Produit de l’Université du Manitoba, le Nigérien David Onyemata (93) ne se destinait pas à une carrière dans le football professionnel. Il est maintenant un élément clé de la défensive des Saints de La Nouvelle-Orléans.

David Onyemata: de curiosité à régulier

METAIRIE, Louisiane — Le plaqueur des Saints de La Nouvelle-Orléans David Onyemata n’est plus une curiosité dont le potentiel est inconnu de tous.

Le natif du Nigeria, un produit de l’Université du Manitoba, disputera en 2018 sa troisième saison dans la NFL et fera partie de l’alignement de départ sur la ligne défensive des Saints.

Le joueur de 25 ans est maintenant considéré comme un élément clé sur la ligne pour fermer les corridors de course aux demis offensifs adverses et pour appliquer à l’occasion de la pression sur les quarts.

«Il est maintenant bien établi comme partant dans cette ligue et il est évident qu’il jouera un grand rôle pour nous cette saison», a déclaré le coordonnateur de la défensive des Saints, Dennis Allen, en parlant d’Onyemata, choix de quatrième ronde (120e au total) des Saints en 2016. 

Pourtant, Onyemata n’avait pas en tête l’idée de jouer dans la NFL lorsqu’il a débuté sa carrière universitaire au Manitoba.

En effet, le gaillard de 6’4’’ et de 325 livres avait d’abord ses études en tête, puis a décidé de jouer au football simplement parce qu’il recherchait une activité intéressante pour se divertir en dehors des salles de classe. Enfant, Onyemata jouait au soccer, mais en raison de son gabarit, le football a fini par s’imposer. 

Finalement, son sérieux dans ses études — il a décroché en baccalauréat en sciences de l’environnement — semble l’avoir aidé à s’ajuster aux schémas de jeu de la NFL.

«Au moment où on l’a repêché, il avait peu joué au football, il avait donc à peaufiner son apprentissage de la terminologie du football américain. Mais il s’est ajusté très rapidement, voire plus rapidement que des recrues qui provenaient d’universités américaines», explique Allen. «Je pense donc que ses études l’ont aidé. Il est très intelligent, il apprend vite et il n’est pas du genre à commettre la même erreur deux fois.»

Après avoir été en uniforme pour tous les matchs en 2016 sans obtenir de départ, Onyemata s’est retrouvé dans l’alignement partant lors des six derniers matchs des Saints en 2017. L’athlète de Lagos a terminé la compagne avec 40 plaqués, deux sacs du quart et une passe rabattue. 

Même s’il a pris du temps pour visiter sa famille en Afrique lors de la saison morte, Onyemata a passé beaucoup de temps à Baton Rouge pour travailler avec l’entraîneur de la ligne défensive, Pete Jenkins, dans l’espoir d’améliorer ses connaissances et sa technique, particulièrement l’usage de ses mains. 

«Je suis bien décidé à travailler très fort pour devenir meilleur, et surtout je veux travailler sur mes points faibles», a déclaré Onyemata, lundi, ajoutant qu’il maîtrise maintenant très bien le schéma défensif des Saints. «Maintenant, je comprends beaucoup mieux ce qu’ils attendent de moi, je suis donc mieux en mesure de faire mon travail.»

Progression rapide

Le centre des Saints, Max Unger, a mesuré l’évolution de son coéquipier.

«L’accent est encore bien présent», lance d’abord Unger à la blague, avant d’ajouter sérieusement qu’Onyemata «devient, je crois, le joueur qu’ils [les entraîneurs] s’attendaient qu’il devienne. La rapidité avec laquelle il se développe est très impressionnante, considérant qu’il arrive du Canada et qu’il n’avait pas beaucoup de football dans le système quand il a été repêché. 

«Honnêtement, c’est difficile de le contrer, avoue Unger, un vétéran de neuf saisons dans la NFL. «Regardez-le : il est gros, il est rapide. C’est un gars très physique qui deviendra meilleur avec l’expérience. Pour n’importe quel joueur, la marche est haute pour s’établir dans cette ligue, mais il a vraiment progressé rapidement.»

Unger précise que c’est surtout au niveau de la compréhension du jeu qu’Onyemata a le plus progressé.

«Tu peux être rapide et physique, mais ça ne suffit pas quand tu joues sur la ligne défensive. Tu dois savoir où est le ballon», dit Unger, qui souligne qu’Onyemata est aussi devenu meilleur pour cacher ses intentions avant que le ballon soit mis en jeu. «Sur cet aspect en particulier, son développement est très rapide.»