Bianca Andreescu devrait toucher bientôt plusieurs millions de dollars en commandites.

Des répercussions sur les commandites d'Andreescu

À 19 ans, Bianca Andreescu vient de mettre la main sur une bourse de 3,85 millions $ US à la suite de sa victoire contre Serena Williams en finale des Internationaux des États-Unis. Ce ne sont là que les premiers de plusieurs millions de dollars qu'elle touchera bientôt en commandites.

D'être devenue la première Canadienne à gagner un tournoi du Grand Chelem est non négligeable, mais c'est son ascension phénoménale qui retient l'attention, a indiqué Cary Kaplan, le président de Cosmos Sports & Entertainment.

«Il y a un an, elle n'existait pas, a-t-il dit. Elle n'était pas une joueuse importante.»

Dans la semaine du 10 septembre 2018, Andreescu occupait le 210e rang mondial au classement de la WTA. Cette semaine, elle est cinquième.

«Il y a un mois, si quelqu'un lui avait offert 1 million $, ça aurait été énorme», note Kaplan.

En fait, un peu plus tôt cette année, Andreescu a signé une entente de commandite pour 50 000 $ avec la chaîne de restaurants végétariens Copper Branch, surtout établie en Ontario et au Québec. Sa récente victoire à Flushing Meadows lui permet de prendre son temps et de déterminer exactement avec quelles marques elle désire s'associer.

Andrew Infantino, directeur du marketing chez Copper Branch, a indiqué que la chaîne s'était associée à Andreescu après avoir cherché à s'associer à un jeune Ontarien prometteur. Pour la chaîne, une joueuse de tennis se voulait la bonne association considérant que sa saison se déroule majoritairement en été.

Ce contrat prend fin au début de 2020. Copper Branch espère le prolonger ou en signer un nouveau avec elle. D'ici là, la chaîne compte continuer d'utiliser l'image d'Andreescu sur ses menus et son site internet, mais elle veut aussi accroître ses liens avec la joueuse. Elle pourrait installer des présentoirs grandeur nature d'Andreescu dans ses restaurants ou encore avoir des items «Andreescu» au menu.

Kaplan - qui n’a pas de lien d’affaires avec Andreescu - a ajouté que la jeune femme de Mississauga semble incarner l’identité canadienne, ce qui plaît bien aux marques et à ses partisans, dont certains n’ont pas manqué de souligner qu’elle s’était excusée au public américain d’avoir battu Williams, samedi.

Les marques représentant le mieux son image - Kaplan a mentionné que Tim Hortons et Canadian Tire semblaient des associations naturelles - seront considérées. Les grands épiciers canadiens et certaines banques pourraient vouloir s'associer à elle également. Dans certains cas, Andreescu n'aura toutefois pas le choix d'aller vers des marques internationales.

Malgré tout, Kaplan espère qu'Andreescu maintiendra ses relations avec ses partenaires initiaux, qui ont cru en elle au début de sa carrière, des propos bien sûr repris par Copper Branch. Mais du même souffle, Infantino admet être persuadé qu'Andreescu exigera plus d'argent au renouvellement du contrat et ne sait pas si la compagnie aura moyen de s'offrir ses services.

«Nous espérons par contre que comme nous étions parmi ses premiers commanditaires, nous pourrions obtenir une offre semblable à celle que nous avons présentement, a-t-il dit. J'imagine que nous devrons attendre pour voir.»