Sergei Mylnikov (à gauche), qui a connu une bonne carrière internationale en ex-URSS, s'est révélé un flop avec le Fleurdelisé de Michel Bergeron en 1989-1990.

Décès de l'ancien gardien Sergei Mylnikov

La Fédération de hockey russe a annoncé, mardi, le décès de l'ancien gardien de but Sergei Mylnikov, à 58 ans. Malgré 10 matchs seulement à protéger la cage des Nordiques durant la saison 1989-1990, le portier originaire de Tcheliabinsk aura marqué le club de Québec et ses partisans.
Mais pas de la meilleure façon. Sa méforme dès son arrivée au camp d'entraînement a marqué les esprits. Puis une histoire d'utilisation d'un four à micro-ondes pour sécher des vêtements ou encore d'une importante razzia lors de sa première visite à l'épicerie, en compagnie de sa conjointe.
«Il faut se rappeler que c'était le début des joueurs soviétiques dans la LNH. Mylnikov est arrivé ici totalement dépaysé», affirme Kevin Johnston, journaliste du Soleil attitré à la couverture des Nordiques, à l'époque.
«Disons que ç'a été une expérience non concluante. Les Nordiques essayaient de colmater des brèches et il n'a pas coûté cher, mais ça n'a pas fonctionné», résume-t-il à propos de ce choix de septième ronde au repêchage de 1989, 127e sélection au total.
Mylnikov n'a été que l'un des sept hommes masqués utilisés devant le filet par le Fleurdelisé cette saison-là. La pire dans l'histoire de la concession avec seulement 12 victoires et 31 points. Ron Tugnutt (35 matchs), Greg Millen (18), Scott Gordon (10), Stéphane Fiset (6), Mario Brunetta (6) et John Tanner (1) avaient aussi gardé le but pour Québec.
Malgré un dossier de 1-7-2 et une moyenne de 4,96 buts encaissés par 60 minutes de jeu, Mylnikov ne s'était pas empêché de critiquer avec virulence dans les médias, par le biais d'un interprète, l'entraîneur des gardiens des Nordiques à ce moment, Serge Aubry.
L'entraîneur-chef Michel Bergeron, de retour derrière le banc après deux ans chez les Rangers de New York, ne faisait pas trop de mystère non plus de son antipathie pour le bedonnant portier russe.
Sélectionné après Tanner (3e ronde, Québec, 21 matchs LNH), mais aussi devant le gardien letton Arturs Irbe (10e ronde, Minnesota, 568 matchs LNH), Mylnikov arrivait quand même à Québec auréolé d'une médaille d'or olympique en 1988 et trois titres de champion du monde avec l'équipe soviétique.
Il avait de plus officié dans deux des trois matchs de la série finale de la Coupe Canada de 1987, l'URSS s'inclinant deux matchs à un contre le Canada grâce au fameux but de Mario Lemieux à 1 min 26 de la fin, sur une passe de Wayne Gretzky.
Mylnikov a pris sa retraite en 1995, après deux campagnes en deuxième division suédoise. Les circonstances ne sa mort n'ont pas été rendues publiques.