Stan Mikita le 11 novembre 1971 face au gardien du Canadien Rogatien Vachon

Décès de la légende des Blackhawks Stan Mikita

Stan Mikita, une légende des Blackhawks de Chicago, est décédé à l’âge de 78 ans, mardi. Sa santé s’était détériorée depuis qu’il a reçu un diagnostic de démence du type corps de Lewy.

L’attaquant a passé la totalité de ses 22 saisons dans la LNH avec les Blackhawks, aidant le club à remporter la Coupe Stanley en 1961, à sa deuxième saison complète. Quadruple lauréat du trophée Art Ross (1964, 1965, 1967 et 1968) remis au meilleur pointeur de la LNH, Mikita domine l’histoire des Hawks pour les points (1467) et les matchs disputés (1394). Ayant connu quatre saisons de 35 buts et plus, il est le deuxième buteur de l’histoire de l’organisation, avec 541 filets, derrière Bobby Hull (604).

«Il n’y a pas de mots pour décrire notre tristesse d’apprendre le décès de Stan. Il avait une telle signification pour notre équipe, pour le hockey et pour tout Chicago», a dit le chef de la direction des Blackhawks, Rocky Wirtz. «Il a laissé une empreinte ineffaçable dans le cœur des amateurs. Quiconque entrait en contact avec lui devenait une meilleure personne.»

Le Canadien de Montréal a publié le message suivant sur Twitter : «Nous avons été attristés d’apprendre le décès de Stan Mikita. Nous souhaitons transmettre nos plus sincères condoléances à la famille Mikita ainsi qu’à l’organisation des Blackhawks. Stan était l’incarnation même de la classe et était un grand ambassadeur de notre sport.»

Natif de Sokolce, dans ce qui est maintenant la Slovaquie, Mikita a obtenu à la fois le trophée Hart et le Lady Byng en 1967 et 1968, comme joueur le plus utile du circuit et en reconnaissance de son esprit sportif, respectivement.

Contre le grand Béliveau

La carrière de Mikita avec Chicago a débuté en 1958-1959 et a pris fin en 1979-1980. Au moment de prendre sa retraite, il était le troisième pointeur dans l’histoire de la LNH.

Mikita, 5’9” et de 169 livres, a disputé son premier match en 1959 à Chicago, face au Canadien. À sa première mise au jeu, il était opposé à un Jean Béliveau au sommet de sa carrière.

«J’étais encore dans les nuages et là je devais prendre une mise au jeu contre une légende comme Jean Béliveau, qui faisait près de 6’5” et qui avait toute une présence sur la glace, écrit Mikita dans son livre paru en 2011, Forever a Blackhawk. Il devait avoir 60 livres de plus que moi. La mise au jeu était en zone du Canadien. Penché au cercle, je lui ai jeté un coup d’œil, mais mon regard n’arrivait qu’à sa taille. Mes genoux tremblaient et ma tête tournait.»

Le chandail numéro 21 de Mikita, intronisé au Temple de la renommée du hockey en 1983, a été retiré le 19 octobre 1980. Depuis 2011, les abords du United Center sont enjolivés de statues de Mikita et de Bobby Hull, avec qui il a joué pendant plus de 13 saisons.

«On se souviendra toujours de Stan Mikita comme d’un champion, d’un innovateur et d’un maître du jeu», a dit le président des Hawks, John McDonough. «Il incarnait les Blackhawks de Chicago, et son brio est illustré par les records d’équipe qu’il détient encore. La longévité de sa carrière a montré sa passion pour le hockey. Comme exemple de l’impact qu’il a eu, des partisans se rendent encore au United Center avec son chandail.»

En 1992, Mikita a fait son entrée dans la culture populaire, alors que dans le film Le monde selon Wayne (Wayne’s World) on retrouve un restaurant fictif nommé Stan Mikita’s Donuts, un clin d’œil à la chaîne canadienne Tim Hortons.