Arrivant à Montréal en tant que 21e raquette mondiale, son meilleur classement en carrière, Auger-Aliassime a inscrit une troisième victoire en autant de sorties contre Pospisil, incluant un gain au premier tour à Wimbledon le mois dernier.

Coupe Rogers: Auger-Aliassime remporte un duel relevé contre Pospisil

MONTRÉAL — Félix Auger-Aliassime a admis avoir eu des moments de doute à sa première sortie en carrière en simple sur le court central du stade IGA.

Le natif de L'Ancienne-Lorette a toutefois relevé le défi et a finalement défait son compatriote Vasek Pospisil 6-2, 6-7 (3), 7-6 (3) en deux heures 33 minutes, dans un duel de premier tour à la Coupe Rogers.

Arrivant à Montréal en tant que 21e raquette mondiale, son meilleur classement en carrière, Auger-Aliassime ne croit pas avoir été affecté par la nervosité. Il a néanmoins admis en entrevue sur le terrain après la rencontre qu'il tremblait encore.

«Je mentirais si je disais que je n'ai pas eu de doutes ou peur de perdre, a admis Auger-Aliassime un peu plus tard, en conférence de presse. Un match comme celui-là ne se joue pas à grand-chose. Ça prend deux points mal joués au service, puis vous êtes victimes d'un bris, l'autre joueur sert bien, puis le match est terminé.

«Immédiatement après le match, j'étais très soulagé. Mais ça prend du temps pour chasser l'excitation et la nervosité.»

Pospisil, qui se retrouvait dans le chemin d'Auger-Aliassime pour une deuxième fois en autant de mois, a offert une belle opposition au favori local. Après une première manche difficile, Pospisil a donné la réplique à son rival au service, alors qu'aucun des deux joueurs n'a obtenu une balle de bris lors des deux dernières manches.

Les moments importants ont été nombreux. Auger-Aliassime s'est notamment retrouvé en déficit 0-30 alors qu'il était au service à 4-4 en manche ultime. Il a toutefois gagné les quatre points suivants.

«Si j'avais perdu les deux points suivants, probablement que le match était fini, a reconnu Auger-Aliassime. Que pouvez-vous faire dans cette situation sauf tout donner? Je voulais réussir un bon premier service. Jouer pour gagner. C'est ce que j'ai réussi à faire.»

Auger-Aliassime, qui célébrera son 19e anniversaire de naissance jeudi, avait raté l'édition 2017 de la Coupe Rogers en raison d'une blessure. L'an dernier à Toronto, il a atteint le deuxième tour avant de s'incliner face au Russe Daniil Medvedev.

Il avait vaincu Pospisil lors de chacune de leurs confrontations précédentes, incluant un gain au premier tour à Wimbledon le mois dernier. Pospisil effectuait alors un retour au jeu sur le circuit de l'ATP après avoir subi une opération au dos l'automne dernier.

Pospisil tendu

Les deux avaient fait équipe lundi, s'inclinant en deux manches en double. C'était alors une occasion pour Auger-Aliassime de briser la glace sur le court central du stade IGA.

Étrangement, c'est Pospisil, demi-finaliste à Montréal en 2013, qui a paru tendu en début de rencontre mardi. Auger-Aliassime a gagné 10 des 11 premiers points, prenant vite les commandes de la rencontre 2-0.

«La première manche a été un mélange du fait qu'il a très bien commencé le match et que j'étais un peu tendu, surtout avec mon revers», a noté Pospisil, qui a été ennuyé par un problème à un poignet au cours des dernières semaines.

Pospisil a été affecté par des crampes en troisième manche. Une double dose d'un produit pour l'aider à combattre les crampes lui a ensuite donné des maux d'estomac.

«Je sentais que [les crampes] s'en venaient en milieu de troisième manche, a raconté Pospisil, encore épuisé environ une heure après la rencontre. J'ai pris une première dose quand c'était 2-2, je crois. J'ai quand même commencé à avoir des crampes et j'ai pris une deuxième dose. J'avais ensuite l'impression que j'allais vomir.»

Auger-Aliassime a finalement obtenu trois balles de match quand Pospisil a vu un retour toucher le filet avant d'aboutir à l'extérieur des limites de jeu. Il a conclu dès sa première occasion, quand il a vu son rival y aller d'un coup un peu trop long. Auger-Aliassime a levé les bras au ciel et s'est couvert le visage avec les mains, visiblement soulagé du résultat.

