Le Français Alexis Pinturault a remporté sa 24e victoire dimanche sur le géant d’ouverture de Sölden (Autriche).

Départ de rêve pour Pinturault

SÖLDEN — Le Français Alexis Pinturault, l’un des grands favoris au gros globe après la retraite du maître autrichien Marcel Hirscher, a parfaitement lancé sa saison avec une victoire dimanche sur le géant d’ouverture de Sölden (Autriche).

La grande question de la saison concerne la succession de l’Autrichien Marcel Hirscher, octuple vainqueur du gros globe, intouchable en géant et en slalom. Skieur polyvalent et régulier au plus haut niveau, Alexis Pinturault (28 ans) a parfaitement assumé son statut de favori en décrochant la victoire sur le géant de Sölden devant son compatriote Mathieu Faivre (à 54 centièmes) et le Slovène Zan Kranjec (à 63 centièmes).

Lorsqu’on lui demande si cette victoire est une forme de soulagement, le Français répond: «Non, pas vraiment, on ne vient jamais sur les courses pour prouver quelque chose, mais c’est sûr que c’est un excellent moyen de commencer la saison. On est très content, mais l’hiver est très long, tout peut changer d’une course à l’autre.»

Cerise sur le gâteau pour Pinturault, le Norvégien Henrik Kristoffersen, l’un de ses principaux adversaires pour l’hiver, a terminé seulement 18e (à 2 sec 02) et marque 13 points contre 100 pour le Français.

24e victoire pour Pinturault

L’étonnante station de Sölden dans le Tyrol autrichien est traversée par deux rues principales. D’un côté de la rivière, le bétail se serre dans les étables pour passer les journées d’hiver au chaud, rythmées par la traite du soir. De l’autre côté, des milliers d’Autrichiens s’entassent dans des bars minuscules pour écouter de la Schlager (musique populaire reine de l’après-ski à la qualité inégale), le gosier jamais loin du robinet à ivresse. Une ville de contrastes. Ou pas.

Alexis Pinturault avait justement pour objectif de s’extraire de la mêlée, alors que la course au gros globe s’annonce serrée. Mission accomplie avec sa 24e victoire en carrière en Coupe du monde (le meilleur total français), la 2e à Sölden (après 2016) où le géant messieurs n’avait pas pu se dérouler les deux dernières années à cause de conditions météorologiques défavorables.

Sur le glacier du Rettenbach inondé d’un grand soleil, comme la veille pour la course féminine, le coureur de Courchevel a d’abord dominé la première manche (2 centièmes devant Mathieu Faivre) puis est allé chercher une deuxième victoire consécutive sur la discipline, après son succès lors des finales à Soldeu (Andorre) la saison dernière.

«Le matériel mis à ma disposition a fait des progrès ces derniers mois, il y a aussi plein de petits détails techniques que j’ai corrigés avec les coaches, on n’a rien lâché en essayant de faire des manches pleines le plus souvent possible», a justifié Pinturault pour expliquer sa bonne passe en géant.

Pour Mathieu Faivre (27 ans) c’est une renaissance: alors qu’il était 2e mondial de la discipline en 2017, le Français a connu deux saisons plus compliquées malgré un podium obtenu l’hiver dernier à Saalbach (3e) en décembre.

Bien qu’un problème au dos en juillet lui ait fait perdre beaucoup de force dans sa jambe gauche, Faivre a réussi à valider son 7e podium en carrière, tous obtenus sur le géant, sa spécialité.

Avec sa 3e place, Kranjec (26 ans) monte sur le 4e podium de sa carrière, tous obtenus en géant également.

Les géantistes ont rendez-vous le 8 décembre à Beaver Creek (États-Unis), alors que le prochain week-end de Coupe du monde aura lieu à Levi (Finlande) les 23 et 24 novembre avec des slaloms femmes et hommes.