Karine Lefebvre (photo) a devancé de 11 secondes sa plus proche poursuivante, une fille de 11 ans plus jeune, Laurence Bouchard, d’Alma.

Descente royale: note parfaite pour la reine Karine

Karine Lefebvre est la reine de la course à pied sur la scène locale de Québec. Et quoi ne mieux pour une reine que la Descente royale, défi de 10 km que la femme de 38 ans et mère de trois enfants a remporté pour la 10e fois de sa carrière, dimanche matin.

Dixième victoire sur ce 10 km, 10 sur 10. La note parfaite.

«Jeune, je n’étais pas très active. C’est au secondaire qu’une amie m’a invitée à faire du cross-country et que j’ai découvert que j’avais ça en moi, la course à pied. Je n’ai jamais arrêté depuis», a-t-elle confié, après avoir franchi le fil d’arrivée. Elle court depuis près de 25 ans.

Première femme au demi-marathon de Lévis début mai et troisième au demi d’Ottawa la semaine passée, même si elle «l’avai[t] moins dans les jambes», Lefebvre a complété le tracé empruntant une bonne partie de l’avenue Royale en 35 min 18, dimanche. Une trentaine de secondes plus vite que ce à quoi elle s’attendait sur le fameux parcours à 95 % descendant partant du haut de Boischatel jusque dans le bas de Beauport.

Participante à plusieurs championnats canadiens, Jeux du Canada et même aux Jeux panaméricains juniors à la fin des années 90, l’athlète originaire d’Alma est une figure de proue du monde de la course au Québec depuis longtemps.

Mais maintenant, ce sont ses élèves de l’école primaire Montagnac, à Lac-Beauport, où elle habite et enseigne l’éducation physique, qui la suivent le plus. Aussi, les mères et pères de famille qui se demandent où elle prend toute cette énergie.

«Maintenant, c’est plus un loisir, pour moi. Mais l’entraînement fait partie de mon mode de vie et mes enfants, qui ont quatre, six et huit ans, embarquent là-dedans. Ils ont de qui tenir! De me voir aller, ça motive aussi mes élèves et leurs parents», a-t-elle expliqué, dans l’aire d’arrivée.

«Ne serait-ce que d’aller marcher, de faire une activité qui leur plaît, souligne-t-elle. Parce que ce n’est pas tout le monde qui aime la course et je comprends ça. Il faut que tu trouves quelque chose de bon pour toi. Et en faire plus souvent et moins longtemps, pour prendre le goût. Aussi d’essayer des activités différentes, ça vaut le coup, ça peut nous éclairer sur notre potentiel.»

Lefebvre a devancé de 11 secondes sa plus proche poursuivante, une fille de 11 ans plus jeune, Laurence Bouchard (35:29), d’Alma.

La revanche de Morin attendra

Jean-Pierre Morin n'a pas été inquiété dans cette course, mais aurait surtout aimé se frotter au gagnant de l’an passé, Keven Bédard.

Dans le volet masculin, Jean-Pierre Morin a été encore moins inquiété avec son temps victorieux de 31:25, loin devant David Girardin (31:48). Le troisième avait près de deux minutes de retard sur le vainqueur.

Mais Morin, 25 ans, de Québec, aurait surtout aimé se frotter au gagnant de l’an passé, Keven Bédard. Il y a 12 mois sur le même parcours, Morin avait pris quasiment une minute et demie de plus, terminant troisième. La revanche n’est donc que partie remise.

Morin est membre du club d’athlétisme de l’Université Laval et joint l’utile à l’agréable en travaillant à la boutique spécialisée Le Coureur nordique, dans le quartier Montcalm.

Il aimerait retenter sa chance sur la distance marathon (42,2 km) cet automne, après une tentative réussie «de peine et de misère» l’année passée.

Plus de 1500 participants ont pris les départs des différentes épreuves de cette 33e Descente royale, dont la moitié au 10 km.