Saphir Taïder de l'Impact a marqué deux buts, mercredi soir, face aux Sounders de Seattle.

Deux buts tardifs de Taïder permettent à l’Impact de vaincre Seattle 2-1

Si jamais les images du match de mercredi de l’Impact de Montréal devaient se rendre jusqu’en Algérie, peut-être que certaines personnes là-bas vont se demander pourquoi Saphir Taïder n’a pas été retenu au sein de l’équipe nationale.

Moins d’une semaine après avoir appris qu’il ne participerait pas à la Coupe d’Afrique des Nations, Taïder a marqué deux buts dans un intervalle de quatre minutes en deuxième demie pour permettre à l’Impact de signer une victoire de 2-1 contre les Sounders de Seattle au stade Saputo.

Alors que l’Impact accusait un recul de 0-1, Taïder a d’abord marqué son sixième but de la saison à la 74e minute, à la suite d’un penalty qu’il avait lui-même provoqué lorsqu’il s’est fait accrocher par Kelvin Leerdam.

Taïder a ensuite rompu l’égalité grâce à un tir dans la partie supérieure du filet alors qu’il avait été laissé sans surveillance à la droite du gardien Stefan Frei.

«On avait besoin de ces trois points pour bien partir en vacances, entre guillemets. On ne pouvait pas partir sans gagner. C’est ce que j’avais dit avant le match aux joueurs et maintenant, on peut se reposer et partir l’esprit tranquille», a déclaré le héros du match.

Victor Rodriguez, sur un penalty à la 64e minute de jeu, a réussi le seul but des visiteurs contre Evan Bush, qui n’a reçu que ce seul tir pendant le match.

Le gain permet à l’Impact (8-7-3) d’entamer sa deuxième moitié de saison - et d’entamer la longue pause internationale - sur une note positive.

Et s’il y a quelqu’un chez l’Impact qui ne rouspétera pas de voir arriver cette période de repos, c’est Rémi Garde.

«C’est toujours mieux, avant les trêves internationales, d’avoir ces sentiments et ces vibrations positives qui vont nous accompagner. Je crois que ce “break” - il y a parfois des “breaks” qu’on aimerait repousser - je pense que celui-ci est quand même bienvenu parce que les joueurs ont beaucoup donné sur cette première partie de saison. Un 18e match, 11 à l’extérieur. On n’a pas produit notre meilleur match ce soir, mais je pense qu’au niveau de l’état d’esprit, l’équipe a donné une réponse ce soir.»

Après cette pause internationale, l’Impact reprendra le collier le mercredi 26 juin, au stade Saputo, face aux Timbers de Portland.

On le savait, les deux équipes présentaient des formations privées de nombreux joueurs réguliers.

Avec autant d’éléments-clés absents - neuf chez l’Impact dont cinq blessés, et autant du côté des Sounders - les deux formations ont dû faire appel à des joueurs qui n’avaient pas encore joué un match cette saison en MLS, ou qui avaient été très peu employés.

Ce fut le cas du milieu de terrain Daniel Kinumbe qui a effectué sa toute première sortie en carrière avec l’Impact, tandis que Ken Krolicki, un autre milieu de terrain, a amorcé son premier match de la saison après deux présences à titre de substitut.

Jeu décousu

La combinaison de tous ces absents et de ces nouveaux venus a donné du jeu décousu pendant la première demie, avec seulement deux tirs vers Bush et Frei, les deux par l’Impact, et les deux non cadrés.

Les meilleurs moments de l’affrontement sont survenus à compter du dernier tiers du match.

L’Impact a d’abord raté une extraordinaire opportunité d’ouvrir la marque à la 60e minute quand Maximiliano Urruti a décoché au vol un puissant tir de courte distance qui a frappé directement le gardien des Sounders, qui se déplaçait à sa droite en désespoir de cause.

Trois minutes plus tard, une faute de Victor Cabrera en surface de réparation contre Harry Shipp a mené au but de Rodriguez qui donnait l’avance aux Sounders et qui laissait présager un autre dénouement décevant pour la troupe de Rémi Garde.

Malgré ce but, l’entraîneur-chef de l’Impact n’avait pas perdu espoir de voir ses joueurs combler ce recul.

«Je n’étais pas dévasté, en dépit peut-être de mon visage qui est toujours pareil. Je suis comme ça», a d’abord lancé Garde, avec humour.

«Je ne l’étais pas parce que si vous examinez le match, je ne pense pas qu’ils avaient des chances avant (le but). Nous en avions eu, mais nous n’avons pas marqué. Omar Browne en a eu une très bonne en première demie, Maxi a eu la volée en deuxième demie. Je pensais que nous pouvions venir de l’arrière et heureusement, nous avons réussi assez rapidement après leur but.»