Jakob Pelletier a profité de son passage à la maison pour s’entraîner avec son ancienne équipe, le Blizzard du Séminaire Saint-François.

Défi mondial des moins de 17 ans: une expérience dans le bagage de Pelletier

L’attaquant des Wildcats de Moncton, Jakob Pelletier, était de retour à Québec, mardi, au lendemain du Défi mondial des moins de 17 ans en Colombie-Britannique, où sa formation, Canada Blancs, a terminé quatrième.

Profitant de son passage à la maison pour s’entraîner avec son ancienne équipe, le Blizzard du Séminaire Saint-François, la talentueuse recrue des Wildcats s’est dit convaincu, même s’il est rentré les mains vide, que sa participation à la grande compétition internationale aura été formatrice.

«C’est déjà dur de se rendre jusqu’au bout et de jouer lors de la dernière journée de compétition... Au moins, il y avait deux équipes du Canada qui étaient là [NDLR : Canada Rouges a remporté l’argent]. C’est sûr qu’on aurait voulu gagner la médaille d’or, mais je pense que c’est une expérience dont tout le monde va ressortir grandi. Ça peut juste nous faire du bien pour l’avenir», a estimé l’attaquant de 16 ans, troisième sélection au total lors du dernier repêchage de la LHJMQ.

Pelletier (quatre buts en six matchs) affirme n’avoir aucun regret au terme de ce tournoi, où il a, en compagnie de ses partenaires de trio ontariens, Graeme Clarke et Ethan Keppen, tout laissé sur la glace.

«L’expérience acquise de jouer contre les meilleurs du monde à l’âge de 17 ans, je pense que ça va faire de moi un meilleur joueur. Ça ne peut certainement pas me nuire dans mon développement», a laissé entendre le jeune homme, dont la formation s’est inclinée 2-1 face à la République Tchèque, dans le match pour la médaille de bronze.

Avant de quitter pour la Colombie-Britannique, Pelletier (20 points) avait connu un début de saison canon dans la LHJMQ, se trouvant au troisième rang des meilleurs marqueurs de la ligue chez les recrues, derrière Filip Zadina (30 points, Halifax) et Ostap Safin (23, Saint-Jean), deux Européens.

Bond spectaculaire

Évoluant au sein du premier trio des Wildcats en compagnie de Mika Cyr et de Jeremy McKenna, le joueur originaire de Neufchâtel est en partie responsable du spectaculaire bond fait dans le classement général par la formation, qui est passée du dernier rang — avec seulement 14 victoires en 68 matchs — au troisième échelon du Circuit Courteau (13-7-2-0), en quelques mois à peine.

«C’est une différente équipe de l’année passée. Il y a 17 nouveaux gars qui sont là. Plusieurs agents libres ont été signés par les Wildcats et ils font une très grosse job jusqu’à maintenant. Tout le monde apporte un petit quelque chose à l’équipe, ce qui fait en sorte que les points rentrent», a jugé le dynamique attaquant de 5’8” et 150 livres.

Ce dernier attribue son bon début de saison au fait qu’il se soit adapté rapidement dans une nouvelle formation qui l’a accueilli à bras ouverts.

«Le fait de jouer avec Mika Cyr et Jeremy McKenna, ç’a aidé. Ce sont deux des bons joueurs dans la ligue, qui ont pris de la maturité depuis l’année passée. Je leur dois beaucoup, à eux et au reste des Wildcats. Un gars comme Julien Tessier m’a aussi pris sous son aile en arrivant à Moncton. C’est sûr que ça m’a aidé, parce que, veut, veut pas, c’était un gros changement pour moi. Tu n’es pas avec ta famille, tes amis. Tu t’en vas là-bas et tu ne connais personne», a-t-il rappelé.

S’il continue à produire avec la même régularité, Jakob Pelletier pourrait fort bien se retrouver parmi les candidats au titre de recrue de l’année dans le Circuit Courteau, au terme de la saison. Est-ce un objectif visé?

«Pas vraiment. Moi, j’y vais avec la victoire d’abord. Le but, c’est de faire les séries en premier, et après ça, c’est de se rendre le plus loin possible. C’est sûr qu’on aspire à la Coupe du Président, même la Coupe Memorial. Je ne me fie pas tant aux statistiques personnelles. Je vais juste là pour m’amuser, pour jouer et pour gagner», a conclu l’attaquant, qui rejoindra son équipe à Moncton, mercredi.