Dès l’annonce de l’accident qui a coûté la vie à Kobe Bryant et à sa fille, un mémorial a été improvisé près du Staples Center, le domicile des Lakers de Los Angeles.

Des fans atterrés viennent pleurer Kobe Bryant

LOS ANGELES — «Ce mec est tout pour moi, c'est insensé» : comme Bobby Jimenez qui fond en sanglots, des centaines d'admirateurs se sont rassemblés dimanche près du stade du Staples Center dans le centre de Los Angeles pour pleurer leur idole Kobe Bryant, mort dans un accident d'hélicoptère.

Huit autres personnes, dont sa fille de treize ans, Gianna, ont péri avec l'ex-vedette de la NBA sur les collines voisines de Los Angeles dimanche matin.

Le crash, survenu pour des raisons encore indéterminées, laisse oprhelin Bobby Jimenez, pour qui Kobe Bryant était un modèle avec lequel il a grandi et qu'il a suivi à travers tous les États-Unis lors de ses matchs.

«À chaque parade, j'étais là. Pour son dernier match, j'étais là», soupire le jeune homme aux yeux rouges de tristesse.

Plusieurs fans brandissaient des pancartes avec la photo de la vedette des Lakers et des inscriptions comme «RIP, on t'aime Kobe #24», en référence au numéro de son maillot.

D'autres, déboussolés, chantaient «Allez Kobe».

Un gigantesque panneau d'affichage électronique situé près du Staples Center montrait lui aussi un portrait du basketteur avec le message suivant : «à la mémoire de Kobe Bryant, 1978-2020».

Un admirateur était venu déposer une couronne mortuaire à l'extérieur du stade, dont les accès étaient fermés au public en raison de la soirée de gala des Grammy Awards qui s'y déroule dimanche. L'homme dit avoir entendu la triste nouvelle du décès de Bryant à la radio lorsqu'il était au volant et s'être arrêté chez un fleuriste pour un dernier hommage à l'athlète.

«On a grandi en le regardant»

«On a grandi en le regardant jouer», dit à l'AFP Sam Krautonog, 19 ans, vêtu d'un maillot des Lakers. «Mon grand-père a 82 ans et il a pleuré en apprenant la nouvelle», ajoute-t-il.

Luca Gardio, 19 ans lui aussi, assure que toute sa famille est en deuil. «Kobe transcende le basketball», estime-t-il, se réjouissant d'avoir eu la chance d'assister au dernier match de sa carrière professionnelle.

Pour Gennesys Cabral, autre fan des Lakers, la disparition de Bryant est encore plus douloureuse que la perte d'un proche. «J'ai perdu des membres de ma famille, et je sais que ça paraît tordu mais ça ne m'a pas fait aussi mal», a-t-il assuré à l'AFP, qualifiant le joueur de «légende».

«Il vous faisait croire que des choses impossibles devenaient possibles, qu'on pouvait les réaliser», dit-il.

Le maire de Los Angeles, Eric Garcetti, a également rendu hommage à la vedette de la NBA, assurant sur Twitter qu'«on se souviendra de lui comme l'un de nos plus grands héros».

«Kobe Bryant était un géant qui inspirait, étonnait et faisait vibrer les gens partout, avec son incomparable talent sur le terrain; et il nous fascinait avec son esprit et son humilité en tant que père, époux, génie créatif et ambassadeur du sport qu'il aimait», a ajouté M. Garcetti.