Le gérant des Capitales de Québec Patrick Scalabrini s’attend à ce que les suites de l’épidémie de coronavirus viennent compliquer un peu les plans de recrutement des équipes.

COVID-19 : vers un départ plus tardif de la Ligue Frontier

La Ligue Frontier de baseball indépendant devrait annoncer sous peu qu’elle retarde le début de sa saison, prévu le 15 mai. Les gouverneurs du circuit vont se réunir lundi à ce sujet.

«Tout le monde est en stand-by présentement, mais on s’attend effectivement à ce que le départ soit retardé cette année. De la façon dont c’est parti, il n’y a pas de pays qui ait l’air plus mal pris que les États-Unis dans l’épidémie de COVID-19, et 12 des 14 équipes de la Ligue sont aux États-Unis», déclarait jeudi Patrick Scalabrini, gérant des Capitales de Québec.

Scalabrini s’attend aussi à ce que les suites de l’épidémie viennent compliquer un peu les plans de recrutement des équipes. «Ça risque de devenir plus problématique pour les visas des joueurs cubains et des autres pays d’Amérique latine. Est-ce qu’on ira au cas par cas? Est-ce qu’on sera plus frileux avec les pays qui ont été plus infectés?» s’interroge-t-il.

Les Capitales avaient l’habitude d’accueillir deux ou trois joueurs cubains chaque année depuis plusieurs saisons. Jusqu’à maintenant, Cuba semble bien se tirer d’affaire dans sa lutte contre le coronavirus avec un seul mort et 57 cas confirmés en date de mercredi.

Recrutement freiné

Le fait que les camps d’entraînement des ligues majeures aient été subitement arrêtés a également freiné du même coup le recrutement des circuits indépendants.

«J’ai parlé à tous mes gars, mais on ne sait pas ce qui se passe. Plein d’équipes ne sont pas complètes, car elles attendaient la fin des camps», poursuit Scalabrini, qui est pour sa part avancé dans ses devoirs.

«Si la saison commençait demain, je crois que j’aurais suffisamment de joueurs. Mais je ne peux en signer d’autres pour le moment. Il y a seulement du côté des joueurs qui viennent de terminer leur stage universitaire, qui a pris fin abruptement à cause de l’épidémie, qu’il y a quelques gars qui veulent s’assurer un poste. Pour le reste, on est tous en mode attente.»