Calais Campbell sera élu joueur défensif de l’année s’il maintient le même rythme.

Deux gros lots

CHRONIQUE / Malgré tout l’argent investi pour attirer des joueurs autonomes au cours des dernières années, les Jaguars de Jacksonville sont demeurés parmi les enfants pauvres de la NFL avec seulement 17 victoires contre 63 défaites entre 2012 et 2016. Ils ont toutefois finalement gagné le gros lot cette année — et deux fois plutôt qu’une — en embauchant Calais Campbell sur le marché des joueurs autonomes et en sélectionnant au quatrième rang du repêchage Leonard Fournette (LSU).

La mise sous contrat de ces deux athlètes en disait long sur la philosophie que tenaient mordicus à implanter l’ex-entraîneur Tom Coughlin, de retour en Floride en tant que grand manitou de l’organisation, et le nouvel entraîneur Doug Marrone. 

Plutôt que de continuer à se fier sans succès au quart Blake Bortles, qui est venu bien près de perdre son poste pendant le camp, — et demander à l’offensive aérienne de mener les Jaguars sur le sentier de la victoire, les deux hommes ont décidé de revenir à la bonne vieille recette ayant fait ses preuves au fil des ans : aligner une solide défensive et contrôler l’horloge avec le jeu au sol.

Pas sûr cependant que les Jaguars s’attendaient à ce que l’ex-ailier défensif des Cardinals de l’Arizona, maintenant âgé de 31 ans, performe aussi bien en première moitié de saison. Campbell totalise déjà 10 sacs — il est devenu le premier joueur des Jags à atteindre ce nombre depuis Bobby McCray en 2006 — et il décrochera sans aucun doute le titre de joueur défensif de l’année s’il continue de livrer la marchandise en novembre et décembre.

Le vétéran de 10 saisons a pris soin d’entraîner ses plus jeunes coéquipiers dans son sillon. Résultat : Yannick Ngakoue (6,5) et Dante Fowler Jr (5,5) pourraient aussi atteindre le plateau des 10 sacs en 2017, un exploit peu banal. Sur le plan collectif, Jacksonville a déjà réussi 33 sacs en seulement sept matchs, ce qui pourrait lui permettre de menacer le record établi par les Bears de Chicago de Mike Ditka, en 1984 (72).

Humblement, les joueurs de la ligne défensive ont tenu à créditer pour leurs succès le travail des demis de coin Jalen Ramsey et A.J. Bouye, un duo qui n’a pas encore concédé un seul touché en 2017. 

Départ canon

Les Jaguars n’ont pas tardé à dévoiler leur nouvelle identité quand ils ont réussi 10 sacs dès leur première sortie, contre Houston. Ils sont revenus à la charge deux semaines plus tard en limitant l’attaque des Ravens à seulement 15 verges pendant les 30 premières minutes.

Le 8 octobre, ils ont secoué la planète NFL avec cinq interceptions et quatre touchés défensifs — vous avez bien lu! — aux dépens de Big Ben et des Steelers. À leur dernière sortie, les Jags (4-3) ont blanchi les Colts 27-0, leur premier coup de pinceau depuis 2006.

Mais comme ils reviennent de loin, les Jags ont également connu des bas en 2017, étant incapables de «coller» deux victoires d’affilée. Ils ont notamment très mal paru contre les Titans à la mi-septembre, tandis que leurs unités spéciales n’ont pas été à la hauteur contre les Rams, un mois plus tard. Et pas question de parler de l’avantage du terrain avec cette organisation, qui a remporté un seul gain au EverBank Field depuis le 13 décembre 2015.

Et Leonard Fournette dans tout ça? Même s’il a raté le dernier rendez-vous contre les Colts en raison d’une blessure à une cheville, la solide recrue figure parmi les meneurs avec des gains de 596 verges au sol et six touchés.

Fournette est continuellement confronté à des défensives qui alignent un nombre plus élevé de joueurs pour contrer le jeu au sol, défiant les Jags de les battre avec leur jeu aérien. Mais il a refusé de baisser les bras en première moitié de saison et il n’est pas question pour Doug Marrone de changer son plan de match, compte tenu des nombreuses lacunes dans le jeu du quart Bortles, qui a tout de même trouvé une façon de limiter les gaffes jusqu’à maintenant.

***

Les Browns font encore jaser...

Contrairement aux dernières années, plusieurs équipes ont bougé avant la date limite des transactions, mardi. Les 49ers ont retenu l’attention en faisant l’acquisition du réserviste des Patriots, Jimmy Garoppolo, en retour d’un choix de deuxième ronde. Les Bills (Kelvin Benjamin), Eagles (Jay Ajayi) et Seahawks (Duane Brown) ont ajouté de la profondeur à leur alignement, tandis que les Browns de Cleveland (0-8)  étaient incapables de faire parvenir aux bureaux de la NFL avant l’heure limite de 16h les papiers confirmant qu’ils avaient cédé deux choix au repêchage aux Bengals de Cincinnati en retour du réserviste AJ McCarron.  Le quart de 27 ans n’aurait sans doute pas été la solution à long terme des Browns à cette position cruciale, mais il aurait pu disputer quelques matchs, le temps de permettre à la recrue DeShone Kizer d’apprendre les rudiments du métier sur les lignes de côtés, lui qui n’a  pas complété une seule des trois dernières rencontres qu’il a amorcées.

***

«Même s’ils veulent me donner seulement un dollar, c’est là que je veux retourner pour poursuivre ma carrière»

— Brock Osweiler. Le quart reprendra dimanche les commandes de l’attaque des Broncos, lui qui a conservé une fiche de 5-2 comme partant avec cette équipe en 2015 avant de signer l’année suivante un lucratif contrat avec les Texans, qui l’ont échangé à Cleveland pendant la saison morte. Libéré par les Browns, il est retourné à Denver, où il a joué les seconds violons en première moitié de saison. Il gagne 16 millions $ cette année, dont 95 % sont versés par les Browns.

***

Mes choix

› Semaine 9

Jeudi: 0/1

Dimanche: Indianapolis à HOUSTON, Cincinnati à JACKSONVILLE, Tampa Bay à LA NOUVELLE-ORLÉANS, L.A. RAMS à NY Giants, ATLANTA en Caroline, Denver à PHILADELPHIE, Baltimore au TENNESSEE, ARIZONA à San Francisco, Washington à SEATTLE, KANSAS CITY à Dallas et OAKLAND à Miami

LUNDI: Detroit à GREEN BAY

› Semaine 10

JEUDI: SEATTLE en Arizona

› Semaine 8 : 10/13 (76,9 %)Total : 77/120 (64,2 %)

* Une erreur technique a fait en sorte que mon choix pour le match de lundi a été inversé dans le journal. On aurait pu croire que j’avais choisi Denver pour vaincre Kansas City, alors que j’avais bel et bien choisi KC pour l’emporter.