Le directeur du tournoi, Jacques Hérisset, et le vice-président de Tennis Canada, Eugène Lapierre

Coupe Banque Nationale: de calibre et d’équilibre

Pas de gros nom pour faire accourir les foules, pas encore. La Coupe Banque Nationale de tennis de Québec a dévoilé le haut de son tableau en vue du tournoi de septembre. On y retrouve un peloton relevé et équilibré mené par la Russe Anastasia Pavlyuchenkova, 28e joueuse mondiale.

Pas de sœur Williams ou de Victoria Azarenka, qui aurait tant voulu jouer à Québec l’an dernier, mais en vain. Toujours pas non plus d’Eugenie Bouchard qui, si elle décide de participer, devra profiter d’un laissez-passer dans le tableau principal offert à la discrétion des organisateurs.

«Eugenie est en réflexion. La bonne nouvelle dans son cas, c’est qu’elle a tendance à choisir des tournois comme le nôtre pour aller chercher des points et remonter dans le classement», explique le directeur du tournoi, Jacques Hérisset, à propos de la meilleure raquette féminine canadienne et 123e mondiale. Bouchard a joué le tournoi de Québec à quatre reprises, sa cinquième participation prévue l’an passé étant annulée à cause d’un virus.

À cinq semaines de l’ouverture du tournoi, présenté du 8 au 16 septembre au PEPS de l’Université Laval, Hérisset se réjouit quand même à la vue de la version préliminaire du tableau principal. Pavlyuchenkova, 27 ans, a remporté en mai son 12e titre WTA, à Strasbourg.

La Russe Anastasia Pavlyuchenkova, 28e joueuse mondiale

Mais la deuxième favorite à Québec, aussi 36e au monde, semble retenir autant, sinon plus d’attention. «Aryna Sabalenka, 20 ans seulement, est une joueuse que les gens devraient venir voir. Elle me fait penser à Maria Sharapova quand elle est venue [en 2003, à 16 ans]. Elle était à peu près classée au même niveau, autour de 40e. C’est peut-être une joueuse que si on ne vient pas la voir là, on ne la reverra plus [à Québec] parce qu’on lui prédit le top 10 mondial d’ici la fin de l’année», avance Hérisset, à propos de Sabalenka.

Sur les 21 joueuses annoncées mercredi — le tableau compte 32 entrées —, les quatre premières appartiennent en ce moment au groupe des 50 meilleures raquettes féminines sur la planète selon la WTA. Et pas moins de 16, une première depuis 2010, se classent dans le top 100 mondial. Du lot, on compte cinq Russes, sept ressortissantes de l’Europe de l’Est et cinq Américaines.

Choc des générations

Le vice-président de Tennis Canada, Eugène Lapierre, prévoit pour sa part un choc des générations. D’un côté, les joueuses d’expérience trentenaires qui défendent leur territoire, telles la championne de 2013 Lucie Safarova (5e favorite à Québec/59e mondiale), Monica Niculescu (6/60), Pauline Parmentier (10/71) et la jeune maman Tatjana Maria (14/82). Elles tenteront de refouler la vague des vedettes montantes des courts que sont les Sabalenka, Sofia Kenin (9/68) et autres Olga Danilovic (21/112), âgées respectivement de 19 et de 17 ans.

Sans oublier la championne olympique de 2016 Monica Puig (8/66), toujours dangereuse.

Hormis Bouchard, les intérêts locaux devraient être bien représentés, même si aucune Canadienne n’a pu percer le tableau principal grâce à son classement actuel.

Deux ou peut-être même trois laissez-passer et deux journées de qualifications devraient permettre aux Carol Zhao (138), Bianca Andreescu (181), Françoise Abanda (193), Katherine Sebov (286) et la revenante Rebecca Marino (310) de se faire valoir à domicile.

Quant à la championne de 2017, Alison Van Uytvanck (40) ne sera pas de retour pour défendre son titre.

***

Les 10 favorites (classement WTA cette semaine)

  1. Anastasia Pavlyuchenkova, Russie  28e au monde
  2. Aryna Sabalenka, Biélorussie  36
  3. Danielle Collins, États-Unis  42
  4. Petra Martic, Croatie  50
  5. Lucie Safarova, République tchèque  59
  6. Monica Niculescu, Roumanie  60
  7. Margarita Gasparyan, Russie  62
  8. Monica Puig, Porto Rico  66
  9. Sofia Kenin, États-Unis  68
  10. Pauline Parmentier, France  71

+

Les commentaires d'Eugène Lapierre

+

Les commentaires de Jacques Hérisset