Marc-André Barriault (à gauche) a eu besoin d’un seul round pour vaincre Adam Hunter.

Coup double pour Barriault et Masson-Wong

Marc-André Barriault a soulevé une épaule et regardé la caméra dans un geste qui voulait dire «Y'a rien là» à 4:25 du premier round. L’arbitre venait d’arrêter le combat après qu’il ait matraqué le visage de son adversaire Adam Hunter qu’il retenait au sol.

«Adam m’a sorti de ma zone de confort en partant. Il m’a bûché solide mais je suis resté composé», a déclaré Barriault dans l’octogone après le combat. «C’est lui qui m’a frappé le plus solide parmi mes adversaires, mais j’aime ça», a-t-il poursuivi en lançant un message à l’Ultimate Fighting Championship (UFC), affirmant qu’il était prêt à passer au niveau supérieur.

Hunter avait provoqué une coupure au visage de Barriault tôt au premier round avec une combinaison de coups de poing, mais le combattant de Québec a réussi à le projeter au sol à deux reprises et à prendre le dessus.

Déjà champion chez les 185 livres, Barriault a aussi, par cette victoire, ajouté la ceinture des 205 livres à son palmarès.

Masson-Wong gagne

Plus tôt en soirée, la fiancée de Barriault, Jade Masson-Wong, a vaincu la Montréalaise Corinne Laframboise après être passée à travers un premier round difficile et espérait bien sûr que son conjoint l’emporte aussi pour rentrer à la maison avec une double victoire comme ce printemps.

«Je n’ai pas utilisé mes pieds, c’était ça la stratégie», a commenté Masson-Wong, qui est pourtant une adepte du kickboxing, après le combat. Contre une adversaire spécialiste du jiu-jitsu brésilien, la résidente de Québec voulait éviter de se faire agripper une jambe et d’être projetée au sol.

«Je me suis dit: je vais la boxer, c’est comme ça que je vais l’avoir», a-t-elle commenté. La tactique a porté fruit et Masson-Wong a distribué plusieurs bon coups après un premier round où Laframboise avait réussi à l’immobiliser au sol.

À son deuxième combat professionnel, la gagnante a aussi indiqué qu’elle avait appris à mieux gérer son énergie. «J’ai essayé de ne pas m’emporter en début de combat comme je l’avais fait ce printemps.»

Elle a aussi avoué qu’elle n’était pas certaine d’avoir gagné au moment de l’annonce la décision des juges, qui était unanime. «Je ne suis jamais confiante de l’emporter, je ne pense jamais en avoir fait assez. Par contre, je m’attendais à ce qu’elle soit plus forte au corps à corps, qu’elle mette plus de pression.»

Gane écrase Dyczka

Juste avant le combat de Barriault, le Français Ciryl Gane a défendu avec succès sa ceinture des poids lourds en démolissant littéralement le Granbyen Adam Dyczka à coups de pied, de genou et de poing. 

Dès le premier round, le spécialiste de la boxe thaïlandaise a fait passer un mauvais quart d’heure à son adversaire, le rouant de coups alors qu’il avait peine à répliquer. Une véritable boucherie à laquelle l’arbitre a mis fin au deuxième round et dont Dyczka est sorti le visage ensanglanté.

«Il m’a offert un très bon combat, il m’a touché plusieurs fois. Je le félicite», a déclaré avec respect le champion, qui est surnommé «Bon Gamin» après le combat.

Autres combats

L’Ontarien Jesse Ronson, champion des poids légers, est pour sa part devenu le premier combattant depuis Steve Vigneault à cumuler des titres dans deux catégories de poids différentes. Il a décroché la ceinture des mi-moyens en battant Michaël Dufort dans un combat sanglant sur décision partagée des juges. L’Américain Jesse Arnett a remporté la ceinture des poids coqs en infligeant un premier revers à l’Albertain Nate Maness par arrêt de l’arbitre au deuxième round. Un solide coup de pied au visage a sonné les cloches de Maness et mis fin aux hostilités.

Du côté de la catégorie catchweight, Jérémie Capony, de Saint-Hubert, est revenu de l’arrière après un premier round difficile pour l’emporter sur le Hongrois Robert Seres par décision unanime des juges.

Chez les mi-moyens, le Français Damien Lapilus a infligé un premier revers à Julien Leblanc, de Gatineau, par décision unanime des juges, un combat qui s’est déroulé essentiellement au sol et que l’expert du jiu-jitsu brésilien a largement dominé.

Deux des trois combattants de Québec qui prenaient part aux combats préliminaires ont remporté leur duel. Pierre-Olivier Bouffard a battu l’Ontarien Dorian Angerbauer par décision unanime des juges alors que Danny Malette l’a emporté par K.-O. technique sur le Gatinois Guillaume Poulin. Alexandre Murat n’a pas eu la même chance, subissant un K.-O. à ses débuts professionnels suite à un solide coup de pied de son adversaire Cédric Mongeon.