Frédéric Parent a vu l'organisation du Blizzard midget AAA du Séminaire Saint-François prolonger de deux ans son contrat d'entraîneur-chef, une nouvelle qui a été confirmée seulement deux jours après l'ouverture du camp d'entraînement de l'équipe.
Frédéric Parent a vu l'organisation du Blizzard midget AAA du Séminaire Saint-François prolonger de deux ans son contrat d'entraîneur-chef, une nouvelle qui a été confirmée seulement deux jours après l'ouverture du camp d'entraînement de l'équipe.

Deux ans de plus pour Frédéric Parent avec le Blizzard

Jean-François Tardif
Jean-François Tardif
Le Soleil
Le Blizzard du Séminaire Saint-François, de la Ligue midget AAA, a décidé de jouer la carte de la stabilité pour les deux prochaines campagnes. L’organisation québécoise a en effet décidé de prolonger de deux ans le contrat de son entraîneur-chef Frédéric Parent qui a amorcé sa 15e année avec la formation.

«L’organisation devait apporter de la stabilité au sein de son personnel afin qu’il se concentre sur le développement et l’encadrement des joueurs en cette période, disons, exceptionnelle», a expliqué par voie de communiqué Charles-Éric Painchaud, le président de l’équipe. «Frédéric nous avait fait part de son désir de cette stabilité et avec le retour de tout le personnel d’entraîneurs ainsi que l’arrivée d’Éric Chouinard, nous sommes maintenant en bonne posture afin de maximiser notre concentration et nos énergies sur les joueurs».

De son côté, Parent, qui s’est vu confier les destinées du Blizzard en 2018, a indiqué que l’annonce de mardi n’était pas une surprise pour lui, les discussions pour le prolongement de son entente avec l’équipe midget AAA du SSF ayant été amorcées il y a quelques semaines déjà. Il a ajouté qu’il était très heureux que l’organisation lui fasse confiance pour les deux prochaines années. «C’est le fun quand ton travail est reconnu, a mentionné l’entraîneur-chef lors d’une conversation téléphonique.

«Dans les faits, cette prolongation de contrat ne changera pas grand-chose à mon travail. Contrairement au junior majeur où tu prévois des cycles de deux-trois ans, le midget AAA, c’est une saison à la fois. Nous sommes toujours dépendants de ce qui va se passer dans le junior au niveau des joueurs. On ne sait jamais combien y resteront. On travaille sur du court terme. Le lendemain c’est une nouvelle journée, et il faut que tu recommences.»


« C’est le fun quand ton travail est reconnu. »
Frédéric Parent, entraîneur-chef du Blizzard

L’entraînement en temps de COVID

C’est dimanche, avec une séance hors glace, que s’est amorcé le camp d’entraînement des joueurs midget AAA du Blizzard. Un camp fort différent de tous ceux tenus par l’équipe depuis ses tout débuts puisqu’il se déroule en pleine pandémie de COVID. Les restrictions sont donc nombreuses afin de garder le virus loin de la formation.

«Nous savions qu’il y aurait des changements et que nous devrions nous adapter. Nous suivons et manœuvrons à travers les mesures proposées par Hockey Québec, la Ligue midget AAA et la Ville au niveau de l’aréna. Par le passé, les joueurs se présentaient au vestiaire une bonne heure avant l’entraînement à l’intérieur et ils en profitaient pour faire un bon échauffement. Actuellement, on ne peut pas vraiment faire ça. Les gars doivent maintenant arriver à la dernière minute dans le vestiaire. Et ils en sortent beaucoup plus rapidement à la fin des entraînements. De son côté, le préposé à l’équipement doit prendre la température de tous les joueurs à leur arrivée au vestiaire avant chaque entraînement. Nous avons 87 hockeyeurs cette semaine, c’est quand même du travail de plus.

«Parmi les côté plus négatifs, les mesures que nous devons suivre rendent la communication un peu plus difficile. Il faut garder une certaine distance avec les joueurs et on peut moins prendre notre temps pour expliquer les choses. Tout est accéléré. Mais à date, on est vraiment content de la manière que ça se déroule parce que nous avons une excellente collaboration des gars et de leurs parents.»

Appelé à parler du genre de formation qu’il aurait cette année, Parent a mentionné qu’elle serait rapide et qu’elle aura une bonne attaque. Il a ajouté qu’il était cependant encore très tôt pour voir le vrai visage du Blizzard, d’autant plus qu’aucun hockeyeur n’avait joué en séries le printemps passé.

«Oui on connaît les gars parce que nous suivons leur parcours quand ils sont dans le midget espoir, le bantam AAA et le réseau scolaire. Mais il reste que la dernière photo sera celle du camp d’entraînement. Une chose est sûre, la cuvée 2020 a une belle profondeur. Et la lutte est forte à toutes les positions. Un 16 ans ne peut pas prendre pour acquis qu’il va être là parce qu’il y a des 15 ans qui poussent. Et même si nous avons de bons joueurs chez les 15 ans, ils doivent prouver qu’ils ont leur place parmi les plus vieux. C’est une belle compétition à l’interne qui se dessine. 

«Je n’ai pas d’attentes par rapport à notre saison. Nous devrons voir ce qui va se passer dans le junior majeur. Les décisions qui y seront prises pourraient avoir un impact sur notre équipe de même que sur les autres formations. C’est donc difficile de prédire ce qui arrivera.»