Le gardien Dereck Baribeau s’est blessé en posant un geste de frustration après avoir été retiré du match, vendredi.

Dereck Baribeau retiendra la leçon

Même s’il se disait fin prêt à retourner devant le filet malgré une fracture au cinquième métacarpe de la main droite, le gardien de but Dereck Baribeau cédera son poste à son adjoint Anthony Morrone, jeudi contre les Saguenéens de Chicoutimi, pour le premier match d’une séquence de trois en trois jours.

Absent à l’entraînement, mercredi, l’entraîneur-chef Patrick Roy a confirmé en début d’après-midi que Baribeau affronterait le Titan d’Acadie-Bathurst, vendredi à Québec, tandis que Morrone obtiendrait un deuxième départ en trois jours, samedi, à Blainville-Boisbriand, contre l’Armada.

«Ça permettra de voir comment va aller la main de Dereck. Nous avons deux bons gardiens, alors on les utilise. De toute manière, aucun ne pourrait disputer un «trois en trois», expliquait Roy, après avoir conversé avec Baribeau, qui s’est blessé en posant un geste de frustration après avoir été retiré du match, vendredi.

«J’espère qu’il va retenir une leçon de ce qui est arrivé. Le pire, c’est qu’il n’avait pas mal joué lorsque je l’ai retiré du match à 4-1 contre Baie-Comeau. Même que je lui avais dit qu’il pourrait retourner sur la glace si on revenait de l’arrière. Il y a des fois où il n’y a pas de raison de se fâcher», résumait Roy à propos de sa discussion avec le gardien.

Prêt pour l’action

Baribeau est conscient qu’il a été chanceux dans sa malchance. Son absence aurait pu être beaucoup plus longue qu’un seul match.

«Disons que je vais essayer d’être moins impulsif dans ce genre de situation. C’est un peu plate, j’ai fait une erreur stupide et je vais vivre avec. J’ai appris à la dure, c’est arrivé, c’est fait, je dois m’adapter», disait-il après la séance d’entraînement, où il a capté des rondelles pour la première fois avec la main fracturée.

«Il s’agissait de mon premier test. De toute manière, à ma grosseur, je bloque plus de rondelles avec mon corps qu’avec ma mitaine, je n’aurai pas trop à m’adapter. Demain [jeudi], tu me mets devant le filet et je suis prêt à jouer une grosse game», indiquait-il avant d’apprendre qu’il patienterait encore 24 heures avant de le faire.

Baribeau ne craint pas que l’adversaire tente de lui compliquer la vie en raison de la divulgation de sa blessure. «S’ils veulent me donner des coups de bâton, ils le feront, ils vont juste pogner des deux minutes… Ce n’est pas ça qui va changer quelque chose dans mon jeu.»

Bons mots pour Morrone

Baribeau ne se fera pas reprendre à frapper dans le mur en guise de frustration, déception ou colère. «Ça fait partie du cheminement pour devenir un joueur professionnel, mais ce n’était pas une bonne idée de me casser la main. En plus, ça n’avait pas été aussi mal que ça dans le match contre Baie-Comeau, c’était juste de me faire sortir, à Québec en plus. Je le prends comme une leçon.»

Il avait aussi de bons mots pour Morrone, son nouveau collègue devant le filet. «Je ne dois pas m’arranger pour me blesser, mais si je l’avais été longtemps, Tony peut faire un bon job. Au début de la saison, j’étais blessé aux hanches et on était allé le chercher pour ça.

«Il est un méchant bon gardien, il peut faire le travail autant que moi, et la preuve, c’est qu’il a battu Drummondville, l’une des meilleures équipes offensives de la Ligue», soulignait Baribeau à propos de Morrone, qui a remporté une des cinq victoires des Remparts.

+

CANNABIS: RIEN NE CHANGE

La légalisation du cannabis au Canada n’était pas un sujet de discussion chez les Remparts, mercredi. En début de saison, la LHJMQ et le Centre canadien pour l’éthique dans le sport (CCES) ont rappelé aux joueurs que ce produit était toujours interdit pour un athlète et que sa consommation pouvait mener à une suspension. «Il s’agit de quelque chose qui ne nous atteint pas, on sait que le cannabis est illégal dans notre sport. À cause de la légalisation, le CCES n’avait pas le choix de nous sensibiliser encore plus, c’était bien de leur part de le faire. Personnellement, ça ne changera pas grand-chose dans ma vie, ça ne m’affecte pas», soulignait le capitaine Benjamin Gagné, en ajoutant que «je ne suis pas sûr que tu serais dans le bon état d’esprit», si un joueur s’avisait d’en prendre. L’entraîneur-associé Martin Laperrière rappelait que les Remparts favorisaient les bonnes habitudes et le travail dans un corps sain. 

+

LAFRENIÈRE À LA SUPER SÉRIE

La LHJMQ a dévoilé, mercredi, l’équipe d’étoiles qui participera à la Série Canada-Russie CIBC 2018 de la Ligue canadienne de hockey. L’attaquant Alexis Lafrenière, de l’Océanic, en sera un des points de mire. Si l’on ne retrouve aucun joueur des Remparts dans cette formation, on y verra deux produits du Drakkar de Baie-Comeau, le défenseur Xavier Bouchard et l’attaquant Nathan Légaré. Natif de Québec, le centre Jakob Pelletier, un ancien du Blizzard du Séminaire Saint-François, sera aussi à surveiller. Pas moins de neuf joueurs de la LHJMQ ont déjà été repêchés par des équipes de la LNH. Les deux matchs entre la LHJMQ et la Russie auront lieu à Sherbrooke et Drummondville, les 13 et 15 novembre. La Russie disputera aussi des programmes doubles contre chacune des deux autres ligues de hockey junior majeur au pays.