Le demi défensif Gabriel Ouellet du Rouge et Or est un des deux joueurs qui ont préoccupé Mickey Donovan; l'entraîneur-­chef de Concordia dénoncent les solides plaqués administrés par Ouellet et son coéquipier, le maraudeur Kevin McGee, dimanche lors du match.

Concordia réclame une réunion d'urgence

Outre le pointage plus serré qu'attendu, deux plaqués du Rouge et Or ont retenu l'attention dans leur match de dimanche. L'entraîneur-­chef de Concordia réclame maintenant une réunion d'urgence afin de revoir «les règles sur les plaqués à la tête».
Le demi défensif Gabriel Ouellet et le maraudeur Kevin McGee, tous deux de l'Université Laval, ont réalisé ce que les Stingers dénoncent comme des plaqués à la tête. Le premier aux dépens du quart-arrière Trenton Miller, verdict pas si évident même à la reprise, et le second contre le receveur James Tyrrell, où le casque à casque semble plus clair. Aucun des deux jeux n'a été pénalisé par les officiels.
Concordia pourrait demander une révision vidéo pour que de possibles suspensions soient appliquées selon le jugement des dirigeants du Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ), fédération qui chapeaute le circuit de football universitaire québécois.
Au lieu de quoi, «plutôt que de demander une révision [...], l'entraîneur-chef Mickey Donovan demande que le RSEQ tienne une réunion d'urgence immédiate avec les officiels et les entraîneurs des universités», a indiqué l'institution anglophone montréalaise, lundi soir, dans une courte communication publique.
«Donovan et Concordia sentent que, collectivement, nous devons faire un meilleur travail pour assurer la sécurité de nos étudiants-athlètes. Il est primordial que nous examinions conjointement les règles sur les plaqués à la tête et formulions une meilleure stratégie pour protéger nos joueurs de football pour le reste de la saison et tout au long de leur carrière universitaire.»
Après être sorti du terrain ébranlé et avoir été examiné pour les symptômes de commotion cérébrale, le quart Miller est revenu au jeu pour une série à l'attaque, avant d'être retiré à nouveau et de façon définitive par ses entraîneurs. 
«Peut-être qu'il aurait pu continuer à jouer, mais je ne mettrai jamais la vie de l'un de mes jeunes en jeu pour gagner un match. [...] Trenton avait le feu vert médical, mais je ne suis pas sûr qu'il était revenu à 100 %», a d'ailleurs expliqué Donovan, après la rencontre.
Chose sûre, ces deux jeux ont eu un impact majeur sur le résultat final. Sans leur pivot partant, les Stingers ont peiné davantage en attaque jusqu'à la dernière série offensive, le remplaçant Adam Vance étant entre autres intercepté deux fois.
«On ne veut jamais blesser personne»
Au terme de la rencontre, Ouellet a tenu ces propos à la caméra de TVA Sports : «Quand tu as une occasion de prendre un bon plaqué sur un quart-arrière excellent comme lui, tu le fais. C'est sûr que c'est à la tête, on ne veut jamais blesser personne.» Mais parlait-il du coup ou de ses conséquences?
Quant à Tyrrell, il a été stoppé net à 10 verges des buts sur l'avant-dernier jeu du match. Une pénalité aurait rapproché Concordia pour son ultime tentative, qui a plutôt été une passe ratée vers la zone des buts.
McGee a affirmé après le match que Tyrrell avait échappé momentanément le ballon en tombant, avant de le reprendre aussitôt. Les officiels ont maintenu leur décision d'attrapé réussi.
Rappelons un cas apparenté de 2012. Antoine Vaillancourt, du Vert & Or de Sherbrooke, avait fait perdre connaissance au retourneur du Rouge et Or, Guillaume Rioux, à l'aide d'un violent plaqué. Là encore, les officiels sur le terrain n'avaient pas cru bon punir, mais les propos subséquents de Vaillancourt avouant «viser le menton» lui avait valu une partie de suspension sans que l'équipe de l'UL n'ait eu besoin de porter plainte.