Mathieu Thibodeau est forcé d'enseigner le hockey à ses jeunes élèves par ordinateur.

COVID-19: de la patinoire à l’écran d’ordinateur

Depuis dix ans, Mathieu Thibodeau donne des cours, des ateliers et des camps de hockey à l’année avec son Centre Excellence Hockey. La pandémie de COVID-19 a cependant forcé l’ex-hockeyeur à passer cette semaine de la patinoire à l’écran d’ordinateur pour continuer d’enseigner à ses jeunes élèves.

«J’ai 1000 membres et j’accueillais de 50 à 100 élèves par jour et jusqu’à 350 la fin de semaine pour les cours que je donne. De jour au lendemain, c’est tombé à zéro», raconte au Soleil l’ancien professeur d’éducation physique qui a lancé sa propre entreprise en 2009.

«Bref, avec la crise, je n’avais pas le choix de tenter des choses», explique celui qui avait déjà jonglé avec l’idée de formations en ligne il y a deux ans. «Mais à l’époque, il n’y avait pas vraiment de demande, les gens étaient bien servis avec les formations données sur glace», explique-t-il.

Les événements des dernières semaines l’ont incité à ramener cette idée au goût du jour. «J’ai commencé par lancer des “défis” à mes membres en ligne. Mais je regardais leurs vidéos et je me disais que ça n’avait pas de bon sens la façon dont certains lançaient!»

Inspiré par Turk

Le professeur n’étant jamais bien loin, il s’est vite mis dans la tête de corriger les lacunes de ses élèves avec l’aide d’internet. «J’avais développé le concept il y a deux ou trois ans après avoir fait venir Tim Turk, entraîneur d’habiletés qui a travaillé avec plusieurs joueurs des Canadiens et de la LNH», poursuit l’ancien joueur de centre des Castors de Sherbrooke et des Patriotes de l’Université du Québec à Trois-Rivières.

«Ses clients, qui étaient partout en Amérique et ailleurs dans le monde, produisaient des vidéos qu’ils lui envoyaient et qu’il pouvait analyser. Moi, j’avais déjà fait de la vidéo avec mes jeunes, mais c’est moi qui les filmais et les analysais», indique Thibodeau.

Au départ, «Coach Mathieu» a donc commencé à produire cinq ou six capsules par jour à l’intention de ses élèves, qui les regardent et les pratiquent à la maison. En utilisant l’application Coach’s Eye, il peut aussi recevoir leurs vidéos, les analyser et ainsi conseiller ses protégés même s’il n’est pas sur la patinoire avec eux.

Et en cette période où les écoles sont fermées, ses élèves ont amplement le temps pour pratiquer les techniques qu’il leur enseigne. 

«Ils sont une trentaine à me suivre en ligne depuis trois jours. J’analyse leurs techniques, je leur parle et je peux comparer. Par exemple, sur une séquence de cinq tirs, je leur amène quelques petites choses à changer», explique-t-il.


« Avec la crise, je n’avais pas le choix de tenter des choses. Mais à l’époque, il n’y avait pas vraiment de demande, les gens étaient bien servis avec les formations données sur glace. »
Mathieu Thibodeau

Plus loin

Mathieu Thibodeau veut pousser l’expérience encore plus loin en réalisant un partenariat avec l’entreprise Hockey Shots, qui vend des ensembles d’entraînement à domicile pour le hockey.

«Pour mes premières capsules, les jeunes avaient besoin d’un bâton, de gants et de rondelles, mais avec ça, je pourrais leur fournir un petit kit d’entraînement qu’ils utiliseront pour leurs vidéos», poursuit Thibodeau, qui a fait contre mauvaise fortune bon cœur en ces temps difficiles.

«Mon banquier m’a dit que j’étais le premier à qui il parlait en dix jours qui avait réussi à amener un peu de positif dans tout cela. J’ai toujours été en mode de trouver des solutions!», conclut-il.