Les footballeurs Mathieu Massé-Pelletier et Kalenga Muganda, qui avaient décidé qu’ils poursuivraient ensemble leur cheminement sportif aux États-Unis, ont choisi de s’aligner avec l’équipe de l’école Woodberry Forest, en Virginie.

Direction Virginie pour deux vedettes du Blizzard

Quelques mois après avoir guidé le Blizzard du Séminaire Saint-François à un deuxième Bol d’or consécutif, Kalenga Muganda sait finalement où il jouera l’an prochain. Le footballeur prodige prendra le chemin de Woodberry Forest, en Virginie, en compagnie de son coéquipier Mathieu Massé-Pelletier.

Nommé joueur le plus utile de la province en division 1 juvénile à chacune des trois dernières saisons, le phénoménal Muganda caresse le projet de jouer au Sud la frontière depuis un moment déjà. Après la conquête du Bol d’or, cet automne, le porteur de ballon et Massé-Pelletier, son coéquipier secondeur chez le Blizzard, avaient décidé qu’ils vivraient leur rêve américain ensemble.

Une fois tous les tests académiques nécessaires passés, le duo était courtisé par plusieurs prep schools, dont Woodberry Forest et McCallie, au Tennessee. Après visite des deux institutions, le choix s’est arrêté sur la petite école privée pour garçon de la Virginie, dont l’immense campus ne sert que quelque 400 étudiants. 

«Leur campus, c’est le paradis. C’est 5 km2, il y a plein de champs, des lacs pour aller pêcher, un terrain de golf, un champ de tir, des terrains de baseball, [de] lacrosse et [de] football», décrit Massé-Pelletier. 

Vers la NCAA

Kalenga Muganda avoue que le prep school est une étape vers son rêve d’évoluer en première division NCAA. Le calibre de football chez les Tigers n’est pas aussi fort que dans les meilleurs programmes collégiaux québécois, les joueurs étant plus jeunes, mais la visibilité auprès des universités américaines est bien meilleure et l’encadrement académique et sportif beaucoup plus personnalisé. 

Les deux étudiants-athlètes disputeront deux saisons à Woodberry Forest, où les frais de scolarité s’élèvent à plusieurs dizaines de milliers de dollars par année. Les bourses étant décernées en fonction du revenu des parents, Muganda verra l’ensemble de ses frais de scolarité, de logement et d’alimentation couverts par l’institution, alors que Massé-Pelletier devra assumer une fraction des coûts, soit quelques milliers de dollars. 

Les entraîneurs ont déjà confié à Kalenga qu’ils prévoient faire de lui le centre de leur attaque, relate-t-il. Quant à Mathieu, qui passera de la position de secondeur à maraudeur du côté fort, son entraîneur au SSF, Luc Savoie, est convaincu qu’il sera le «meilleur joueur en défensive après une semaine». 

Trois autres Blizzards aux États-Unis

Trois joueurs de soccer du Blizzard ont également décroché des bourses d’études aux États-Unis. Issues du programme sport-étude du SSF, Emma Donnovan et Julia Mahoney feront le saut directement du secondaire à l’Université du Maine, ayant tapé dans l’œil des entraîneurs de l’institution lors de tournois disputés aux États-Unis, ces dernières années. 

Xavier Lacoste, lui, poursuivra son parcours à Lawrenceville, un prep school privé du New Jersey. Autant l’équipe de football que de soccer de l’institution est intéressée à ses services, mais Lacoste prévoit choisir le ballon rond.