en Floride. Ekblad s’est également dit déçu de la durée de la suspension.

Ni Domi ni l’entraîneur-chef Claude Julien n’ont voulu commenter ces propos.

+

SUZUKI ABSENT, 23 JOUEURS RETRANCHÉS

Le centre Nick Suzuki, blessé, n’a pas participé à l’entraînement vendredi, mais il sera de retour sur patins samedi. L’entraîneur-chef Claude Julien s’est limité à dire qu’il s’agissait d’une blessure mineure. Avec encore quatre matchs préparatoires au programme à commencer par celui contre les Sénateurs d’Ottawa samedi, le Canadien a par ailleurs retranché 23 joueurs, dont Alexandre Alain (Québec). Vingt d’entre eux ont été cédés au Rocket de Laval, dont le camp doit commencer lundi.

Les joueurs qui se rapporteront au Rocket sont Morgan Adams-Moisan, Jeremiah Addison, Alexandre Alain (Québec), Daniel Audette, Alex Belzile, Will Bitten, Ryan Culkin, Jake Evans, Cale Fleury, Alexandre Grenier, Nikita Jevpalovs, Maxim Lamarche, Étienne Marcoux, Phélix Martineau, Michael McNiven, T.J. Melancon, Michael Pezzetta, Adam Plant, Lukas Vejdemo et Antoine Waked. Il reste encore 43 joueurs au camp du Tricolore, dont les attaquants Jesperi Kotkaniemi et Michaël Chaput, ainsi que le défenseur Simon Després. La liste regroupe 24 attaquants, 16 défenseurs et trois gardiens, dont sept blessés.