Stephen Curry ne refoulera pas les parquets avant février au plus tôt.

Curry absent trois mois, les Warriors vers une saison noire

LOS ANGELES — La longue absence redoutée est confirmée et pourrait sonner le glas des ambitions de Golden State cette saison : Stephen Curry, opéré vendredi à sa main gauche fracturée, sera absent pour au moins trois mois, soit presque cinquante matchs de saison régulière.

Le joueur sacré le plus utile à son équipe en 2015 et 2016 «a subi une intervention au deuxième métacarpe de la main gauche au Cedars-Sinai Kerlan-Jobe Institute à Los Angeles et devrait être complètement rétabli d’ici trois mois, moment auquel son indisponibilité sera réévaluée», ont indiqué les Warriors dans un communiqué.

La star des trois points ne refoulera donc pas les parquets avant février au plus tôt. Il restera alors environ deux mois de matchs de saison régulière avant les séries éliminatoires, dont l’accession s’apparente désormais à une montagne pour l’équipe entraînée par Steve Kerr, finaliste des cinq derniers championnats et trois fois vainqueur (2015, 2017, 2018).

Curry s’est fracturé l’os long de son index lors du match perdu contre Phoenix (121-110), quand le pivot des Suns, Aron Baynes, s’est écrasé de tout son poids dessus lors de leur chute sur le parquet.

Il s’est alors immédiatement tenu le poignet en grimaçant, tentant ensuite de secouer sa main comme pour évacuer une douleur. En vain : après avoir essayé de rester dans la partie pour les lancers francs, il a dû renoncé pour regagner le vestiaire tête basse.

«Ça fait ch... C’est dur, très dur. Sans Steph la suite s’annonce tellement plus dure pour notre équipe», a réagi son coéquipier Draymond Green, dépité à quelques heures de devoir affronter San Antonio, en soirée à San Francisco.

«Je m’inquiète pour Steph, qui ne pourra pas porter [son fils] Canon, qui ne pourra pas jouer avec [ses filles] Riley et Ryan. [...] Ça craint...», a-t-il ajouté en pensant aux simples gestes du quotidien de son ami.

Green se retrouve être désormais le seul titulaire valide du cinq majeur de Golden State qui a dominé la Ligue pendant cinq saisons et qui pourrait voir à présent sa suprématie brutalement prendre fin.

Car l’absence de Curry s’ajoute à celle encore plus longue de l’autre vedette de l’équipe, Klay Thompson, qui soigne une rupture des ligaments croisés du genou gauche, occasionnée en juin lors du match 6 de la finale de la NBA qui a sacré les Raptors de Toronto. Sans oublier celle de Kevin Durant, victime d’une rupture du tendon d’Achille droit lors du match 5, et qui est parti cet été à Brooklyn.

À ces trois graves blessures qui ont frappé les Warriors s’ajoutent les départs, préjudiciables dans une moindre mesure, de cadres qui faisaient la richesse de son effectif comme Andre Iguodala, non conservé, et Shaun Livingston, retraité.

Risque de rater les séries

Autant dire que pour les Warriors, la saison s’annonce noire, voire blanche avec le risque, désormais décuplé par l’absence de Curry, de les voir échouer à atteindre les séries, alors que la concurrence n’a jamais été aussi forte à l’Ouest. Un échec qui serait entérinerait brutalement la fin de leur âge d’or.

En quatre matchs, Golden State a déjà été humilié trois fois : face aux Clippers (141-122), Oklahoma City (120-92) et Phoenix (121-110), avec entre-temps une seule victoire à La Nouvelle-Orléans (134-120) en forme d’orgueil.

De l’orgueil, il en faudra vraiment tous les soirs pour exister, en espérant que des les jeunes de l’équipe émergent d’ici février, puisque le coach des Warriors doit composer avec neuf joueurs âgés de 23 ans ou moins, autour de Green et D’Angelo Russell.