Le joueur étoile de soccer Cristiano Ronaldo a plaidé coupable, comme prévu mardi, à une accusation d’évasion fiscale dans une cour de justice de Madrid.

Cristiano Ronaldo plaide coupable à une accusation d’évasion fiscale

MADRID — Le joueur étoile de soccer Cristiano Ronaldo a plaidé coupable, comme prévu mardi, à une accusation d’évasion fiscale dans une cour de justice de Madrid.

L’athlète portugais, qui évolue avec la Juventus de Turin en Italie et qui faisait face à des accusations remontant à l’époque où il jouait avec le Real Madrid, a passé environ 45 minutes à la cour pour signer une entente qui lui coûtera environ 19 millions d’euros (plus de 28,7 millions $ CAN).

Il s’est également vu imposer une sentence suspendue de deux ans en vertu d’une entente conclue avec l’État espagnol l’an dernier.

En Espagne, les procureurs peuvent suspendre les sentences de deux ans ou moins en cas de première infraction.

Arrivé dans une camionnette noire, Ronaldo portait des lunettes de soleil, un veston sport noir, des pantalons noirs et des espadrilles blanches. Il s’est arrêté pour signer un autographe avant de monter les escaliers menant au palais de justice. Il était accompagné de ses avocats et de sa partenaire, Georgina Rodriguez. Il était escorté de policiers.

Quelques centaines de journalistes ont attendu à l’extérieur de la salle de cour, mais Ronaldo ne s’est pas arrêté pour leur parler.

Les autorités judiciaires avaient rejeté une requête de Ronaldo d’entrer dans l’édifice par le stationnement, ce qui lui aurait permis d’éviter les médias. La demande avait été présentée pour des raisons de sécurité, mais la cour a jugé qu’une telle mesure n’était pas nécessaire, malgré la notoriété du joueur de soccer.

Selon des employés du palais de justice, Ronaldo n’a émis aucun commentaire dans la salle de cour au moment de signer l’entente.

Souriant à sa sortie du palais de justice, il s’est de nouveau arrêté pour signer des autographes pour quelques amateurs qui s’étaient faufilés parmi le groupe de journalistes.

Ronaldo a été accusé en 2017 d’évasion fiscale d’une valeur de 14,7 millions d’euros (22,2 millions $) pour les années 2011 à 2014 en utilisant des sociétés-écrans à l’extérieur de l’Espagne pour cacher des revenus. Ces accusations ne visaient pas son salaire du Real et après un interrogatoire de 90 minutes, il a déclaré qu’il n’avait jamais cherché à cacher ces sommes à l’impôt.

Dans un tout autre ordre d’idées, Ronaldo fait toujours face à une allégation de viol aux États-Unis. En septembre, au Nevada, Kathryn Mayorga a déposé une poursuite en cour civile dans laquelle elle affirme que Ronaldo l’a violée dans une chambre d’hôtel de Las Vegas en 2009.

À la demande de la présumée victime, la police a rouvert l’enquête dans cette affaire. Ronaldo nie les allégations.