Frédérique Trudel, Antoine Caron et Andréanne Pichette dévaleront les pentes du Mont-Sainte-Anne sur deux roues cette fin de semaine.

Densité et intensité au Vélirium du Mont-Sainte-Anne

Pour une deuxième année consécutive, le Vélirium sera synonyme de densité et d'intensité. L'évènement, qui se mettra en branle jeudi avec la présentation du Cité8, sera le théâtre jusqu'à dimanche de trois Coupes du monde de même que de plusieurs autres activités variées comme le tournoi de polo-bike, le Raid Vélo-Mag, le premier Duel de la côte, le Critérium iBike, la Pumptrack Epic, la course Véli-Kidz pour les enfants, etc.
«Nous poursuivons le virage amorcé l'année dernière, alors que nous avions décidé de ramener en un seul bloc les activités du Vélirium, qui se tenaient auparavant sur trois fins de semaine», a expliqué Chantal Lachance, vice-présidente et directrice des opérations chez GESTEV. «Et grâce à l'ajout de quelques nouvelles activités, nous pouvons affirmer que le Vélirium 2014 sera encore plus dense que le précédent. Il saura combler les amateurs de vélo de montagne et les visiteurs.»
Depuis longtemps un incontournable sur la scène mondiale du vélo de montagne, le Mont-Sainte-Anne présentera pour une 24e année consécutive un évènement d'envergure internationale. Depuis 1991, la montagne de Beaupré a été le théâtre de plusieurs Coupes du monde, mais aussi de Championnats mondiaux. Et avec la présentation de trois autres Coupes du monde en fin de semaine, 2014 sera assurément une grande cuvée.
De nouveau cette année, les amateurs pourront assister aux prouesses de l'élite mondiale féminine et masculine en descente (samedi) et en cross-country (dimanche). Dans les deux cas, les participants devront apprivoiser un nouveau parcours. Les amateurs pourront aussi découvrir une nouvelle discipline qui gagne rapidement en popularité, soit le cross-country eliminator. Compétitionnant sur un parcours de 850 mètres, les participants se mesureront dans des vagues de quatre ou six coureurs. Au terme de chacune, les meilleurs passeront à la ronde suivante alors que les autres seront éliminés. Le grand gagnant sera connu au terme de la grande finale. Neuvième au monde, Léandre Bouchard (Alma) sera assurément à surveiller.
Nouvelle certification
Présenté pour la première fois en 2013, le Cité8 n'aura pas perdu de temps à acquérir ses lettres de noblesse. Il a été classé évènement de niveau Or sur le circuit du Freeride Mountain Bike World Tour. Non seulement plus de points FMB seront à l'enjeu et les bourses seront plus importantes (30 000 $), mais surtout, il sera le dernier arrêt pour les athlètes désirant se qualifier pour le Bearclaw Invitationnal, avant-dernière compétition de la FMB Diamond Series qui couronnera le champion du monde FMB World Tour.
«Nous sommes maintenant un passage obligatoire pour la Diamond Series», a mentionné Patrice Drouin, président de GESTEV. «Nous accueillerons une trentaine de participants, dont cinq des 10 meilleurs cyclistes au monde. Huit pays seront représentés comparativement à quatre l'an passé.» Gagnant en 2013, le Suédois Martin Söderström sera à Québec afin de défendre son titre.
C'est de nouveau à place D'Youville que sera présenté Cité8. Le parcours de cette année, encore plus spectaculaire que celui de 2013, a été imaginé par Cameron Zink. C'est à 19h30 que commencera la finale. Elle mettra aux prises les 16 meilleurs cyclistes des qualifications.
NOTES : Les organisateurs du Vélirium sont à la recherche d'une trentaine de bénévoles pour la journée de samedi... Le Vélirium a de nouveau mis à l'affiche un volet musical. Des spectacles auront lieu jeudi à place D'Youville et vendredi, samedi et dimanche au Mont-Sainte-Anne... Une nouvelle catégorie a été ajoutée au Véli-Kidz, soit les enfants de 2 à 4 ans qui rouleront en vélo trotteur.
