Avant le match de lundi soir, Patrik Laine (29) avait inscrit 40 buts.

Course à trois vers les 50 buts

WASHINGTON — Patrik Laine soutient ne pas vérifier chaque soir si Alex Ovechkin ou Evgeni Malkin a marqué, mais l’ailier des Jets de Winnipeg sait toujours combien de buts ils ont inscrits.

«Je regarde parfois les sommaires et je sais ils sont rendus à combien de buts», a raconté Laine. Avec ses 40 buts, le Finlandais de 19 ans des Jets de Winnipeg partage le premier rang des buteurs de la LNH avec Ovechkin qui, à 32 ans, vise un septième trophée Maurice-Richard.

La course se fait entre Ovechkin, Malkin — les deux premiers choix du repêchage de 2004 — et Laine, deuxième choix en 2016.

«Il a un don pour marquer des buts», a dit le défenseur Ben Chiarot au sujet de son jeune coéquipier. «Les gars le cherchent sur la patinoire parce qu’ils savent que s’ils le rejoignent, il a 60 ou 70 % des chances de marquer. Je n’ai jamais vu un joueur être aussi dangereux avec la rondelle.»

Laine connaissait une séquence exceptionnelle, avec 15 buts en 11 matchs, avant de croiser le fer avec Ovechkin, lundi soir à Washington. Le plus prolifique Finlandais depuis Teemu Selanne ne cache pas qu’il a toujours rêvé de gagner le Maurice-Richard. Puis, le plateau doré des 50 buts est aussi à sa portée.

«Vous ne savez jamais ce qui peut se produire», a dit Laine. «Il y a une dizaine de matchs, j’étais à 25 buts et personne ne parlait du plateau des 40. Il peut se passer beaucoup de choses. Mais si nous continuons de jouer comme ça, pourquoi pas 50?» dit-il en faisant allusion à Nikolaj Ehlers et Paul Stastny, ses compagnons de trio.

Auteur de six saisons de 50 buts ou plus, Alex Ovechkin est en bonne position pour atteindre de nouveau ce plateau, lui qui en avait marqué 40 avant d'affronter les Jets lundi soir.

Les joueurs des Jets n’hésitent pas à comparer Laine à Ovechkin parce que le jeune Finlandais marque à un rythme seulement égalé au cours des deux dernières décennies par l’étoile des Capitals de Washington, Steven Stamkos (Tampa Bay), Auston Matthews (Toronto) et Ilya Kovalchuk, qui joue maintenant dans la KHL.

Ovechkin est le marqueur le plus prolifique de sa génération, lui qui n’est plus qu’à deux buts de devenir le 20e joueur de l’histoire de la LNH à atteindre le plateau des 600 en carrière. L’entraîneur-chef des Capitals, Barry Trotz, croit toutefois que le chiffre de 50 est plus important aux yeux d’Ovechkin, lui qui a déjà atteint ce plateau sept fois. «Il a connu une saison plus difficile l’an dernier et il veut prouver qu’il est toujours aussi bon.»

Mais, avant de viser l’important 50e but, Ovechkin sait qu’il devra atteindre un autre nombre important avant, lui qui n’est qu’à deux buts d’atteindre les 600. Malgré ce, Ovechkin préfère parler de la cinquantaine. «Quarante buts c’est bien, mais c’est encore mieux d’en compter 50. Il me reste assez de temps pour réussir.»

Malkin à son meilleur

Cependant, Malkin, qui affiche une production de 39 buts, est peut-être le joueur le plus dangereux du circuit présentement. Le centre des Penguins de Pittsburgh est un candidat au titre de joueur par excellence de la LNH en compagnie d’Ovechkin, de Taylor Hall (New Jersey), de Stamkos, de Kucherov (Tampa Bay) et de Nathan MacKinnon (Colorado).

Evgeni Malkin (à droite) a jusqu'à maintenant marqué 39 buts. Il a atteint la cinquantaine une fois dans sa carrière, en 2011-2012, alors qu'il en avait marqué exactement 50.

Jouant au sein de la même équipe que Sidney Crosby, Malkin se retrouve souvent dans l’ombre de son célèbre coéquipier, mais il joue peut-être le meilleur hockey de sa carrière depuis quelques mois. «Je joue avec confiance présentement», a récemment déclaré l’attaquant russe de 31 ans. «On dirait que chacun de mes tirs atteint le fond du filet. C’est comme ça. J’essaie toujours de faire du mieux possible.»

L’entraîneur-chef des Jets, Paul Maurice, voit aussi la confiance émaner de Laine, même à l’entraînement. «Si vous approchez de la cinquantaine, ça doit être parce que vous avez confiance en votre jeu. Pour chacun de ces gars-là, la confiance est un élément clé. Patty envoie la rondelle exactement où il le veut sur chaque lancer présentement. Il se sent bien.»

***

LANCER AVEC FORCE... ET VITESSE

Alex Ovechkin a déjà inscrit son nom six fois sur le trophée Maurice--Richard, remis au meilleur buteur de la LNH depuis 1999. Pas étonnant si on considère qu’il a déjà neuf saisons d’au moins 40 buts derrière la cravate. Seuls Wayne Gretzky (13), Mario Lemieux (10) et Marcel Dionne (10) en comptent davantage que le dynamique attaquant des Capitals. «Je ne crois pas que les gens réalisent à quel point c’est difficile de marquer autant de buts», souligne l’attaquant des Maple Leafs Nazem Kadri. «En plus, ça n’a jamais l’air forçant dans son cas. Il a tout un lancer.»

Le jeune centre des Jets, Andrew Copp, croit que son coéquipier Patrik Laine pourrait devenir tout aussi redoutable qu’Ovechkin. Bien sûr, Laine n’est pas encore en mesure de marquer en effectuant des puissants tirs du centre de la glace, mais Copp lance à la blague que «ça pourrait venir un jour». En attendant, Laine, qui lutte pour l’obtention du trophée Maurice-Richard, semble développer les mêmes capacités que le vétéran des Capitals pour dégainer avec une redoutable efficacité. «Ovi a un percutant et rapide tir des poignets, mais c’est aussi incroyable de voir à quel point Patty [Laine] a parfois l’air de décocher des darts en direction du filet», indique le défenseur Ben Chiarot, des Jets. «Il n’a besoin que de donner un petit coup de poignet pour mettre la rondelle où il veut. Je crois qu’il a le lancer le plus dangereux de la Ligue.»