Patrick Reed (à gauche) et Tiger Woods, capitaine-participant, font partie de l’équipe américaine qui défendra les couleurs des États-Unis à la Coupe des Présidents.
Patrick Reed (à gauche) et Tiger Woods, capitaine-participant, font partie de l’équipe américaine qui défendra les couleurs des États-Unis à la Coupe des Présidents.

Coupe des Présidents: Patrick Reed attire encore l’attention

MELBOURNE — Comme si ce n’était pas suffisant d’être le premier capitaine-participant à disputer la Coupe des Présidents en 25 ans, Tiger Woods a joué un autre rôle mardi au club de golf Royal Melbourne.

Et il l’a fait bien malgré lui.

Woods faisait partie d’un groupe avec Patrick Reed pour la première ronde complète d’entraînement de l’équipe américaine, qui espérait ainsi atténuer les effets du décalage horaire à la suite d’un pénible vol de 23 heures en provenance des Bahamas.

«C’est toujours bien de jouer avec Tiger, parce qu’il vous permet de disparaître, a dit Reed. Tout le monde regarde ce que fait Tiger.»

Woods a reçu une bonne dose d’amour des amateurs de golf australiens, puisque plusieurs d’entre eux craignaient qu’il ne fasse pas le voyage après que sa carrière ait été menacée par quatre interventions chirurgicales au dos. Woods a remporté le Masters d’Australie à Kingston Heath en 2009 et réussi le coup roulé victorieux en 2011, lors de la dernière présentation de la Coupe des Présidents au Royal Melbourne.

Mais Reed n’est pas passé inaperçu.

Il s’est retrouvé au cœur des discussions à l’occasion de la première séance médiatique de l’événement, mardi, à cause des fautes qu’il a commises lors du Défi mondial Hero la semaine dernière.

Il a retiré du sable à deux reprises derrière sa balle, alors qu’elle se trouvait dans un obstacle en plein milieu du terrain. Après une reprise vidéo, Reed a écopé deux coups de pénalité. Il a assuré ne pas l’avoir fait de manière intentionnelle, et ne pas en avoir tiré un avantage; il n’a pas vu la tête de son bâton toucher au sable; et l’angle de caméra n’a pu capter l’écart entre la tête de son bâton et la balle.

Les amateurs de golf n’ont toutefois pas attendu jusqu’au début officiel de la compétition jeudi pour le narguer.

Reed faisait partie d’un quatuor avec Woods, Justin Thomas et Patrick Cantlay. Tandis qu’il se préparait à effectuer son coup de départ, un amateur présent dans les gradins a crié : ‘Sur le tertre de départ, l’Excavateur’.

Reed s’est retourné vers lui et l’a salué avec sa casquette, avant de cogner son coup de fer au centre de l’allée.

Onze des 15 golfeurs et capitaines qui ont participé aux rencontres médiatiques mardi ont dû s’exprimer sur l’incident impliquant Reed. Dont Reed lui-même, qui a notamment dû répondre à cette question-ci : «Vous n’avez pas triché?»

«Non, bien sûr que non», a-t-il répondu.

Bref, Reed a très hâte que la Coupe des Présidents se mette en branle. Et il y a fort à parier que c’est aussi le cas pour ses coéquipiers.