Megan Rapinoe (au centre) et les autres membres de l’équipe ont célébré leur triomphe mercredi à New York.

Confettis pour l’équipe américaine de soccer à New York

NEW YORK — Des dizaines de milliers de personnes ont célébré mercredi à New York, sous une pluie de confettis, l’équipe nationale féminine américaine de soccer, tout juste auréolée de son quatrième titre mondial.

Debout sur plusieurs remorques, les championnes du monde ont fendu la foule au son des fanfares et d’une escouade de motardes qui leur ont ouvert la route le long de Broadway, où chefs d’État, militaires et sportifs défilent depuis plus de 130 ans.

Parties de l’extrême sud de Manhattan, elles ont salué leurs fans — parmi lesquels de nombreuses jeunes filles portant le maillot blanc des Stars and Stripes — le long d’un parcours d’environ un kilomètre jusqu’à l’hôtel de ville, où le maire Bill de Blasio leur a remis les clés de la ville.

«J’adore leur personnalité et l’impression qu’elles dégagent ensemble sur le terrain», s’est enthousiasmée Gracie Taylor, une petite fille venue avec son père.

Très détendues, proches du public, beaucoup des joueuses avaient signé maillots ou coques de portables avant le départ du cortège, dans une ambiance bon enfant.

«Pour ces filles, avoir un modèle, voir ces joueuses à la télé faire de grandes choses ou être ici, c’est énorme», a dit Scott Neverett, ancien joueur de soccer à l’université, venu avec sa fille Olivia, âgée de 10 ans.

Bien que ne disposant pas d’un championnat national majeur ou d’infrastructures équivalentes à ce que proposent les grands clubs féminins européens, les Américaines continuent de régner sur le soccer mondial.

«C’est dû à un certain niveau de détermination», estime Bianca Scherr, passionnée de soccer. «Il y a cette suffisance américaine qui veut que si on se met à quelque chose, on va être les meilleurs», glisse-t-elle dans un sourire.