Malgré une saison misérable, Andréanne Pichette et Andréane Lanthier-Nadeau gardent le sourire et sont toujours aussi passionnées par le vélo de montagne.

Deux athlètes de Québec passionnées au Vélirium

Elles portent le même prénom, viennent de la région de Québec et pratiquent le vélo de montagne au plus haut niveau. Andréanne Pichette et Andréane Lanthier-Nadeau vivent aussi toutes deux une saison de misère.
«Être athlète, c'est avoir la folie de croire chaque fois que ça peut bien aller!» lance néanmoins l'Andréane avec un n, Lanthier-Nadeau, celle de 21 ans de Saint-Émile. Malgré ses insuccès récents, elle garde le sourire. «Je ne fais pas du vélo pour les médailles ou les commanditaires. Je fais ça parce que j'aime ça et que j'aime la satisfaction d'avoir tout donné», poursuit-elle, son homonyme avec deux n approuvant à coups de hochements de tête.
Maladie en Europe, chute sur la tête aux championnats canadiens, les sentiers ne sont pas favorables pour Lanthier-Nadeau, cette année. Elle se dit bien remise et retient que «ce qui ne tue pas rend plus fort».
Pichette, 24 ans, de Québec, expérimente également des creux de vague. Elle a trop poussé l'entraînement durant l'automne et l'hiver, ce qui leste ses résultats depuis le printemps. Elle a quand même ajouté à son palmarès une troisième place en Coupe Canada et deux tops 5 en Coupe d'Europe. Malchance et chutes ont toutefois été son lot.
Jusqu'à se demander si le temps n'était pas venu d'arrêter, elle qui vient de décrocher un baccalauréat en relations industrielles. «Je me suis posé la question et la réponse est que le jour où je n'aimerai plus ça, je vais arrêter. En attendant, je continue!» tranche-t-elle.
Leur objectif au Mont-Sainte-Anne? «Ne pas tomber!» jette to de go Lanthier-Nadeau. «Sortir la tête haute et finir avec le sourire», enchaîne Pichette. Le défi s'annonce de taille au cross-country de dimanche. Le parcours a été remodelé avec le retour d'une section de descente très technique surnommée La Béatrice. «C'est un des parcours les plus impressionnants», reconnaissent les filles.
Le rêve des Jeux toujours vivant
Malgré les embûches, le rêve olympique demeure vivant pour ces athlètes amateurs. «Nous permettre d'y croire nous en rapproche un peu plus», indique Pichette. «Plus on avance, on transforme le rêve en objectif. On grimpe les barreaux de l'échelle un à la fois. Quand il y en a un plus haut, c'est plus long, mais on finit par l'attraper», conclut Lanthier-Nadeau.
Outre le cross-country, elles participent à l'eliminator d'aujourd'hui. Il s'agit d'un tournoi de sprint à élimination directe, comme en Coupe du monde de ski de fond. Le parcours de 850 mètres aménagé au pied des pentes permet aux spectateurs de suivre la course du début à la fin. Les qualifications commencent à 9h30, les finales à 17h.
***
Rouler à un bras
Antoine Caron roule avec le poignet gauche cassé depuis mars. Victime à l'entraînement d'une fracture du scaphoïde, un des huit os de l'articulation, le vététiste de 22 ans de Stoneham a mis un mois avant d'enfiler une attelle rigide. Il devra être opéré le 19 août. On prélèvera un bout d'os de sa hanche pour le sculpter et l'implanter dans le poignet. Fin de sa saison, 12 semaines sans rouler. Il n'avait pas été sélectionné pour les Mondiaux de septembre.
«Je vais terminer ma saison le gaz au fond et m'amuser le plus possible!» lance le médaillé de bronze aux championnats panaméricains. La fin de semaine dernière, il a gagné une course du circuit américain Pro XCT, au Vermont. Le parcours du Mont-Sainte-Anne s'avère plus accidenté, causant davantage de vibration au guidon et de douleur au poignet.
Caron sera du tournoi de sprint par élimination, aujourd'hui, et son ami Jérémy Martin le rejoindra pour le cross-country classique de dimanche. Martin, 22 ans, de Boischatel, souligne que le calibre sera aussi relevé que dans les Coupes du monde tenues en Europe.
Trente-huit des 40 meilleurs au classement U-23 sont au rendez-vous. Léandre Bouchard, d'Alma, est le Canadien le mieux placé dans cette catégorie.
NOTES:
- L'Union cycliste internationale a dévoilé le calendrier de sa Coupe du monde de vélo de montagne pour 2015. Les 1er et 2 août, le Mont-Sainte-Anne accueillera la quatrième de six étapes en cross-country et la cinquième de sept en descente..
- Les trois épreuves de Coupe du monde du MSA réunissent 400 athlètes de 43 pays.
- Le Vélirium brasse un budget de 2,4 millions $, dont 485 000 $ (20 %) proviennent du gouvernement québécois.