Frédérique Trudel prudente sur ses objectifs
Septième chez les U-23 lors de la Coupe du monde de cross-country disputée au Mont-Sainte-Anne l'année dernière, Frédérique Trudel espère continuer sur sa lancée amorcée il y a deux semaines avec la conquête d'un quatrième titre national consécutif. Interrogée sur ses objectifs, dimanche, elle s'est cependant montrée prudente.
«Avec la présentation de deux Coupes du monde consécutives en Amérique du Nord, il risque d'y avoir un peu plus de coureuses européennes», a confié la jeune athlète. «La compétition sera donc plus forte. Je vais donc essayer de faire un top 10 et si j'y arrive, je serai vraiment contente. 
«Mais c'est certain que ma performance lors du championnat canadien m'a pas mal boostée au niveau de la confiance, surtout avec le début de saison que j'avais eu, a-t-elle ajouté. Elle va m'aider à bien performer d'ici le reste de la saison.»
Même si elle a l'habitude de compétitionner au Mont-Sainte-Anne, Frédérique a avoué que c'était toujours magique pour elle que de courir devant sa famille et ses amis. «Il y a des gens dont tu ignores la présence et pendant ta course, tu les entends crier. C'est génial. Et c'est toujours plus facile de pédaler quand toute ta famille est là et qu'elle t'encourage partout dans le parcours.»
La jeune athlète de 20 ans a mentionné que malgré son vécu en Coupe du monde, elle ressentirait de nouveau une certaine pression au moment de prendre le départ de sa course. «Même après plusieurs années de compétition, le stress est toujours présent. On a beau être habitué, une Coupe du monde, ça demeure une Coupe du monde.»
Sous les feux de la rampe
Considérée comme l'un des plus beaux espoirs québécois en vélo de montagne, Frédérique est de plus en plus sollicitée. Non seulement les médias lui portent davantage d'attention, mais les gens la reconnaissent de plus en plus.
«Il faut toujours rester humble face à ça. Et aussi demeurer dans sa bulle afin de toujours bien performer. Ça, c'est parfois un peu difficile, mais je m'habitue petit à petit. Avoir autant d'attention, ça donne un peu plus d'espoir pour le futur, sauf que c'est en piste que ça se passe. Et dans une course de vélo, tout peut arriver.»
Outre Frédérique Trudel, plusieurs athlètes de la région prendront part aux épreuves de la Coupe du monde UCI de vélo de montagne disputées au MSA. On pense à Andréanne Pichette, Léandre Bouchard, Antoine Caron, etc.
<p>Marie-Hélène Prémont était présente à la conférence de presse lançant les activités du Vélirium, lundi.</p>
Marie-Hélène Prémont indécise
Présente à la conférence de presse lançant les activités du Vélirium, Marie-Hélène Prémont avait une bonne et une mauvaise nouvelle à annoncer concernant sa participation à l'épreuve de cross-country présentée dans le cadre de la Coupe du monde. Elle a indiqué qu'elle avait fait parvenir son formulaire d'inscription à l'UCI avant d'ajouter qu'elle n'avait pas encore décidé si elle serait de la partie. «Je suis encore un peu dans le doute. Je me suis inscrite, car je voulais éviter d'avoir à payer une pénalité si j'avais décidé de courir après la date limite d'inscription. Ça me tente de courir. Mais je n'ai pas encore eu la chance de faire le parcours. Et j'ai des doutes sur ma forme physique. Je ferais un marathon sans problème, parce que du jogging, j'en fais à tous les matins avec la poussette. Mais je n'ai pas eu l'occasion de faire trop de vélo, même si les fois où j'en ai fait, mes feelings étaient bons. Être là en fin de semaine, ça pourrait quand même être le fun. Courir au Mont-Sainte-Anne, c'est toujours particulier. C'est chez moi et je sais que les gens seraient là pour m'encourager. Il s'agit donc de voir quel genre de feeling je vais avoir cette semaine sur mon vélo.»