Les Canadiennes ont continué à appliquer de la pression afin de créer l’égalité, mais les Néo-Zélandaises ont tenu le coup en défensive.

Deux buts rapides laissent les Canadiennes au pied du podium de la Coupe du monde U17

MONTEVIDEO, Uruguay — Le Canada a encaissé deux buts rapides en début de partie et il s’est incliné 2-1 contre la Nouvelle-Zélande, samedi, lors du match de la médaille de bronze de la Coupe du monde de soccer féminin des moins de 17 ans.

Les Canadiennes ont tiré de l’arrière dès la 15e seconde de l’affrontement, quand la Néo-Zélandaise Grace Wisnewski a établi un nouveau record du tournoi pour le but le plus rapide. La Nigérienne Soo Adekwagh avait établi cette marque en 2008, grâce à un but à la 22e seconde.

Wisnewski a aussi fait bouger les cordages à la 13e minute, plaçant le Canada dans une mauvaise situation tôt dans la rencontre.

Lara Kazandjian a redonné espoir aux représentantes de l’unifolié en trouvant le fond du filet à la 64e minute. Sa frappe du pied gauche en provenance de l’extérieur de la surface a trompé la vigilance de la gardienne néo-zélandaise.

Le Canada a continué à appliquer de la pression afin de créer l’égalité, mais la Nouvelle-Zélande a tenu le coup pendant le reste du match et les cinq minutes de temps ajouté.

Malgré tout, la quatrième place du Canada s’avère son meilleur résultat lors d’un tournoi mondial des moins de 17 ans. Les Canadiennes avaient terminé au septième échelon en 2008 et en 2012.

***

Les Espagnoles championnes du monde

De son côté, la sélection espagnole a remporté samedi face au Mexique (2-1) la finale de la Coupe du monde.

L’attaquante Claudia Pina a signé un doublé aux 16e et 26e minutes. Trois minutes plus tard, c’est Denise Castro qui réduisait le score.

Pina, Soulier d’or européen, a donné une leçon de football lors de cette finale en étant la leader d’une sélection solide, qui a largement dominé son adversaire, notamment en première période. «Je n’arrive pas à croire que nous sommes championnes du monde», a-t-elle déclaré après le match.

Le président de la Fédération internationale de football (FIFA), Gianni Infantino, et celui de la Confédération sud-américaine de football (Conmebol), Alejandro Dominguez, ont assisté à la finale dans le stade Charrúa de Montevideo.