Acquis des Coyotes en retour d'Alex Galchenyuk, Max Domi croit que le Canadien a assez de talent pour rebondir la saison prochaine.

Domi a confiance en ses nouveaux coéquipiers

TORONTO — Le Canadien de Montréal a marqué le troisième plus faible total de buts dans la Ligue nationale en 2017-2018 et terminé au 28e rang du classement général.

Mais Maxi Domi, acquis des Coyotes le 15 juin dernier en retour d’Alex Galchenyuk, espère que la formation de la prochaine campagne pourra trouver le fond du filet avec plus de régularité, surtout s’il peut lui-même rebondir.

«Je crois que le groupe en général devra être meilleur et hausser son jeu d’un cran, a-t-il dit au cours d’un entretien téléphonique. Ce sera difficile. Mais il n’y a aucun doute dans mon esprit que nous puissions le faire. Quand vous comptez sur le gardien Carey Price, sur des gars comme Shea Weber, [Max] Pacioretty, [Brendan] Gallagher, Jonathan Drouin — la liste des joueurs exceptionnels est longue — vous avez les éléments nécessaires pour gagner. Il suffit de faire fonctionner tous ces éléments ensemble. Je suis excité à l’idée de me joindre à ce groupe, peu importe le rôle qu’on me demandera de jouer.»

À part l’acquisition de Domi, qui a signé un contrat de deux ans d’une valeur de 6,3 millions $US peu de temps après la transaction qui l’a amené à Montréal, le Tricolore a été plutôt tranquille cet été.

L’équipe a ramené le vétéran centre de 35 ans Tomas Plekanec, fait signer de nouveaux contrats à Phillip Danault et Joel Armia — acquis en plus de deux choix au repêchage pour avoir accepté le contrat du gardien Steve Mason —, en plus de sélectionner le centre finlandais Jesperi Kotkaniemi avec le troisième choix au total.

Au final, la transaction pour Domi a été jusqu’à maintenant le seul geste d’éclat de l’organisation cet été. En retour, l’état major du Tricolore compte beaucoup sur sa nouvelle acquisition pour régler une partie des problèmes de l’équipe à l’attaque.

Le fabricant de jeu a connu une excellente entrée en matière dans la LNH, récoltant 52 points, dont 18 buts, à sa première campagne. Il s’est par contre fracturé un os de la main pendant une bagarre à sa deuxième saison et a terminé la campagne avec seulement 9 buts et 48 points en 59 matchs.

Domi vient de connaître une deuxième saison décevante consécutive avec neuf buts — dont quatre dans des filets déserts — et 45 points. Il ne croit pas avoir à changer son style de jeu pour marquer davantage et assure qu’il n’est pas guidé par la quête d’objectifs personnels.

«Je pense que nous avons tous le même objectif : gagner des matchs de hockey. Le reste se fait tout seul. Ce n’est pas facile dans la LNH, la ligue la plus compétitive au monde. Nous allons devoir faire ça en groupe. C’est un défi que nous avons hâte de relever.»

Clin d’œil à son idole

Tie, son père, a longtemps été le redresseur de torts des Maple Leafs. Mais Max Domi ne croit pas que celui-ci aura du mal à changer d’allégeance.

«Sûrement pas. Il sera derrière moi, peu importe le chandail que je porterai. Je ne pense pas que les endroits où il a joué aient une influence.

«Ce sera différent pour lui de voir un chandail du Canadien de Montréal avec son nom derrière, a ajouté le patineur de 23 ans. Mais je pense qu’il en est aussi fier.»

Domi n’a tout de même pas renié Toronto pour autant : avec le Tricolore, il portera le numéro 13, un clin d’oeil à son idole de jeunesse, l’ancien joueur de centre des Maple Leafs, Mats Sundin.