Case Keenum, qui a ravi le poste de quart partant à Nick Foles avec les Rams de St. Louis en 2015, se retrouvera en face de son ami, dimanche, alors que les deux quarts se feront face en finale de la Conférence nationale.

Deux amis dans le même carrousel

PHILADELPHIE — Nick Foles pensait à la retraite après sa misérable saison avec les Rams de St. Louis, perdant son poste de partant aux mains de Case Keenum.

Ce n’est qu’une seule partie de cet unique carrousel de quarts qui mettra en vedette Foles et les Eagles de Philadelphie, ainsi que Keenum et les Vikings du Minnesota, dimanche, lors de la finale de la Conférence nationale.

«C’est assez fou, a déclaré Foles. Les succès de Case ne me surprennent pas du tout parce qu’on se préparait toujours ensemble. Je crois que le message à retenir c’est que peu importe ce qui arrive, tu dois continuer à croire en toi, à travailler fort et à ne jamais abandonner.»

Ce carrousel s’est amorcé quand l’ancien entraîneur-chef des Eagles Chip Kelly a échangé Foles aux Rams en retour de Sam Bradford, en mars 2015. Une journée plus tard, les Rams ont acquis Keenum des Texans de Houston afin qu’il soit le second de Foles.

Foles a montré un dossier de 4-7 en 11 départs avec les Rams et il a été cloué au banc aux profits de Keenum. Pendant ce temps, Bradford a connu une bonne saison avec les Eagles, mais il a été échangé aux Vikings avant le début de la saison 2016, ce qui a ouvert la voie à Carson Wentz. Les Vikings avaient besoin de Bradford en raison d’une grave blessure subie par le jeune Teddy Bridgewater.

Foles a demandé d’être libéré par les Rams après qu’ils eurent déménagé à Los Angeles et eurent repêché Jared Goff avec le premier choix au repêchage, un rang devant Wentz. Foles contemplait sérieusement l’idée d’accrocher ses crampons avant qu’Andy Reid, qui l’a repêché en 2012, le persuade de se joindre aux Chiefs de Kansas City afin d’épauler le partant Alex Smith.

En relève, Foles a bien joué lors de deux parties et il a décidé de revenir à Philadelphie en signant un contrat de deux ans. Keenum a pour sa part aidé Goff à Los Angeles, l’année dernière, avant d’arriver au Minnesota pour être le quart numéro deux derrière Bradford.

Des Blessures qui changent tout

Keenum a pris les rênes de l’attaque des Vikings en septembre, après une blessure à Bradford. Il a de loin connu la meilleure saison de sa carrière, récoltant 3547 verges par la voie des airs et lançant 22 passes de touché, contre seulement sept interceptions. Foles a quant à lui fait de même à Philadelphie, lors de la 14e semaine d’activités, quand Wentz s’est blessé au genou.

Maintenant, les deux anciens coéquipiers se retrouvent à une petite victoire d’être partant au Super Bowl.

«Je sais qu’un duel entre Nick et moi en finale de la Nationale, c’est ce que tout le monde avait prédit», a blagué Keenum.

Les Eagles sont chanceux que Foles ait décidé de continuer à jouer, il y a un an.

«J’ai beaucoup parlé à ma femme, s’est rappelé Foles. Je suis une meilleure personne depuis que j’ai pris la décision de retourner jouer pour Andy [Reid]. Ce n’était pas une décision facile, mais j’ai eu le soutien de ma famille. Je suis reconnaissant d’avoir pris cette décision.»

Foles a complété 77 % de ses passes (23 en 30) pour des gains aériens de 246 verges, la semaine dernière, dans une victoire de 15-10 aux dépens des Falcons d’Atlanta.

Keenum, qui revendiquait une fiche de 9-15 en tant que partant avant de se joindre aux Vikings, a poursuivi sur son excellente saison en couronnant une remontée spectaculaire contre les Saints de La Nouvelle-Orléans, en tombée de rideau du deuxième tour éliminatoire. Lors du dernier jeu de la rencontre, il a lancé une miraculeuse passe de touché de 61 verges à Stefon Diggs.

Les deux quarts seront rivaux le temps d’un duel, mais ils sont restés bons amis hors du terrain.

«Nick est un très bon gars, a affirmé Keenum. Ma femme et la sienne sont de bonnes amies. C’est un très bon joueur de football parce qu’il se prépare bien, il est talentueux, il a un bon bras et il est très athlétique. Je sais qu’il a beaucoup de confiance en lui et j’ai hâte de l’affronter.»

***

BRADY FLOU SUR L'ÉTAT DE SA MAIN DROITE

La semaine a commencé avec quelques insultes de la part des négligés. Le reste de la semaine a été dominé par des spéculations sur l'état de la main d'un certain quart âgé de 40 ans. Les Patriots (14-3), champions en titre du Super Bowl, sont largement favoris à l'approche de leur septième participation d'affilée au championnat de l'Association américaine, dimanche (13h), face aux Jaguars de Jacksonville (12-6). Mais ce statut pourrait changer rapidement si la blessure à la main droite de Tom Brady s'avérait importante.

Brady a participé à seulement certains exercices à l'entraînement en début de semaine, puis a sauté son tour jeudi. Questionné vendredi sur sa disponibilité pour le match de dimanche, celui qui n’a jamais raté un départ en séries a simplement répondu : «On verra». Il a rétorqué qu’il ne répondrait à aucune question concernant sa main.

Depuis l’arrivée des Jaguars dans la NFL en 1995, Jacksonville et la Nouvelle-Angleterre se sont affrontés deux fois en séries (janvier 2006 et janvier 2008), et les Patriots l’ont emporté chaque fois.