Carlos Nuzman (au centre) s'est présenté à un poste de police pour un interrogatoire.

Des policiers à la résidence du président des Jeux de Rio

Des membres de la police fédérale brésilienne ont effectué une perquisition à la résidence du président du Comité olympique des Jeux de Rio, mardi, et lancé un mandat pour l'obliger à témoigner dans le cadre d'une enquête sur des allégations de corruption liées à l'octroi des JO de 2016.
Les autorités policières ont lancé des mandats à l'endroit de Carlos Nuzman et de son associé Arthur Cesar de Menezes Soares Filho.
Nuzman a quitté sa demeure en compagnie de son avocat et s'est plus tard présenté à un poste de police pour un interrogatoire. À sa résidence, un photographe a vu des policiers sortir des valises, des documents et un ordinateur.
L'avocat de Nuzman, Sergio Mazzillo, a déclaré à des journalistes campés à l'extérieur de la maison que son client allait collaborer avec les autorités, mais qu'il n'avait rien à se reprocher. «Je peux confirmer que [Nuzman] n'a commis aucune irrégularité, a déclaré l'avocat. Malheureusement, ç'a créé un spectacle médiatique.»
Selon un communiqué de source policière, les autorités mènent une enquête sur un présumé système de corruption qui impliquerait l'achat de votes venant du Comité international olympique (CIO) pour l'octroi de l'organisation des Jeux de 2016. En tout, 11 mandats ont été produits à l'endroit de personnes en France et au Brésil dans le cadre d'une opération surnommée Operation Unfair Play (Opération Jeu Déloyal).
Les villes de Chicago, Madrid, Tokyo et Rio étaient les quatre finalistes en vue de l'obtention des Jeux de 2016. Le vote s'est tenu en 2009 à Copenhague, au Danemark, et Rio a reçu 66 votes comparativement à 32 pour Madrid. Chicago, qui étaient perçue comme la meilleure candidature et la ville comptant le plus d'édifices prêts à être utilisés, a été éliminée à l'issue du premier tour de scrutin.
«Tout ça est très dommageable», pour le CIO, a déclaré Andrew Zimbalist, un économiste qui a récemment rédigé un livre sur les retombées des Jeux de Rio.
«Le CIO a tenté de dire au revoir à Rio en août 2016, mais les problèmes qui surgissent de l'excentricité de plus de 20 milliards $ ne veulent pas disparaître.»
Le CIO a réagi en déclarant qu'il «avait été informé de ces circonstances par les médias et qu'il faisait tout en son pouvoir pour obtenir toute l'information».
Âgé de 75 ans, Nuzman a été un membre du CIO pendant 12 ans et l'un des joueurs-clés dans l'octroi des Jeux à la ville de Rio. Il est maintenant un membre honoraire du CIO et de la commission des Jeux de Tokyo de 2020, qui conseille les organisateurs sur la gestion de l'événement.
Peu de temps après les Jeux de Rio, le président du CIO, Thomas Bach, a remis à Nuzman l'ordre olympique, un honneur présenté aux personnes ayant réalisé d'extraordinaires contributions au mouvement olympique.
Les autorités françaises et brésiliennes enquêtent sur des allégations de corruption liées à l'octroi des Jeux d'été de Rio, tenus en 2016, et ceux de Tokyo, en 2020.