Même s'il a remporté ses deux premiers matchs en trois sets, l'ancien numéro 1 Novak Djokovic n'est pas très impressionnant depuis le début des Internationaux de France.

Djokovic avance sans éclat à Roland-Garros

PARIS — En dépit de tous ses succès au fil des ans, Novak Djokovic a encore de la difficulté à bâtir sa confiance ces temps-ci. C’est ce qui arrive lorsqu’on est victime d’une blessure au coude droit qui nécessite une longue convalescence.

Détenteur de 12 titres majeurs en carrière, Djokovic s’est confié après avoir signé une autre victoire en sets consécutifs pour atteindre le troisième tour des Internationaux de tennis de France, mercredi. Cette fois, le Serbe a vaincu 7-6 (1), 6-4 et 6-4 Jaume Munar, 155e joueur mondial, tombeur du Québécois Félix Auger-Aliassime en qualifications.

Sans complexe, l’Espagnol de 21 ans, qui s’entraîne à Manacor dans l’académie de Rafael Nadal, a donné du fil à retordre au Serbe. «J’ai eu des hauts et des bas. Je ne suis pas vraiment satisfait mais j’ai su être présent quand il le fallait», a estimé Djokovic.

Ses deux victoires jusqu’ici ont été acquises contre des joueurs qualifiés, et aucune d’entre elles n’a été impressionnante. «En ce moment, je ne joue pas au niveau que j’aimerais atteindre, mais en même temps, je suis conscient qu’il s’agit d’un long processus. Et j’essaie de ne pas me décourager», a déclaré la 20e tête de série à Paris son pire classement dans un tournoi du Grand Chelem depuis les Internationaux des États-Unis en 2006.

Zverev doit revenir de l'arrière

Au moins, Djokovic a pu sauver son énergie en prévision de son prochain match contre Roberto Bautista-Agut (13e), contrairement à plusieurs têtes de série, qui ont dû se retrousser les manches afin de poursuivre leur parcours à Paris. Ce fut le cas de la deuxième tête série Alexander Zverev, qui a tiré de l’arrière par un set et un bris avant d’éventuellement orchestrer une remontée qui lui a permis de vaincre le Serbe Dusan Lajovic 2-6, 7-5, 4-6, 6-1 et 6-2.

«Vous faites comme si nous pensions constamment à ça. Mais ce n’est pas le cas. Nous jouons et tentons de gagner chaque point, chaque jeu. Quand tu tires de l’arrière deux sets à un, c’est comme si tu tirais de l’arrière un set à zéro dans un match de trois sets. Nous ne nous y attardons pas : “Oh, je tire de l’arrière deux sets à un. Que vais-je faire? Comment vais-je jouer le prochain point?” Nous jouons de notre mieux. Nous changeons peut-être un peu notre approche, afin de voir si nous pouvons gagner le prochain point, ou le prochain jeu.»

Zverev a ainsi égalé sa meilleure performance en carrière à Roland Garros, lui qui avait aussi atteint le troisième tour, il y a deux ans.

+

ROLAND-GARROS EN BREF

Terminus pour Trungelliti et sa grand-mère

Marco Trungelliti (190e mondial), dont les pérégrinations de Barcelone à Paris ont marqué le début de Roland-Garros, n’a pu éviter la panne d’essence face à l’Italien Marco Cecchinato (72e), qui l’a emporté 6-1, 7-6 (1) et 6-1 en moins de deux heures, mercredi. Repêché après le forfait de Nick Kyrgios, l’Argentin de 28 ans, déjà reparti en Catalogne où il vit, avait parcouru dimanche le millier de kilomètres le séparant de Paris en voiture, avec son frère, sa mère et... sa grand-mère de 89 ans. C’est avec elle qu’il a fait retomber la pression, après sa défaite, autour... d’une bière ou deux. «Boire une bière une fois de temps en temps, ça va... Et on n’a pas toujours la chance de prendre une bière avec sa grand-mère», a expliqué Trungelliti, qui avait fait chuter l’Australien Bernard Tomic au premier tour.  AFP

***

Ne reste que Shapovalov

Il ne reste plus qu’un seul Canadien en lice aux Internationaux de France. L’Ontarien Peter Polansky s’est incliné 6-3, 4-6, 6-2 et 6-2 devant le Français Pierre-Hughes Herbert, mercredi. Cette défaite signifie que la 25e raquette mondiale Denis Shapovalov est le seul représentant de l’unifolié à faire encore partie du tableau principal. Le joueur de 19 ans affrontera Maximilian Marterer, jeudi.  La Presse canadienne

***

C’est déjà fini pour la tombeuse d’Ostapenko

C’est déjà terminé pour l’Ukrainienne Kateryna Kozlova, qui a créé une énorme surprise au premier tour en dominant la championne en titre, la Lettone Jelena Ostapenko. La 67e mondiale a cédé 6-7 (4), 6-4 et 6-4 face à l’espoir Katernina Siniakova qui, elle, a confirmé ses bonnes dispositions du moment. Elle avait écarté auparavant une ancienne no 1 mondiale, la Biélorusse Victoria Azarenka.  AFP

***

«Mon tournoi du Grand Chelem préféré, c’est celui que je gagnerai»

– Naomi Osaka, après sa victoire contre Zarina Diyas. Vingtième mondiale, la Japonaise de 20 ans a remporté son premier titre en mars à Indian Wells.  AFP

***

«Je n’ai pas compris un mot de ce que vous avez dit, mais bon, ce n’est pas important»

– Alexander Zverev. En conférence de presse, le no 3 mondial a tendance à faire la sourde oreille quand il s’agit d’expliquer pourquoi ses résultats en Grand Chelem sont bien moins probants que ceux sur le circuit de l’ATP. Au troisième tour, l’Allemand de 21 ans aura l’occasion de faire mentir les statistiques, lui qui n’a encore jamais battu un joueur du top 50 en Grand Chelem. Le Bosnien Damir Dzumhur, 29e mondial, sera-t-il le premier?  AFP