Le quart Tom Savage, des Texans de Houston, s’est vu accorder le droit de retourner sur le terrain après un plaqué qui l’a laissé au sol, les bras tremblants, contre les 49ers de San Francisco.

Commotions cérébrales : la NFL modifie son protocole

HOUSTON — La Ligue nationale de football et l’Association des joueurs ont dévoilé vendredi une série de changements à la gestion du protocole lié aux commotions cérébrales.

L’annonce fait suite à un troublant incident lors duquel le quart Tom Savage, des Texans de Houston, s’est vu accorder le droit de retourner sur le terrain après un plaqué qui l’a laissé au sol, les bras tremblants.

Ainsi, les deux parties ont convenu d’ajouter un expert, qui regardera les matchs d’un site central et qui aura le pouvoir d’aviser les équipes médicales en fonction sur les lignes de côté pour évaluer un incident. Et si un joueur semble avoir subi un accident vasculaire cérébral ou un malaise du genre, comme ce fut le cas avec Savage, il sera sorti de la rencontre et ne pourra y retourner.

Au cours des dernières années, la NFL a fait l’objet de surveillance étroite au sujet de la sécurité des joueurs et des blessures à la tête. Une entente évaluée à 1 milliard $, entrée en force plus tôt cette année, a permis à la ligue de résoudre des milliers de poursuites judiciaires alors qu’elle était accusée de connaître les risques liés aux commotions cérébrales à répétition.

Retour «inacceptable»

Le violent incident impliquant Savage a mené à une révision conjointe du protocole lié aux commotions cérébrales par la NFL et l’Association des joueurs. Le meneur de jeu des Texans a été blessé au deuxième quart du match du 10 décembre contre les 49ers de San Francisco, après avoir été projeté au sol par Elvis Dumervil. Les reprises ont montré Savage visiblement sonné après que sa tête eut donné contre le sol. Ses deux bras étaient levés vers le ciel et tremblaient.

Il a été conduit vers la tente médicale, où il est demeuré pendant moins de trois minutes avant de retourner au banc des joueurs. Lors de la série offensive suivante des Texans, il était à son poste. Lors de cette série à l’attaque, Savage a lancé deux passes incomplètes, et le médecin des Texans s’est approché de lui après qu’il eut pris place sur les lignes de côté. Il a subi d’autres tests et a été transporté en direction du vestiaire, où les membres de l’équipe médicale ont déterminé qu’il avait souffert d’une commotion cérébrale.

La NFL a annoncé que les Texans ne seront pas mis à l’amende à la suite de cet incident. La révision a conclu que le personnel médical avait suivi le protocole, mais que le retour de Savage dans le match était «inacceptable».

Selon la révision, le personnel médical a vu la reprise vidéo montrant Savage les deux bras en l’air, une position qui est souvent un indice de commotion cérébrale, seulement après avoir effectué leur évaluation initiale. Le personnel médical a décelé plus tard des symptômes qui n’étaient pas présents lors de la première évaluation.

«Je pense que nous avons géré la situation comme elle aurait dû être gérée, a déclaré l’entraîneur-chef des Texans, Bill O’Brien. Au nom de tout le monde chez les Texans, nous tentons toujours de faire ce qu’il y a de mieux pour le joueur et en tenant compte des règlements. C’est ce que nous tentons de faire.»

Plus tôt en décembre, les Seahawks de Seattle se sont vu imposer une amende de 100 000 $ pour ne pas avoir respecté le protocole avec le quart Russell Wilson lors d’un match disputé en novembre. C’était la première fois qu’une formation de la NFL était mise à l’amende en lien avec le protocole.

***

EN BREF

L'état-major des Jets restera en poste

Les Jets de New York ont prolongé les contrats de leur directeur général, Mike Maccagnan, et de leur entraîneur-chef, Todd Bowles. L’équipe en a fait l’annonce vendredi, deux jours avant que les Jets ne complètent leur saison en Nouvelle-Angleterre et même si avec leur fiche de 5-10, le club ratera les éliminatoires pour une septième année d’affilée et une troisième sous Maccagnan et Bowles. Les Jets n’ont pas divulgué les termes des deux contrats. Maccagnan et Bowles ont tous deux été embauché en 2015. Dans un communiqué émis par l’équipe, le propriétaire et chef de la direction, Christopher Johnson, a dit croire que les Jets s’en vont dans la bonne direction sous la gouverne des deux hommes. Maccagnan a supervisé un important changement d’effectif l’été dernier, se débarrassant de plusieurs gros noms, mais surtout de gros salaires, qu’il a remplacés par de jeunes talents. Bowles a quant à lui été en mesure d’apporter un changement de culture au sein de sa formation. Les Jets ont été dans le coup dans la plupart de leurs rencontres cette saison.

-----

Les souliers à crampons aux couleurs de Noël de Alvin Kamara des Saints lui auront valu une amende de 6079 $US. — photo AP, Bill Feig

Kamara mis à l’amende pour ses crampons à Noël

Le demi à l’attaque recrue des Saints de La Nouvelle-Orléans Alvin Kamara a écopé d’une amende de 6079 $ US de la part de la NFL pour avoir porté des souliers à crampons non conformes pendant la victoire des siens aux dépens des Falcons d’Atlanta, dimanche. Kamara, qui a récolté 90 verges dans ses souliers rouges et blancs aux couleurs de Noël, a déclaré en riant que cette amende faisait passer la NFL pour le Grincheux de Noël. Il espère maintenant vendre ses souliers aux enchères afin de pouvoir acheter des chaussures de sports pour des enfants défavorisés. Plusieurs joueurs ont porté des crampons aux couleurs de Noël pendant les périodes d’échauffement le week-end dernier, mais la plupart d’entre eux ont ensuite porté des chaussures «réglementaires» pour leurs rencontres. Les chaussures de Kamara étaient dotées d’une bordure blanche ressemblant à celle sur le costume du père Noël, ainsi que des clochettes. Il a retiré les clochettes pour le match, mais n’a pas changé ses chaussures, bien que les officiels lui aient fait remarquer qu’elles contrevenaient aux règles sur les uniformes de la NFL.