Avec un chrono de 10,11 au 100 mètres, le Canadien Andre De Grasse a réalisé l'une de ses plus lentes sorties en 2017 aux Championnats canadiens d'athlétisme.

De Grasse rate le record, mais gagne

La foule espérait un record, Andre De Grasse aussi. Mais le sprinteur canadien a été incapable de devenir l'homme le plus rapide de l'histoire de l'athlétisme canadien, vendredi soir, à Ottawa.
La marque de 9,84 au 100 m détenue conjointement par Donovan Bailey et Bruny Surin a encore résisté. De Grasse n'a pu faire mieux qu'un chrono de 10,11 sur une piste un peu détrempée, résultat d'un orage qui s'est abattu sur le stade Terry-Fox trois heures avant la course tant attendue.
Ce fut tout de même suffisant pour lui assurer un troisième titre de suite à l'épreuve reine des championnats canadiens, devançant Brendon Rodney et Gavin Smellie. «Je ne sais pas ce qui s'est produit en finale... J'ai peut-être manqué d'essence», a soutenu la sensation ontarienne âgée de 22 ans.
Il s'agissait d'une de ses sorties les plus lentes en 2017. Il a refusé de blâmer la pluie qui était tombée plus tôt dans la journée. «Je n'ai pas laissé ça me distraire. Elle avait déjà cessé et le soleil était présent en finale. «Je suis déçu de ne pas avoir été en mesure de donner aux spectateurs ce qu'ils souhaitaient. Mais en même temps, je suis quand même heureux de sortir d'ici avec le titre.»
Un oubli dérangeant
Selon Athlétisme Canada, plus de 5500 personnes se trouvaient autour de la piste. Les amateurs ont réservé une ovation à De Grasse quand il s'est pointé sur la surface pour prendre place dans les blocs de départ. Un accueil qu'il a visiblement apprécié.
Surtout qu'il avait besoin d'un plan B. «J'ai l'habitude d'écouter de la musique avant ma course. Mais j'ai oublié mes écouteurs ce soir. J'ai donc dû me rabattre sur la foule. Elle a été ma musique.»
De Grasse a avoué que l'oubli l'a dérangé. À l'image de plusieurs athlètes de pointe, il aime bien respecter une routine. «C'est la première fois que ça m'arrive. C'est O.K., tant que ça ne se reproduit pas à un événement majeur tel que les Mondiaux», a soutenu celui qui espère détrôner Usain Bolt dans cinq semaines à Londres.
En attendant, ce sera le retour à la table de travail pour lui au 100 m. «Je vais regarder la vidéo de la course avec mon entraîneur afin de voir ce qui n'a pas fonctionné ce soir.»
Sa performance est survenue en présence de l'ancien champion olympique américain Carl Lewis. Il était sur place afin de diriger deux de ses athlètes canadiens au saut en longueur.