«Je ne voulais pas trop célébrer. [Pospisil] est un bon ami, a raconté Auger-Aliassime. Dans le moment, les mots ne viennent pas toujours, mais je lui ai dit au filet que c'était un très bon match et je lui ai souhaité bonne chance pour la suite.»

Au prochain tour, Auger-Aliassime retrouvera un autre de ses compatriotes, l'Ontarien et 17e tête de série Milos Raonic. Ce dernier a gagné leur seul duel précédent 6-4, 6-4, à Indian Wells en 2018.

Dans les autres rencontres de premier tour en après-midi, notons que les victoires de l'Américain John Isner, 12e tête de série, et du Croate Marin Cilic, 14e. Isner a défait l'Australien Jordan Thompson 3-6, 6-3, 7-6 (6), tandis que Cilic a vaincu l'Américain issu des qualifications Bradley Klahn 6-3, 7-6 (7).

Une première tête de série a été éliminée, alors que le Belge David Goffin, 15e, a été battu 6-4, 7-6 (4) par l'Argentin Guido Pella.

***

Reconnu pour son jeu imprévisible et sa personnalité particulière, Nick Kyrgios a été victime de 15 as de la part de Kyle Edmund.

KYRGIOS NE FAIT QUE PASSER À MONTRÉAL

Deux jours après avoir été couronné à Washington, l'Australien Nick Kyrgios est passé en coup de vent à Montréal puisqu'il s'est incliné 6-3, 6-4 face au Britannique Kyle Edmund dès le premier tour de la Coupe Rogers.

Reconnu pour son jeu imprévisible et sa personnalité particulière, Kyrgios a été victime de 15 as de la part d'Edmund. De son côté, Kyrgios, 27e au classement mondial, en a réussi neuf.

Edmund a admis lors de l'entrevue sur le terrain après la rencontre qu'il s'était préparé à tout. Kyrgios n'a jamais employé son service à la cuillère, mais a tout de même demandé l'avis d'un partisan à un certain moment afin de savoir s'il devait contester ou non une décision d'un juge de ligne.

Kyrgios avait affirmé après sa victoire à Washington qu'il venait de vivre l'une de ses meilleures semaines en carrière. Il est arrivé à Montréal lundi et a admis qu'il était un peu fatigué.

«(Les circonstances) n'étaient pas faciles. J'avais hâte de jouer ici, mais j'ai été battu par un meilleur joueur aujourd'hui, a dit Kyrgios. (Edmund) est aussi parti de Washington il y a quelques jours seulement. Ce n'était pas facile pour lui non plus, mais il a été meilleur que moi.

«Il a bien servi. Il ne m'a jamais permis de prendre mon erre d'aller. Il a bien utilisé son coup droit.»

La rencontre a été interrompue pendant environ 90 minutes en raison de la pluie alors qu'Edmund menait 6-3, 4-4. Le Britannique classé 33e n'a eu besoin que de six minutes pour achever son rival lors de la reprise des activités. Le match a officiellement duré 67 minutes.

Au deuxième tour, Edmund sera opposé au Russe Daniil Medvedev, huitième tête de série.

En fin de soirée mardi sur le court central, l'Allemand Alexander Zverev, champion à Montréal en 2017 et troisième tête de série cette semaine, a vaincu le Britannique Cameron Norrie 7-6 (4), 6-4. De son côté, le Géorgien Nikoloz Basilashvili, 13e tête de série, a défait l'Allemand Jan-Lennard Struff 2-6, 6-2, 6-3.

Zverev et Basilashvili s'affronteront au prochain tour.

En début de soirée, le Croate Borna Coric, 11e tête de série, était venu à bout de l'Allemand Peter Gojowczyk 2-6, 6-1, 7-6 (2).

Du côté du double, l'Ontarien Denis Shapovalov et l'Indien Rohan Bopanna ont défait les Français Nicolas Mahut et Édouard Roger-Vasselin, quatrièmes têtes de série, 4-6, 6-1 et 10-6 au super bris d'égalité. Les Ontariens Brayden Schnur et Peter Polansky ont aussi franchi le premier tour, battant le Néo-Zélandais Marcus Daniell et le Serbe Laslo Djere 6-4, 7-6 (3).