Jean-Raphaël Roy a surpris l’état-major du Phoenix en se taillant un poste avec l’organisation après avoir été repêché en 12e ronde cet été.
Jean-Raphaël Roy a surpris l’état-major du Phoenix en se taillant un poste avec l’organisation après avoir été repêché en 12e ronde cet été.

Deux fois retranché dans le midget AAA, Roy accède à la LHJMQ

Jérôme Gaudreau
Jérôme Gaudreau
La Tribune
Il y a de ces histoires inspirantes pour la relève. Comme celle de Jean-Raphaël Roy. La ténacité aura permis à ce joueur repêché en 12e ronde d’accéder à la LHJMQ. Et ce, après avoir été retranché deux fois par les Chevaliers de Lévis dans le midget AAA.

« J’avais laissé tomber l’idée du midget AAA si j’étais retranché par le Phoenix, admet l’attaquant qui aura bientôt 17 ans. Pendant deux ans, les Chevaliers ne m’ont pas voulu, donc je me m’étais préparé un plan B. Je regardais surtout du côté de Bishop’s College School. » 

C’est donc avec soulagement que le joueur natif de Saint-Georges a appris la nouvelle ce week-end. 

« Je le savais que ça se passait dimanche matin. La veille, j’étais stressé. J’ai eu de la misère à dormir. J’étais tellement content en apprenant que je restais avec l’équipe. Je ne l’ai pas réalisé sur le coup et plus les jours avancent, plus je m’en rends compte. J’ai mis beaucoup d’efforts dans le hockey et enfin, je suis récompensé. J’ai travaillé beaucoup sur moi. Malgré tout ce qui m’arrive, je reste humble dans tout ça, mais je suis très fier aujourd’hui. »

Jean-Raphaël Roy a mis les bouchées doubles à l’entraînement en plus d’avoir changé quelque peu sa mentalité et sa façon de jouer lors de la dernière saison avec les Élites de Beauce-Appalaches dans le midget espoir.

« J’étais capitaine à ma première saison chez les Élites à 15 ans, mais je tenais à me concentrer sur mon rôle sur la glace l’année suivante. J’ai décidé de laisser mon rôle de capitaine pour devenir assistant. J’ai toujours été un joueur plus défensif et l’an dernier, j’ai gagné en confiance à l’offensive et j’ai produit beaucoup plus. Je me suis ensuite entraîné sur la glace avec Simon Larouche à son camp en Beauce avec plusieurs joueurs du junior majeur et je m’entraînais aussi au crossfit à Saint-Georges. J’ai travaillé fort pour arriver prêt. »

Et le résultat a été plus que satisfaisant. 

« J’ai bien aimé mon camp. Je ne m’attendais pas à faire l’équipe. C’est une belle surprise. J’ai travaillé fort cet été. Je suis arrivé avec l’intention de rester. Je ne pouvais pas contrôler la décision du Phoenix, mais je pouvais faire de mon mieux au camp et c’est ce que j’ai fait. »

Surpris, surtout parce que Roy a été repêché en 12e ronde lors de la dernière séance de sélections dans la LHJMQ.

« Une fois rendu à la 10e ronde, je me demandais si j’allais revivre la même chose que l’an dernier. J’avais été ignoré en 2019 et quand j’ai vu mon nom apparaître sur le site de la LHJMQ, j’étais tellement excité. Mon père a crié de joie je pense! Je vais devoir évidemment travailler encore sur mon patin en début de saison. J’aurai une période d’adaptation à traverser et je vais m’entraîner encore fort. »

Pour commencer, Roy s’attend à remplir un rôle secondaire sur le quatrième trio et souhaite grimper les échelons un à un. 

« J’aime jouer de façon robuste, soutient le joueur de 6’2 et 200 livres. C’est mon style de jeu. J’aimais faire ça dans le midget espoir. J’aime m’impliquer dans le jeu et s’il faut laisser tomber les gants après mes mises en échec, je le ferai. En fait, je ferai tout pour voir le Phoenix gagner encore une fois », résume-t-il.