Le dernier triomphe de Tiger Woods à Augusta remonte à 2005 et il n’a pas gagné un seul titre majeur depuis 2008. Il a depuis été opéré cinq fois — quatre fois au dos et l’autre fois au genou gauche.

Congestion au sommet du Tournoi des maîtres

AUGUSTA, Ga. — Tiger Woods a rendu la plus importante congestion de l’histoire du Tournoi des Maîtres encore plus intéressante, malgré la pluie, vendredi.

Plusieurs des meilleurs golfeurs au monde se sont donné rendez-vous en tête du tableau des meneurs à l’Augusta National, alors que Francesco Molinari, Jason Day, Brooks Koepka, Adam Scott et Louis Oosthuizen composent la première quintuple égalité de l’histoire du Tournoi des Maîtres après 36 trous.

Ils ont tous déjà gagné un tournoi majeur et trois d’entre eux ont déjà été no 1 au monde.

Et un coup derrière, on retrouve Woods, qui a calé deux roulés de 30 pieds pour des oiselets consécutifs sur le neuf de retour lors d’une ronde de 68 (moins-4).

Woods partage le sixième rang avec Dustin Johnson, un autre ancien no 1 mondial et détenteur d’un titre majeur, Xander Schauffele et Justin Harding.

De plus, Phil Mickelson et Justin Thomas sont aussi à distance de frappe.

«C’est vraiment congestionné, a affirmé Scott. Ce sera certainement un week-end phénoménal, peu importe le résultat final.»

Le dernier triomphe de Woods à Augusta remonte à 2005 et il n’a pas gagné un seul titre majeur depuis 2008. Il a depuis été opéré cinq fois — quatre fois au dos et l’autre fois au genou gauche.

Il croit toutefois être proche de l’emporter.

«Lors des trois derniers majeurs, j’étais tout près», a rappelé Woods.

Il a brièvement mené lors de la ronde finale de l’Omnium britannique. Il a pourchassé Koepka jusqu’à la ligne d’arrivée au Championnat de la PGA. Cette fois, il accuse un seul coup de retard à la mi-tournoi, soit sa meilleure position avant les deux dernières rondes d’un tournoi majeur depuis l’Omnium britannique en 2013.

Toutefois, le quintette devant lui est plutôt impressionnant.

Molinari, champion de l’Omnium britannique l’été dernier, a remis une carte de 67 pour être le premier à s’installer à moins-7, vendredi. Day a suivi, malgré de la douleur persistante au bas du dos, et a aussi joué une ronde de 67 pour rejoindre l’Italien.

En dents de scie

Koepka, vainqueur de l’Omnium des États-Unis et du Championnat de la PGA l’an dernier, a connu une journée en dents de scie. Il s’est vite retrouvé seul en tête grâce à un oiselet, mais a ensuite commis un double boguey au deuxième trou, une normale-5, après avoir atteint un arbre pour voir sa balle aboutir dans l’eau. Il a commis deux autres bogueys avant le septième trou, mais s’est ensuite repris pour finalement boucler sa ronde en 71 coups.

«Vous allez connaître des moments difficiles lors d’un tournoi majeur, a dit Koepka. J’ai frappé un mauvais coup. Il faut tourner la page. Il reste beaucoup de trous à jouer et vous pouvez toujours vous reprendre. Heureusement, ce n’était pas dans une situation où vous êtes au 18e trou et vous avez besoin d’une normale pour gagner. Il faut se battre jusqu’à la fin et je verrai où j’en serai après la troisième ronde.»

Scott a été le seul joueur à atteindre moins-8 grâce à un aigle au 15e trou. Il a toutefois raté un roulé de trois pieds pour une normale au 16e. Vainqueur à Augusta en 2013, Scott a inscrit un pointage de 68.

Sans victoire lors des trois dernières années, Scott était dans le coup au Championnat de la PGA jusqu’à ce que Koepka se détache et il s’était contenté du troisième rang.

«[Samedi] sera une journée très importante parce qu’il y aura au moins quelques golfeurs dans le top-15 qui connaîtront de bonnes rondes, a mentionné Scott. Ce sont les meilleurs joueurs au monde sur le parcours le plus prestigieux au monde. Nous voulons tous l’emporter à tout prix.»

Corey Conners, de Listowel, en Ontario, a inscrit un pointage de 71 et se retrouve à égalité au 16e rang à moins-3. Mike Weir, de Brights Grove, en Ontario, a joué 76 et ne s’est pas qualifié pour les rondes du week-end.