Darcy Thibaudeau (39) a commencé à prendre beaucoup de place sur le terrain l’an dernier. Devenu partant après une blessure, il a terminé la saison avec neuf plaqués. Il en est maintenant à 12 plaqués cette année.

Darcy Thibaudeau: le Québécois des Axemen

Quand les Carabins de l’Université de Montréal se frotteront aux Axemen d’Acadia pour l’obtention de la Coupe Uteck samedi, un seul Québécois sur le terrain ne portera pas l’uniforme bleu et blanc. Et le joueur de ligne défensive Darcy Thibaudeau croit que son équipe pourrait causer la surprise.

«Les Carabins sont une équipe très forte. Ils sont agressifs et presque tout le monde pense qu’ils vont gagner. Moi, par contre, j’aime l’attitude dans notre vestiaire. On se dit tous qu’on peut le faire», indique l’étudiant en kinésiologie originaire de Saint-Lazare, dans Vaudreuil-Soulanges.

Les Axemen ont connu une saison sans défaite dans la conférence Atlantic University Sport (AUS). «Sans défaite et sans défi!» lance cependant d’entrée de jeu Darcy, heureux de voir les siens se mesurer enfin à un adversaire de taille.

Histoire d’amour

Après avoir joué au football collégial avec les Islanders de John-Abbott, Darcy est tombé en amour avec Acadia après avoir reçu des offres des universités québécoises Bishop’s et Concordia.

«J’ai fait une visite et j’ai tout de suite aimé la Nouvelle-Écosse. C’est plus relax et c’est très beau alors qu’à Montréal, tout va vraiment très vite. De plus, c’est une école plus petite, on est plus proches de nos profs et ils ont un bon programme de kinésiologie», explique-t-il.

Le seul autre Québécois chez les Axemen est le Beauceron William Dallaire, qui n’a pas encore touché le terrain durant un match. Darcy a cependant retrouvé à Wolfville le quart-arrière substitut néo-écossais Duncan Patterson, qui avait aussi joué son football collégial à John-Abbott.

«J’essaie de ne pas trop perdre mon français. Je parle beaucoup avec William et avec les autres étudiants francophones de l’université», tient-il à préciser.

Vétéran et leader

Sur le terrain, Darcy a commencé à prendre beaucoup de place l’an dernier après une première saison où il n’avait disputé qu’un seul match. Devenu partant après une blessure la saison dernière, il avait terminé la saison avec neuf plaqués, un chiffre qu’il a augmenté à 12 cette année.

«Comme je suis aussi l’un des plus vieux de l’équipe à 22 ans, je connais très bien le système et j’ai aussi un rôle de leadership à donner», enchaîne l’athlète, qui disputera une autre saison en 2020.

En attendant, Darcy est très à l’aise avec le fait que son équipe joue le rôle de négligée. «Plusieurs pensent que dans l’AUS, ce n’est pas pareil, mais du football, ça reste du football. En plus, on a la chance de jouer devant nos partisans. Si les Carabins croient que la partie sera facile, ils se trompent, car tout le monde ici est très excité de jouer ce match et tout le monde est bien préparé après plusieurs séances de vidéo.»

«Ils ont un bon quart, un bon porteur de ballon et leur système offensif n’est pas trop différent de celui auquel on est habitués. Leur défensive est un peu différente cependant, mais on devrait pouvoir s’adapter», termine-t-il.