Patrick Reed n'a pas digéré la défaite américaine à la Coupe Ryder et les choix de son capitaine Jim Furyk.

Coupe Ryder: Reed s’en prend à Spieth et Furyk

LOS ANGELES — Patrick Reed a mis la défaite des États-Unis face à l’Europe dans la Coupe Ryder dimanche sur le compte des choix de son capitaine Jim Furyk et de la décision de Jordan Spieth de ne plus vouloir jouer avec lui.

Dans un article du New York Times paru lundi, le vainqueur du Tournoi des maîtres a décrit le processus de sélection des paires pour les matchs de vendredi et de samedi comme «un système de copinage» qui ne prenait pas en compte les retours des joueurs, à l’exception de Phil Mickelson et de Tiger Woods.

«Le problème, c’est que Jordan ne voulait pas jouer avec moi, je n’ai aucun problème avec lui. Le plus important, ce n’est pas d’aimer la personne avec qui vous jouez ou que cette personne vous aime, c’est le succès de l’équipe. Et lui et moi, on sait qu’on se rend meilleurs l’un l’autre, on sait comment gagner», a estimé le 15e joueur mondial.

Reed a été associé à Tiger Woods et a perdu ses deux matchs de doubles, tandis que Spieth a joué avec son grand ami Justin Thomas et ils ont fini les rencontres de doubles avec trois victoires et une défaite. Reed et Spieth avaient présenté un dossier de 4-1-2 lors des deux tournois de la Coupe Ryder précédents et n’avaient jamais eu d’autres partenaires de jeu.

Surnommé «Captain America» après avoir contribué à la victoire des États-Unis en 2016 à domicile (17-11), Reed n’a pas non plus digéré de ne disputer que trois matchs sur les trois jours de compétition, dont un simple remporté contre l’Anglais Tyrrell Hatton.

«Avec quelqu’un qui a autant gagné en Coupe Ryder que moi, je ne pense pas que ce soit une bonne idée de se passer moi pour deux matchs», a-t-il regretté, traitant le capitaine Jim Furyk d’idiot de l’avoir cloué au banc.

L’Europe a remporté la Coupe Ryder 17,5 à 10,5 en banlieue de Paris. L’Europe a gagné neuf des 12 derniers titres, et c’était la troisième fois au cours des cinq dernières compétitions que la marge victorieuse était de sept points ou plus.