Coupe du monde de nage synchronisée: la Chine domine encore

Après avoir régné sur l'épreuve de duo technique la veille, la Chine a de nouveau fait état de sa domination dans la piscine du PEPS, lors de l'épreuve technique par équipe de la Coupe du monde de nage synchronisée de la FINA, vendredi. La jeune équipe canadienne a terminé au quatrième rang.
Indélogeables de la première place, les Chinoises ont offert une autre performance sans bavure, qui leur a mérité une note de 92,7655 lors de l'épreuve technique par équipe, qui consiste en la performance de huit nageuses devant enchaîner sept éléments obligatoires, dont cinq doivent être réalisés dans un certain ordre. Elles ont été suivies des Ukrainiennes (90,0906), des Japonaises (90,0755) et des Canadiennes (87,7106).
La formation nationale, dirigée par Meng Chen et Anastasia Goutseva, a pour sa part livré une routine d'inspiration militaire, qui s'est attirée la faveur de la foule, mais qui n'a pas été en mesure de rivaliser avec les prestations plus relevées des trois premières positions.
«Je pense que la préparation pour la routine technique était vraiment forte, donc on est vraiment contentes de ce qu'on a été capables de faire aujourd'hui [vendredi]. En plus, la foule a apprécié, alors ça nous a vraiment rendues heureuses», a fait savoir Karine Thomas.
À ce stade de leur préparation, les nageuses canadiennes se réjouissaient de leur résultat et considèrent que leur routine peut encore s'améliorer.
«La première fois qu'on l'a faite, ç'a été à Barcelone. Après ça, cette année, on l'a faite au Japon, en Espagne, en France. Mais depuis le début, cette routine-là a vraiment progressé. On l'a changée. Là, elle est rendue encore plus vite, plus dure. [...] On pourrait encore ajouter de la rapidité. Ça rehausse beaucoup le niveau. Mais on peut surtout encore améliorer l'exécution. Ça demande juste beaucoup de travail», a pour sa part indiqué la capitaine Marie-Lou Morin.
À deux ans des Jeux olympiques de Rio, la formation canadienne, qui a complètement changé de visage après les Jeux de Londres, s'estime en bonne position. «Ça donne une bonne idée d'où nous sommes. Nous, en ce moment, on est une équipe qui continue de s'améliorer. On n'est pas une équipe qui est restée pareille après les Jeux  de Londres. On est une jeune équipe et on s'améliore exponentiellement. C'est sûr qu'on peut juste continuer de s'améliorer», a martelé Thomas.
Nouvelle discipline
En fin d'après-midi, il y avait eu peu de suspense aux qualifications à l'épreuve par équipe acrobatique. Seulement trois nations, soit le Canada, l'Ukraine et le Mexique, ont proposé des routines pour cette nouvelle épreuve sur le circuit de la FINA, où de 8 à 10 nageuses doivent exécuter un minimum de quatre poussées acrobatiques.
L'Ukraine a le mieux figuré, avec une récolte de 91,8667 points, suivie au deuxième rang du Canada (89,1000) et au troisième rang du Mexique (85,2667). La finale de cette épreuve se tiendra à 12h30, demain.
«Dans l'eau, on s'est super bien senties. C'était le premier élément. On a cassé la glace. Je pense qu'on a bien passé. C'est une épreuve qui est cool, qui démontre vraiment notre force, qui est les poussées acrobatiques. C'est quelque chose de nouveau qui brise la routine», a estimé Morin.